Imprimer cette page
dimanche, 29 mars 2020 19:38

Infrastructures routières : Le Togo s’engage dans l’entretien de 11.777 km

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Togo s’est résolument engagé à améliorer son arsenal d’infrastructures routières.

 

1739 km de routes ont été bitumées et 2577 km de pistes rurales ont été réhabilitées et désenclavées entre 2016 et 2018. Ce qui fait un total de mille (1000) milliards de francs CFA consacrés depuis 2006 aux infrastructures ainsi qu’aux équipements publics.

Dans le sillage, le Togo envisage de revêtir 60% de ses routes d’ici 2020.

Une chose est de construire des routes l’autre est d’assurer son entretien régulier pour sa durée dans le temps.

Au cours des cinq prochaines années, le Togo va allouer au développement des infrastructures routières l’équivalent de ce qu’il y a investi sur les dix dernières années. Au total, près de 1000 milliards FCFA. 

Au Togo, l’entretien du réseau routier est confié à la Société autonome de financement de l’entretien routier (Safer). D’après les autorités, le Togo dispose de 11.777 km de routes qu’il faut entretenir au vu de leur état moribond. Parmi ces routes, la moitié nécessite des travaux de maintenance urgents. La Safer, société en charge de la mission d’entretien et de maintenance, a besoin d’un budget de près de trente-neuf milliards (39.000.000.000) de francs CFA pour l’année 2020. Cependant, les recettes provenant des péages, des droits d’assises sur les produits pétroliers et de la taxe sur les véhicules à moteur étant insuffisantes, elle ne peut mobiliser qu’environ quatorze milliards (14.000.000.000) de francs CFA.

Les investissements cibleront en priorité la construction de l’autoroute de l’unité (Lomé-Cinkassé) et la modernisation de la voie Avépozo-Aneho. La protection des côtes maritimes togolaises figure en bonne place des priorités  gouvernementales.

La construction d’une plateforme multiservices à Adakpamé et d’un port sec à Cinkassé au cours des 5 prochaines années devrait permettre de décongestionner le Port Autonome de Lomé.  

Plusieurs voies transversales sont également prévues, pour faciliter l’accès des opérateurs économiques notamment ruraux, aux marchés. Entre autres, Lomé-Vogan, Lomé-Kpalimé, Notsé-Agou, Aouda-Kara.

Lomé ambitionne, au titre des travaux de construction ou d’aménagement d’infrastructures routières, la réalisation d’une voie de contournement de Sokodé et la réhabilitation des voies urbaines à Tsévié, Kpalimé, Atakpamé, Sokodé, Bassar et Mango…

Lu 201 fois Dernière modification le dimanche, 29 mars 2020 19:45
Super Utilisateur

Dernier de Super Utilisateur