INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :
Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 545 / Hier = 1278 / Cette semaine = 3108 / Ce mois = 21200 / Total = 140394

mardi, 09 avril 2019 23:32

Culture : M. Michel TCHEPAN, Président des ressortissants de Défalé à Lomé, « Nous voulons faire de la danse traditionnelle Sintu un atout touristique au-delà des frontières du Togo »

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
« la paix et la cohésion sociale » « la paix et la cohésion sociale »

Les manifestations de la 33è édition de la fête traditionnelle Sintu-Janjaagu ont connu leur apothéose, samedi le 06 avril à Niamtougou, dans le canton de Koka (préfecture de Doufelgou). Une fête qui a mobilisé des fils et filles de la préfecture autour d’un thème ; « la paix et la cohésion sociale ».

 

Pour rentrer dans les méandres de cette fête Sintu et connaitre les projets de sa promotion touristique, la rédaction a approché, M.  Michel TCHEPAN, Président des ressortissants de Défalé à Lomé, après les cérémonies d’apothéose. L’entretien dans les lignes  suivre.

 

Pour ceux qui veulent comprendre la fête de SINTU, pouvez faire l’historique de la fête ?

La fête c’est Adji Sintu. Adji qui signifie, le vieux, le patriarche et Sintu, le nom de la danse. Donc, Adji Sintu veut dire une danse en l’honneur d’un vieux qui décède et a plus de 70 ans. On l’organise comme tous les funérailles à son honneur, donc chaque famille l’organise pour le vieux qui atteint ou dépasse l’âge de 70 ans. Néanmoins tous les fils et toutes les filles de Défalé se retrouve chaque année pour célébrer en commun cette fête traditionnelle en l’honneur de tous les vieux, remercier les mannes de nos ancêtres pour avoir permis les bonnes récoltes. Individuellement dans chaque famille, la fête est organisée en l’honneur de son parent décédé.

 

Qu’est ce qui fait réellement la beauté de cette fête ?

C’est tout simplement la danse ! La danse Sintu est très appréciée par tout le monde. Personne ne veut se faire raconter cette ambiance phénoménale. C’est vrai, que la fête a été modernisée un peu, et des innovations sont apportées quand les gens se retrouvent de temps à temps. Par exemple, de nos jours, il y a le Festival des Arts de Défalé (FADEF) qui apporte une touche particulière à travers les activités culturelles, des loisirs, le tourisme etc. vous avez des organisations, des amicales qui viennent faire des théâtres, des jeux, des activités sportives. Je pense, que cette fête devient tout simplement une intégration des peuples aujourd’hui puisque elle ne se déroule plus entre les fils et les filles de Défalé mais avec des amis qui viennent de partout se joindre aux festivités. L’exemple des frères Akposso Akébou qui sont arrivés avec leurs danses pour nous accompagner, de même que les Mina d’Aného avec leurs danses dans une ambiance de cohésion sociale. Telles sont les quelques innovations qui accompagnent la fête.

 

Est-ce la particularité de l’édition 2019 de Sintu ?

C’est justement, cette variété culturelle autour de la fête, je veux parler de l’intégration culturelle. Cela a participé grandement à rendre la fête fabuleuse.

 

Sur quel thème est basée l’édition 2019 ?

Le thème est basé autour de « la culture pour l’intégration des peuples », c’est une proposition des organisateurs du Festival des Arts de Défalé. Mais pour l’édition 2019 de Sintu c’est sous le signe de « la paix et la cohésion sociale ».

Pensez-vous à faire la promotion de cette culture et en faire un atout touristique ?

Je vous informe que cette culture se vend déjà puisque le tourisme organisé par le FADEF fait venir des gens de l’extérieur à la découverte de la danse Sintu. Maintenant, en dehors de Défalé, nous pensons organiser et participer à des manifestations culturelles, lesquelles s’organisent déjà à Lomé, et si possible, l’ambition est d‘arriver à exporter cette danse traditionnelle au-delà des frontières du Togo. Le potentiel existe, il suffit de l’exploiter efficacement.

Quels conseils donneriez-vous à la jeunesse face à cette richesse qu’est la danse Sintu ?

Je demande tout simplement à la jeunesse d’être unie pour réfléchir au développement de leur milieu rural. Surtout, de ne pas oublier les valeurs traditionnelles puisqu’on constate avec l’avènement des églises charismatiques, les gens ne s’intéressent plus à la chose traditionnelle. La tradition c’est notre la culture ! J’invite les jeunes à se mettre ensemble pour promouvoir et pérenniser les valeurs culturelles de leur parent et pour le bien de leur environnement. Il est démontré que, sous d’autres cieux, la culture est créatrice de richesse considérable et d’emplois.

Propos recueillis par G. Joseph

Lu 280 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

© 2018 Tout droit réservé; Conçu par XLENCIA SARL