INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :
Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 1093 / Hier = 971 / Cette semaine = 1093 / Ce mois = 14490 / Total = 274545

mardi, 10 septembre 2019 23:16

Ayant fixé son premier objectif pétrolier pour 2027, la Somalie tient à présenter au monde son potentiel inexploité

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Suite à la loi sur le pétrole et la signature d’un nouvel Accord de partage des recettes en mai dernier, et au lancement de son tout premier cycle d’octroi de licences offshore (15 blocs couvrant 75,000 m²), le pays de la Corne de l’Afrique tient à montrer au monde qu’il est prêt à s’engager pour faire des affaires.



Cette nouvelle loi donne un nouveau souffle à un secteur somalien du pétrole et du gaz en dormance – plusieurs concessions ont été accordés aux grandes compagnies pétrolières à la fin des années 1980, mais l’éclatement de la guerre civile dans le pays a conduit à une déclaration de force majeure. Depuis l’effrondrement du gouvernement en 1993, l’insécurité et l’absence d’infrastructures ont largement contribué à faire de la région une zone interdite pour les sociétés occidentales, laissant les chefs de guerre et les milices se disputer le territoire.

Près de 30 ans plus tard, la Somalie est prête à se débarrasser de son passé douloureux et à attirer la participation du monde entier. Cette initiative est menée par le Ministre du Pétrole et des Ressources minérales, Abdirashid Mohamed Ahmed, qui a récemment commenté: “Cette année marque un tournant dans le développement des ressources naturelles de la Somalie… le Ministère a travaillé avec succès avec les Etats membres fédéraux pour créer un cadre équitable et transparent afin de développer les ressources naturelles pour le plus grand bien de la Somalie.”

Dans le cadre de ses efforts, la Somalie devrait honorer la plupart des contrats importants. Un accord a déjà été trouvé avec Shell et ExxonMobil, visant à régler le paiement des frais de location des blocs offshore (dans le cadre d’une co-entreprise en dormance). Cependant, ni l’une ni l’autre de ces entreprises ne semble être pressée de revenir dans le pays, un représentant de Shell ayant déclaré que: “Ce paiement n’influe pas sur le statut de Force majeure, qui reste en vigueur.”

En dépit de ceci, M. Ahmed a des raisons d’espérer que les sociétés commencer à investir en Somalie. Des sondages sismiques réalisés par les sociétés britanniques Soma Oil & Gas et Spectrum Geo suggèrent que le pays possède des réserves de pétrole offshore promettantes pouvant aller jusqu’à 100 milliards de barils. En outre, de récentes découvertes de gisements pétroliers en Ouganda ainsi que d’immenses découvertes offshore en Tanzanie et au Mozambique signifient que les sociétés pétrolières ont afflué en Afrique de l’Ouest ces dernières années – et la Somalie pourrait bien tirer profit de cette tendance.

M. Ahmed participera à l’Africa Oil Week 2019 qui se tiendra au Cap au mois de novembre. Il saisira cette occasion pour présenter sa vision future et ses objectifs pour le secteur national somalien pétrolier et gazier aux financiers et aux exploitants du secteur. Paul Sinclair, Directeur des Relations avec le gouvernement dans le cadre de ce Sommet, a commenté en ces termes: “Nous collaborons étroitement avec le Ministre afin de garantir que le secteur privé mondial tire profit des occasions exceptionnelles présentées dans le cadre d’une présentation nationale somalienne pendant l’Africa Oil Week.”

Lu 64 fois Dernière modification le mardi, 10 septembre 2019 23:35

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.