Date du jour :

Aujourd'hui = 2246 / Hier = 6192 / Cette semaine = 8438 / Ce mois = 38657 / Total = 798592

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :

mercredi, 25 mars 2020 18:18

Coronavirus : La direction du commerce intérieur a fait une descente inopinée dans les marchés, superettes, officines, pour constater la spéculation

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Depuis l’apparition du 1er cas du coronavirus au Togo le 06 mars 2020, le gouvernement a amplifié les mesures de lutte contre la propagation de la pandémie.

 

La dernière mesure date du 21 mars dernier liées aux opérateurs économiques qui se livrent à la spéculation sur les prix des produits de première nécessité ou refusant parfois de vendre certains articles. Dans plusieurs boutiques, supermarchés, officines, les articles comme, les gels hydro alcooliques, les gangs, les masques à nez ont subi une augmentation de 30% voire 50%…

Une équipe des inspecteurs du commerce avec à sa tête le directeur du commerce intérieur Talime ABE, a fait une descente sur le terrain pour constater de visu l’évolution des prix des articles notamment dans les officines, les boutiques d’alimentation générale, le marché de Gbossimé et la grande distribution le Champion.

Le constat est réel dans les pharmacies où le gel de 60 ml qui se vendait à 500 FCFA est passé à 1500 FCFA voire 2000FCFA, le masque à nez qui coutait auparavant 100 FCFA est passé à 300 FCFA. A la Pharmacie Raphael, « depuis quelques jours, le gel de 500 ml est passé de 5000 FCFA à 8000FCFA, les gangs de 290 FCFA à 300 FCFA, parce que les grossistes ont revu à la hausse les prix », a expliqué la caissière.

Même constat fait dans les boutiques d’alimentation générale au marché de Nukafu, où les prix ont été majorés de 30% sur le gel. « Le gel qu’on achetait il y a quelques jours à 500 FCFA est passé à 1500 FCFA et nous le vendons à 2000 FCFA. Quant aux prix des denrées alimentaires, ils sont restés inchangés », a laissé entendre Boukari Mashi, tenancier d’une boutique.

Au marché de Gbossimé, les revendeuses des céréales ont confié à la délégation que les prix des céréales n’ont pas trop évolué même s’il faut remarquer que certaines revendeuses ont essayé de majorer le prix du bidon de l’huile végétale, le sac du riz. « Nous avons majoré le prix de 25 l d’huile végétale de 14500 FCFA à 16500 FCFA, du riz 50 kg de 16 000 FCFA à 17 500 FCFA », a également signifié Bella, revendeuse des céréales.

A la grande distribution le Champion, les mesures sont du moins respectées surtout la distance d’un mètre dans les allées et la prise du gel à l’entrée.

Le constat général fait sur le terrain montre que les mesures préventives annoncées par le gouvernement ne sont pas prises en compte par les populations. Beaucoup de détenteurs des boutiques et les revendeuses ne portent pas de masque à nez, ni de gangs de protection, le dispositif de lavage des mains n’existe pas devant les boutiques, les pharmacies et dans les marchés, la distance sécuritaire de 1 m entre les clients et le contrôle de la température à l’entrée ne sont pas respectées ; tout simplement les vieilles habitudes sont toujours d’actualités.

Face à ces anomalies, les responsables des pharmacies, boutiques ont été convoqués au ministère du commerce pour s’expliquer de la spéculation et le rétablissement au plus vite de la vérité des prix afin de permettre aux populations de s’approvisionner en toute quiétude.

« Nous avons profité de la sortie pour sensibiliser, les opérateurs économiques, les commerçants, les revendeuses des mesures prises par les autorités pour lutter contre la pandémie du coronavirus (COVID-19) et qu’ils ne doivent pas profiter d’une situation de désarroi pour faire de la spéculation. En tout cas, les contrevenants seront soumis à la rigueur de la loi car le gouvernement veillera à ce que les droits des consommateurs soient intégralement respectés. Ce contrôle inopiné sera relayé dès lundi par les démembrements du ministère du commerce sur l’étendue du territoire national », a martelé ABE Talime, Directeur du commerce intérieur.

« Ces pratiques qui créent des pénuries artificielles sur les marchés, sont contraires aux dispositions des articles 13 et 18 de la loi N°99-011 du 28 décembre 1999 portant concurrence au Togo. Le gouvernement en appelle à la conscience de tous pour le respect strict de ces dispositions, en ces périodes difficiles… », lit-on dans le communiqué du gouvernement du 21 mars.

Lu 237 fois Dernière modification le mercredi, 25 mars 2020 18:48

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.