Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 122 / Cette semaine = 4775 / Ce mois = 17822 / Total = 339078

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :

samedi, 27 avril 2019 21:26

Politique: Faure Gnassingbé face aux parlementaires à l'occasion du 59è anniversaire de l'independance du Togo

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Au Parlement le vendredi 26 avril 2019, veille la célébration du 59ème anniversaire de l’indépendance, Faure Gnassingbé s’est adressé à la nation. Un discours sur l’état de la nation, avec en toile de fond les secteurs socio-économiques, la cohésion sociale,  le renforcement de la gouvernance, la question sécuritaire, ainsi que le PND. D’importantes mesures ont été annoncées par le Chef de l’Etat.

LIRE L'INTEGRALITE DU DISCOURS DU CINQUANTE-NEUVIEME ANNIVERSAIRE

Lomé, le 27 avril 2019

Madame la Présidente de l’Assemblée nationale,

Monsieur le Premier ministre,

Mesdames, Messieurs les membres du gouvernement,

Mesdames, Messieurs les députés,

Togolaises, Togolais, mes chers compatriotes,

En prenant la parole devant la représentation nationale, en cette veille de la célébration du 59ème anniversaire de l’indépendance de notre pays, je voudrais d’abord rendre grâce à Dieu qui a exalté des générations successives de nos compatriotes, pour la prospérité du Togo.

Nous sommes les héritiers de ces devanciers, artisans de l’émancipation et bâtisseurs de progrès qui -il y a bientôt six décennies- ont vaillamment répondu à l’appel de la patrie et conduit la jeune nation à réaliser sa première aspiration, à savoir l’accession à la souveraineté internationale.

Il nous revient aujourd’hui de payer à ces valeureux prédécesseurs le tribut de la reconnaissance « et de l’hommage, en restant fidèles à leur vision d’une grande nation.

Œuvrons donc sans relâche à faire flotter fièrement le drapeau qui s’élança vers le ciel pour la première fois le 27 avril 1960, alors que le Président Sylvanus Olympio achevait son discours de proclamation de l’indépendance sur cet appel qui résonne encore dans nos mémoires:

« Togolaises et Togolais,

Allons, comme l’hymne national nous y convie,

Allons tous ensemble bâtir la cité ! »

Aux générations qui viennent, nous devons léguer paix, unité nationale, stabilité et prospérité.

En cette occasion solennelle, je réaffirme notre détermination à travailler sans relâche en ce sens, en faisant du dialogue permanent notre meilleur allié.

Les divergences et les différences d’appréciation que nous pouvons avoir sur la conduite des affaires de la nation participent d’une enrichissante diversité à laquelle j’accorde du prix.

Je salue à cet égard, M. Gilchrist Olympio, chef de file de l’opposition, dont la présence en ces lieux nous rappelle que les acteurs politiques peuvent et doivent transcender l’approche antagoniste pour se retrouver -dans la complémentarité- au service de la patrie.

Je voudrais lui rendre hommage pour son engagement républicain et son sens élevé de la patrie.

En ces circonstances pleines de symboles, je veux voir là les meilleurs présages de notre capacité commune à nous retrouver autour de l’essentiel lorsqu’il est question de cette terre chère à nos cœurs, le Togo.

Je félicite également les partenaires sociaux qui ont fait prévaloir le dialogue, dans un esprit de responsabilité et de mesure.

Cette disposition constante à la concertation traduit un degré de maturité et de compréhension propice à la poursuite d’un développement harmonieux de notre pays, en tenant compte de nos réalités et de nos priorités.

J’encourage toutes les parties prenantes à continuer de privilégier en toutes choses- les cadres de discussion. Car c’est la mutualisation de nos efforts qui fera grandir notre nation.

Nous restons attachés à la recherche de l’amélioration des conditions de vie des citoyens.

J’ai instruit, dans ce sens, le gouvernement de prendre en compte -dans le cadre du prochain budget les préoccupations visant à améliorer le pouvoir d’achat, à travers la revalorisation dès janvier 2020 de la valeur indiciaire à hauteur de 5%.

Dans la même dynamique, le gouvernement intensifiera les consultations et engagera les études actuarielles nécessaires pour la reprise -toujours dès janvier 2020 de l’allocation de départ à la retraite, d’une façon soutenable et compatible avec la poursuite des efforts d’assainissement de nos finances publiques. De plus, les dispositions sont d’ores et déjà prises pour la construction de deux locaux qui seront mis à la disposition des associations pour servir de maisons des retraités.

Outre les considérations liées à la place des aînés dans notre société, ces mesures se fondent sur notre engagement à faire de la justice sociale une réalité vécue par tous, à travers la redistribution effective des fruits de la croissance nationale.

Mesdames, Messieurs les députés,

Nos populations -à l’instar de celles des autres pays- sont actuellement sujettes à des questionnements touchant aux conditions de vie, à la persistance des difficultés économiques, à l’horizon qui semble ne plus annoncer des lendemains meilleurs.

C’est la raison pour laquelle la dimension sociale est intégrée comme une priorité absolue à l’action de mon gouvernement.

Par essence, la République se tient aux côtés des plus vulnérables ; Pour leur offrir l’appui nécessaire à leur subsistance, mais surtout pour les conduire progressivement à se libérer de l’emprise de la pauvreté et à devenir eux-mêmes des acteurs de développement.

Plusieurs programmes sont ainsi mis en œuvre, comme celui des filets sociaux et services de base que nous avons étendu il y a quelques jours à de nombreux ménages issus des cantons les plus défavorisés du Togo.

Par le renforcement de ces mécanismes d’inclusion, la solidarité nationale se portera vers tous les citoyens ; Elle ira à la rencontre des plus fragiles ; Elle les prendra par la main pour réduire les disparités et pour resserrer les liens entres les togolais.

Mesdames, Messieurs les députés,

Mes chers compatriotes,

Les aspirations sont grandes, les attentes nombreuses et l’impatience légitime.

Pour autant, elles ne doivent pas entamer notre conviction que nous sommes capables -par le travail, le dévouement et l’abnégation- d’évoluer vers une société de bien-être et de prospérité partagés.

Lu 263 fois Dernière modification le samedi, 27 avril 2019 21:51

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.