Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 117 / Cette semaine = 4770 / Ce mois = 17817 / Total = 339073

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :

lundi, 14 octobre 2019 17:49

Guinée: Le mois d'octobre noir pour Alpha Condé comme pour Blaise Compaoré en 2014?

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L'appel à la manifestation lancé il y a une semaine par le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) a paralysé plusieurs villes ce lundi à Conakry, où les écoles ont renvoyé les élèves chez eux.

 

On signale, au moins le décès d'un adolescent, dans des heurts dans plusieurs quartiers entre les forces de sécurité massivement déployées et des milliers de partisans de l'opposition qui se dresssent contre une tentative d'un troisième mandat de l'actuel président Alpha Condé.

Des centaines de gendarmes et policiers se sont employés à éteindre le moindre foyer de contestation, comme à Cosa, Wanindara, dans la haute banlieue de Conakry.

Et pourtant, samedi, le chef d'état-major général des armées, Namory Traoré, a indiqué que les militaires, dont des éléments incontrôlés sont accusés d'avoir commis des exactions lors de manifestations, seront "consignés dans leur casernes à partir du 14 octobre". Il a par ailleurs invité la police et la gendarmerie à agir avec professionnalisme dans le strict respect des lois de la république.

La FNDC rassemble des partis d'opposition, des syndicats et des membres de la société civile et s'oppose farouchement à une révision de la Constitution.

48 heures avant les manifestations, les leaders de l’opposition comme Cellou Dalein Diallo ou encore Sidya Touré sont confinés à leurs domiciles et les principaux leaders du FNDC, qui avaient appelé à manifester, sont en détention, ainsi qu’une dizaine de membres de l’UFR, la troisième force politique du pays.

On se rappelle, que de New York, le 22 septembre dernier, Alpha Condé a appelé les Guinéens à se préparer à un référendum et à des élections !

Ancien opposant historique, le président Alpha Condé, 81 ans, est le premier président démocratiquement élu de cette ex-colonie française d'Afrique de l'Ouest, régie jusqu'alors par des pouvoirs autoritaires, voire dictatoriaux. Le président, dont le deuxième mandat s'achève en octobre 2020, a souvent contesté la pertinence de la limitation du nombre de mandats en Afrique deux maximum en Guinée.

Alpha Condé doit se rappeler de son ami Blaise Compaoré

Blaise Compaoré, ex président du Burkina Faso déchu en octobre 2014, était accusé de fomenter un "coup d'état" constitutionnel par les centaines de milliers de manifestants qui occupaient les rues de Ouagadougou. Et pour cause, le chef d'Etat déchu comptait soumettre au vote du Parlement, un projet de révision de la Constitution qui lui aurait permis de se représenter à l'élection présidentielle de 2015. La scène qui se produit à Conakry ce mois d'octobre et celle du mois d'octobre 2014 au Burkina Faso ne sont pas loin des unes et des autres!

En voulant obligatoirement changer la constitution, le prix à payer par Blaise Compaoré est d'être chassé du pouvoir par une insurrection.

Lors de son séjour aux Etats-Unis, Alpha Condé a été reçu par le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, qui a appelé à une "transition du pouvoir démocratique et honnête (en Guinée), ce qui impliquera des institutions plus fortes et moins de corruption", selon le département d'Etat.

Alpha Condé tend la main à l’opposition

Dimanche, Alpha Condé a appelé au dialogue responsable et à la concertation permanente pour aplanir toutes les divergences et relever tous les défis qui se posent au pays

« le Président de la République, en appelle, une nouvelle fois, au sens de la responsabilité de chacun et de tous, à l’esprit civique et patriotique de tous les acteurs de la vie nationale pour préserver tous les acquis de nombreuses années de sacrifices, dans le respect des institutions et des lois de la République. Il invite toutes les composantes de la nation à se mobiliser et s’unir pour maintenir le climat de paix et de sécurité qui règne si heureusement en Guinée dans un monde en proie à l’instabilité et aux conflits de tous genres », précise le communiqué de la présidence du 13 octobre dernier.

La constitution actuelle l'empêche d'en assumer un troisième.

Lu 1498 fois Dernière modification le lundi, 14 octobre 2019 21:05

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.