Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 683 / Cette semaine = 2534 / Ce mois = 23599 / Total = 344855

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :

mardi, 24 septembre 2019 14:54

Politique : Candidature unique de l’opposition, la question qui envenime Jean Pierre Fabre et Dr Georges Kouessan

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Jean Pierre Fabre Jean Pierre Fabre

Décidément l’opposition togolaise a besoin de la délivrance ! D’ailleurs jean pierre Fabre, l’ex chef de file de l’opposition, président du parti de l’opposition l’Alliance Nationale pour le changement (ANC) n’a pas hésité à le faire savoir ce matin, reçu dans une émission.

 

« Je ne sais pas ce qui nous arrive quand on est ensemble. Trop d’hypocrisie, de mensonge, de roublardise. Arrivé à un certain moment, on n’a l’impression que chacun veut devenir le maître de tous. On ne se comprend plus et portant nous voulons la même chose », a-t-il fait savoir.

Depuis que certains membres du parti au pouvoir Union pour la République (UNIR) ont tenté de présenter officieusement Faure Gnassingbé, actuel président de la république togolaise comme futur candidat aux élections présidentielles de 2020, c’est la division, la diversion et l’incompréhension qui s’accaparent de l’opposition traditionnelle autour du fameux choix d’une probable « candidature unique ».  

Tout commence avec le président du parti « Santé du peuple », Dr Georges Kouessan qui propose une candidature unique de l'opposition pour les élections de 2020 : « Nous proposons le choix d'un candidat unique apolitique à choisir dans les cinq mois au plus tard, jouissant d'une probité morale, ayant un riche carnet d'adresse, dont l'engagement pour la cause défendue est connu, mais qui publiquement, prend peu part au débat politique au Togo. J’invite l'opposition à une organisation sérieuse pour la présidentielle de 2020 », a déclaré Dr Kouessan. 

Mais vite, cette proposition sera balayée des mains de revers par Jean pierre Fabre, la semaine dernière au cours d’une rencontre avec la presse, qui tire sa préférence à des candidatures multiples de l’opposition au premier tour avec d’éventuels regroupements pour le second.

« Ça fait des années que ce sujet pollue le débat politique. Cette idée est certes séduisante, mais superficiellement uniquement. Quand on l'aborde avec rigueur et sans passion, on se rend compte que c'est le type de solution qui n’est pas la bonne pour notre pays. Quand on fait la somme de toutes les voies de l’opposition lors des différentes élections présidentielles, on s’aperçoit que les résultats ont été en dessous des attentes. Ma préférence va donc à des candidatures multiples de l’opposition au premier tour avec d’éventuels regroupements pour le second », explique-t-il.

Jean pierre Fabre, invite ses amis de l’opposition en lieu et place de faire cette question, une priorité, d’aller plutôt travailler sur le terrain afin de disposer d’une base de militants, d’arriver à avoir des conditions idoines d’une bonne organisation des élections avec un fichier électoral acceptable par tous, une composition légale de la CENI, et une recomposition de la cour constitutionnelle.

Comme une réponse du berger à la bergère, dans une émission ce matin, Dr Kouessan attaque de façon virulente Jean pierre Fabre sur sa sortie jugée provocante.

« Rejeter l’idée d’une candidature unique de l’opposition face à Faure Gnassingbé en 2020, alors qu’à la présidentielle de 2015, le leader de l’ANC était le seul candidat de l’opposition présenté par le regroupement Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP 2015), dire une pareille chose, c’est mépriser la dynamique populaire qu’une candidature unique de l’opposition peut créer pour la présidentielle de 2020 et la mutualisation des efforts. La question que je me pose est de savoir ce qui a pu fondamentalement changer en 4 ans et demie pour que l’ANC pense aujourd’hui que la candidature unique n’est plus indispensable», martèle Dr Kouessan.

 

Dr Kouessan

Dr Kouessan suggère qu’il faut exiger de bonnes conditions d’organisation  mais encore faut-il les réclamer dans un cadre organisé. « Aujourd’hui, on parle de meilleures conditions d’organisation des élections, mais chacun est dans son coin. Les jours et les semaines passent. On ne fait rien pour 2020. Tous les partis politiques disent qu’il faut réclamer de bonnes conditions d’organisation des élections. Mais les jours vont passer et on va se retrouver à la veille de cette élection présidentielle », a t-laissé entendre.

« Nous sommes prêts à travailler avec un regroupement quelconque pour apporter nos réflexions mais, ceux qui nous tassent de fauteur de trouble dans la coalition, je pense qu’ils doivent être heureux de nous voir quitter. Je ne comprends pas pourquoi, ils souhaitent que le parti ANC revienne encore collaborer pour une candidature unique. D’ailleurs, on parle de candidature unique de l’opposition, au même moment, des candidatures se recensent pour 2020. A l’ANC, nous sommes un parti sérieux, et nous connaissons les véritables aspirations et préoccupations de la population togolaise afin de dégager le pouvoir en place », a souligné Jean Pierre Fabre.

D’ailleurs, Jean pierre Fabre ne cache pas son ambition audacieuse de se présenter pour la 3è fois aux élections présidentielles face au futur candidat du pouvoir.

« Les dernières élections m'ont encore prouvé que le peuple me fait toujours confiance. Mais je dirige un parti et ce sera à lui de se positionner et de prendre la décision finale. Mais si le choix se porte sur ma modeste personne, rien ne me barre le chemin ! Le président ghanéens Nana Akufor Addo a été élu après 03 participations, François Hollande lui aussi en France et d’autres présidents. Je ne ferai pas l’exception », a-il-conclu.

Lu 397 fois Dernière modification le mardi, 24 septembre 2019 16:22

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.