Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 630 / Cette semaine = 5283 / Ce mois = 18330 / Total = 339586

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :

samedi, 02 novembre 2019 09:51

Le Conseil de sécurité de l'ONU exprime sa profonde préoccupation face à la situation politique et sociale en Guinée-Bissau

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La Guinée-Bissau traverse une crise politique depuis quelques jours. Et pour cause, le président de la Guinée-Bissau José Mário Vaz a nommé jeudi 31 octobre un nouveau gouvernement, continuant ainsi de défier la communauté internationale, qui refuse le limogeage du gouvernement Gomes avec effet immédiat lundi soir, et nommé mardi Faustino Imbali nouveau Premier ministre.

 

José Mário Vaz persiste ainsi et signe, maintenant le pays en état de crise politique chronique et nourrissant l’incertitude sur la tenue de l’élection présidentielle à la date prévue du 24 novembre. La Guinée-Bissau avait de fait deux gouvernements jeudi, celui démis cette semaine par le président n’acceptant pas de céder la place.

Face à cette situation tordue et qui risque de mettre le pays au feu, le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations unies a appelé vendredi, dans une déclaration adoptée à l'unanimité de ses 15 membres, au respect de la date de l'élection présidentielle en Guinée-Bissau, en rejetant le changement de pouvoir décidé par son président.

Le Conseil appelle le président José Mario Vaz et le gouvernement dirigé par le Premier ministre Aristides Gomes, chargé de conduire le processus électoral, à résoudre leurs divergences dans un esprit de respect et de coopération.

Il « exhorte les acteurs politiques de Guinée-Bissau à observer la plus grande retenue, s’abstenir de recourir à la violence ou d’inciter à la haine, et à privilégier le dialogue comme seul moyen de résoudre leurs divergences et préserver la paix et la sécurité dans le pays », ajoute la déclaration.

Le Conseil de sécurité souligne « la nécessité urgente de tenir le scrutin présidentiel le 24 novembre comme convenu, afin d’achever le cycle électoral permettant un transfert pacifique du pouvoir au président qui sera élu », indique aussi le texte.

Lu 204 fois Dernière modification le samedi, 02 novembre 2019 09:59

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.