Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 119 / Cette semaine = 1057 / Ce mois = 20523 / Total = 310561

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :

samedi, 05 octobre 2019 14:05

Irak: Le président de l’Assemblée nationale menace de « rejoindre » le mouvement de contestation contre le pouvoir

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Selon la commission gouvernementale des droits de l'homme irakienne, environs 100 personnes tuées et quelque 4000 blessées dont six policiers figurent parmi les morts dans le mouvement de contestation anticorruption contre le pouvoir.



Le leader chiite irakien Moqtada Sadr a réclamé vendredi la démission du gouvernement, faisant monter davantage la pression sur le pouvoir.

« Pour éviter davantage d'effusion de sang irakien, le gouvernement doit démissionner et des élections anticipées doivent se tenir sous supervision de l'ONU », a indiqué dans une lettre diffusée par son bureau M. Sadr, un ex-chef de milice.

Cela fait plus de 15 ans qu'on entend les mêmes promesses. On continue: soit on meurt, soit on change le régime. Le pire, c'est que l'Irak, deuxième producteur de l'Opep, est censé être un pays riche! Si on creuse ici, on va trouver du pétrole, et pourtant on meurt de faim », a martelé un manifestant.

 

Selon le président de l’Assemblée nationale, Mohammed al-Halboussi, si les demandes des manifestants n'étaient pas satisfaites rapidement, il « rejoindrait » le mouvement de contestation.
Les députés irakiens en plénière ce samedi disent, consacrer leur réunion à "l'étude des demandes des manifestants".

 

« Le gouvernement doit améliorer les services publics, trouver des emplois, éviter le clientélisme dans le service public et en finir avec les dossiers de corruption. Si les manifestations faiblissent pour un temps, elles reprendront et seront plus fortes et plus massives », a laissé entendre Ahmed al-Safi, représentant du grand ayatollah Ali Sistani, le plus haute autorité chiite du pays.

 

M. Abdel Mahdi, chef du gouvernement a ordonné la levée du couvre-feu à Bagdad à compter de ce samedi 05H00 locales (02H00 GMT) pour permettre aux citoyens de retrouver une vie normale, selon un communiqué.

Le mouvement de contestation né d'appels sur les réseaux sociaux manifeste contre la corruption, le chômage et la déliquescence des services publics au moment où le pays vit en pénurie chronique d'électricité et d'eau potable.

Le gouvernement réclame du temps aux manifestants pour mettre en place des réformes afin d'améliorer les conditions de vie des 40 millions d'habitants du pays.

Le gouvernement d'Adel Abdel Mahdi est en place depuis un an.

Lu 143 fois Dernière modification le samedi, 05 octobre 2019 14:17

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.