Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 380 / Cette semaine = 1730 / Ce mois = 26294 / Total = 413243

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :

vendredi, 13 septembre 2019 10:05

Fermeture des frontières entre le Bénin et le Nigéria : Désastre et désolation!

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Décidément la fermeture des frontières entre le Bénin et le Nigéria sème du désastre et de la désolation au sein des populations des pays limitrophes: le Togo, le Niger, le Tchad...

 

En effet, pour réduire les importations, les autorités nigérianes ont décidé de fermer partiellement pour durer 28 jours ses frontières avec le Bénin puis, mi-septembre, une fermeture absolue de toutes les frontières (Bénin, Niger, Tchad).

La politique agricole et industrielle de Muhammadu Buhari entend développer le Made in Nigeria et vouloir diversifier l'économie, qui repose presque uniquement sur le seul pétrole.

Conséquence, les commerçants béninois expriment leur désolation car les prix des denrées alimentaires et de l'essence sont en hausse, les stocks des produits ne sont pas écoulés.

"Pour trouver de l’essence maintenant c’est très difficile. Le cours du naira a augmenté là-bas et des faux frais sont perçus un peu partout. Pour traverser, on dépense plus que ce qu’on avait l’habitude de dépenser. C’est pourquoi ils ont haussé le prix de l’essence. C’est tout un problème. Mais Dieu est au contrôle.", s’indigne un jeune vendeur béninois.

Au Togo, les effets de cette fermeture commencent par être ressentis par les citoyens; Le carburant frelaté qui vient généralement du Nigéria et du Bénin a connu une hausse exponentielle de 500 FCFA à 1100 FCFA par endroit. Dans les stations d’essence, c’est un monde fou à la queue leu leu durant des heures.

Le Nigéria se plaint des contrebandes du riz provenant du Bénin qui nuisent à l’économie. Les chauffeurs de moto-taxis estiment que 3.000 sacs de riz entraient chaque jour illégalement au Nigeria.

Officiellement, la production locale de riz a augmenté de 60% depuis 2013 (4,78 millions de tonnes en 2018) mais reste insuffisant pour les 190 millions de Nigérians, qui dépensent environ 10% de leur budget en nourriture dans cet aliment de base.

Malheureusement, cette décision officielle du gouvernement commence par avoir des répercussions aux seins de la population au Nigéria car dans certains marchés il n'y a presque plus de riz, plus de macaronis, plus d'huile ou de sucre.

Face à la pénurie, le prix du riz s'est envolé, passant de 9.000 nairas (22 euros) pour un sac de 50 kilos à 22.0000 nairas (55 euros), un prix plus élevé que le salaire minimum mensuel (18.000 nairas).

Déjà, des experts en économie, pointent du doigt une violation des règles en vigueur au sein de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), sur la libre circulation et des biens de consommation. 

"Je suis sûr qu’un mois de fermeture des frontières avec le Nigéria va coûter quelques points de croissance au Bénin. Parce que le Nigéria par rapport au Bénin représente vraiment près de 50% du commerce extérieur. C’est sûr qu’on aura un impact sur la croissance économique. Mais avouons que c’est malheureux. Parce que la croissance économique du Bénin s’est accélérée ces dernières années. On est autour de 6, 7%. Mais avec ce blocage-là, je crois qu’on aura beaucoup de problèmes.", explique le professeur en économie Albert Honlonkou.

Il faut rappeler que, cette stratégie n’est pas la première. Au temps du président Olusegun Obasanjo (1999-2007), le pays a fait interdire les importations de ciment au profit des cimenteries locales.

Lu 773 fois Dernière modification le vendredi, 13 septembre 2019 10:27

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.