Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 134 / Cette semaine = 1072 / Ce mois = 20538 / Total = 310576

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :

vendredi, 12 juillet 2019 14:02

Fonction publique: Les services publics au Togo continuent de souffrir des abandons de postes sous la coupole des «congés ou des mises en indisponibilités»

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Que se passe t-il réellement dans les services publiques au Togo? Voila une question qui mérite d'être posées. Depuis les années 2010, un système de fonctionnaire fictif se serait installé dans la fonction publique notamment au niveau des ministères. Cela s'est plus accentué ces dernières années. Aujourd’hui plusieurs fonctionnaires fictifs  sont dans les registres de la fonction publique togolaise. 

 

Lors de son dernier passage devant les élus du peuple,  Faure Gnassingbé, le président de la république du Togo est revenu sur  les passivités et le manque de sérieux au niveau des agents de l'état. À ces maux relevés par le chef de l'État, s'assumer depuis un moment le système des agents fictifs. « Parallèlement, l’administration publique doit s’imposer une profonde mutation pour répondre aux exigences de l’heure car d’elle dépend largement la perception de l’acteur public par les opérateurs et les investisseurs privés. J’insiste sur la vocation première du service public qui est d’être entièrement dédié aux usagers. Avec compétence, professionnalisme et diligence, notre administration devra sans délai se réinventer dans sa conception et dans son action pour se consacrer entièrement à cette mission. Efficacité, efficience, poursuite des objectifs et atteinte des résultats seront les fondements de cette transformation qui exige une prise de conscience individuelle et collective. C’est uniquement ainsi que la fonction publique pourra apporter sa nécessaire contribution à la réussite du PND et plus généralement au développement du pays », s’exprimait ainsi le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé, sur l’état de la Nation en avril dernier.

Cette exhortation du président de la république, ne doit pas être tout simplement un récit mais toutes les actions idoines doivent être posées en vue de dissuader les brebis galeuses.  De nos jours c’est clair, que l’administration togolaise est pourrie et jonchée d’un esprit d’absentéisme notoire ! Cela est tout simple, car selon nos sources d’information,  il arrive que certains agents des ministères d'Etat en complicité avec leurs chefs hiérarchiques demandent des congés ou encore des mises en indisponibilités.  L'objectif principalement n'est en faite pas une simple demande mais plus que ça.  

Selon la même source, les agents de l’Etat via ces demandes quittent en faite le pays pour se rendre aux USA, au Canada ou en Europe dans  la plus part des cas et perçoivent des aides sociales de l'autre coté. Certains y travaillent et disposent des numéros d'identifications. Et c'est là où le problème se pose,  puisque ces agents bien qu'étant plus en service ou plus encore sur le territoire national,  figurent toujours dans les registres des fonctionnaires de la fonction publique. Et selon des indiscrétions, ils continuent tranquillement à percevoir les salaires. Voilà, où le bât blesse ! Et pourtant en se référant au site http://www.service-public.gouv.tg, du gouvernement togolais, « Une disponibilité peut être accordée lorsqu'un fonctionnaire souhaite exercer sa compétence dans une entreprise. La disponibilité est la position du fonctionnaire qui, placé hors de son administration ou de son service d'origine, cesse de bénéficier dans cette position de ses droits à l'avancement et à la retraite. Elle est accordée pour une durée de trois (03) ans renouvelable une fois. La disponibilité est prononcée par le Ministre chargé de la fonction publique ou l'autorité de nomination du fonctionnaire concerné. Lorsqu'il est en disponibilité, le fonctionnaire ne perçoit aucune rémunération, à l'exception des allocations et autres avantages auxquels il peut prétendre. Le fonctionnaire mis en disponibilité doit solliciter sa réintégration trois (3) mois au moins avant l'expiration de la période en cours. En l'absence de demande de prolongation dûment formulée et établie, le fonctionnaire bénéficiaire de la disponibilité est considéré comme démissionnaire deux (2) mois à compter de la date d'expiration de la disponibilité en cours ».

Face à ces anomalies qui perdurent dans le temps, il y a nécessité du gouvernement à réagir afin que ces fonds perdus puissent servir à résoudre d’autres problèmes d’ordre socioéconomique dans le pays. Devant cette situation il est normal que nos administrations souffrent de personnel.  On assiste à des postes éternellement vacants. Mais au même moment des citoyens (jeunes) sont à la recherche du travail ; Au Togo, les jeunes de 15-34 ans sont les plus exposés au sous-emploi. Ils représentent 35% des personnes touchées.

Selon les données de l’Institut national de la statistique et des études économiques et démographiques (Inseed) pour la revue globale à mi-parcours de la Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (Scape) 2013-2017, le chômage au Togo est passé de 6,5 % en 2011 à 3,4 % en 2015. Un taux étonnement faible, inférieur à celui de référence, de 4 %, fixé par les économistes pour les pays en situation de plein-emploi, ce qui est loin d’être le cas du Togo. À ce faible taux de chômage il convient en effet d’ajouter une situation de sous-emploi massive, qui touche particulièrement la tranche des 15-34 ans (révolus), lesquels représentent 35 % de la population. Un phénomène d’autant plus inquiétant que, si le taux de chômage a diminué, celui du sous-emploi, lui, a augmenté, passant de 22,8 % en 2011 à 24,9 % en 2015 (toujours d’après l’Inseed). Si on l’ajoute à celui du chômage, on arrive à un taux combiné de 28,3 % de jeunes sans emploi décent ni revenu régulier. Ces statistiques sombres doivent interpeler continuellement les autorités togolaises à mener leurs investigations et tenter de démanteler ce réseau qui nuit à la santé des administrations togolaise. Au Togo, en cas de maladie, un congé d’une période de trois (03) mois renouvelable peut être accordé. Si après ce délai le renouvellement doit se faire, là il y a plusieurs dispositions qui pourraient s'appliquer par rapport au salaire (qui jusqu'à terme du 1er congé était intact). Mais, il est remarqué que certains agents dépassent un an de congé et continueraient d’émarger toujours sur le budget de l’Etat.

Dans nos prochaines parutions nous reviendrons sur des détails et préciser d'autres noms. Le dernier cas en date comme exemple est celui d'un agent qui travaillait à la Direction Nationale du Contrôle Financier (MEF) mais qui aujourd'hui réside en Belgique au nom de LOKOSSOU Ahlonkoba Essivi dont le numéro national est 82.071145813.

Combien y-a-t-il de fonctionnaires au Togo ? Question subsidiaire ! Combien y-a-t-il de fonctionnaires payés à ne rien faire ? Du 21 janvier au 20 février de cette année, a été organisé par le gouvernement, un recensement des agents de la fonction publique afin de disposer d’une image nette du nombre de fonctionnaires et de leur affectation nécessaire pour pouvoir gérer les ressources humaines et procéder à d'éventuels recrutements, et évidemment de dénicher les emplois fictifs.

Le Togo comptait 50.400 fonctionnaires en 2011.

Lu 224 fois Dernière modification le vendredi, 12 juillet 2019 22:35

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.