Date du jour :

Aujourd'hui = 224 / Hier = 6201 / Cette semaine = 25580 / Ce mois = 55799 / Total = 815734

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :

mardi, 14 avril 2020 18:59

Secteur privé : Le Togo mise sur les réformes pour permettre au secteur d’être un véritable levier de croissance économique

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La croissance économique peut transformer les sociétés, intensifier la prospérité et favoriser l’épanouissement des populations.

 

Mais, pour qu’elle profite aux plus pauvres, il est indispensable qu’elle s’accompagne de la création d’emplois plus nombreux et de meilleure qualité. Le travail est en effet l’une des principales voies de sortie de la pauvreté, et la création d’emplois continue d’être l’une des grandes priorités du développement, mais aussi un défi capital.

Un secteur privé partageant une vision commune avec un État développementiste fort est un gage essentiel de pérennité pour permettre aux pays africains de maintenir le cap vers l’objectif continental de l’émergence inclusive. C’est ce que l’on pouvait retenir à l’issue des échanges entre les participants à la troisième Conférence internationale sur l'émergence de l’Afrique (CIEA-III), lors d’une discussion de haut niveau qui a réuni des chefs d’État, des chefs d’institutions et des représentants du secteur privé en Afrique en janvier 2019 à Dakar.

Le développement du secteur privé est le moteur d’une croissance économique durable et inclusive

Si les économistes estiment que le secteur privé crée 70% des emplois, dans son processus de développement socioéconomique, l’Etat togolais a entamé un vaste chantier pour réformer le secteur privé. A l’état actuel des choses, tout porte à croire que ce secteur pointe au cœur des préoccupations du gouvernement. En témoigne le Plan national de développement (PND) évalué à 4622 milliards de francs CFA, dont 65% des fonds sont attendus du secteur privé. Grâce à ce clin d’œil des autorités, le secteur privé entend mettre son énergie au profit du développement national, ce qui devrait faire du Togo un pays émergent d’ici 2030.

En s’intéressant davantage au secteur privé, le Togo veut passer en revue toutes les préoccupations du monde des affaires afin de permettre au secteur d’être un véritable levier de croissance économique, aux côtés des pouvoirs publics. De fait, la nécessité de favoriser la migration de l’informel vers le formel ; les enjeux la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) pour le secteur privé togolais ; l’accès à un financement adapté aux activités du secteur privé ; la valorisation des biens et services de production nationale ; la mise en lumière des potentialités économiques multisectorielles des différentes régions du pays ; la production, la transformation, la commercialisation, la consommation des produits locaux ; la contribution du numérique à la compétitivité des entreprises et à la croissance sont au cœur des échanges.

La Banque africaine de développement (BAD) a aussi érigé le développement du secteur privé au rang de ses priorités pour réduire la pauvreté et soutenir une croissance durable sur le continent.

Rappelons que les jeunes représentent le principal atout pour le développement en Afrique, où la population de la jeunesse croît rapidement et devrait doubler pour atteindre plus de 830 millions d’ici 2050. Si elle est adéquatement mise à profit, cette croissance de la population en âge de travailler pourrait favoriser une hausse de la productivité et une croissance économique plus inclusive et plus forte à travers le continent.

La BAD rappelle également que les pays africains devront créer 1,7 million d’emplois par mois jusqu’en 2063 pour maintenir des taux de chômage.

"La situation actuelle du marché du travail laisse penser que l’Afrique sera confrontée à un immense défi de l’emploi entre 2016 et 2063. En supposant des taux d’activité constants, les pays africains devront collectivement créer 1,7 million d’emplois par mois au cours de la période pour maintenir des taux de chômage constants. Le nombre d’emplois nécessaires augmentera avec le temps, passant de 1,5 million par mois en 2023–2033 à 2 millions par mois en 2053–2063", indique le rapport intitulé "Création décents d’emplois : stratégies, politiques et instruments ".

Lu 247 fois Dernière modification le mardi, 14 avril 2020 19:04

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.