INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :
Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 488 / Hier = 1278 / Cette semaine = 3051 / Ce mois = 21143 / Total = 140337

mardi, 26 février 2019 18:47

Élections locales : Le CAR ressuscite l’APG et exige un processus consensuel

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Les réformes avant l’organisation d’une quelconque élection au Togo Les réformes avant l’organisation d’une quelconque élection au Togo

Le gouvernement togolais est à pied d’œuvre pour organiser les élections locales. En conseil des ministres du 13 février dernier, il est prévu l’élection de 1527 conseillers municipaux.

 

A cet effet, depuis la semaine passée, le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales concerte les partis politiques de l’opposition en vue de leur contribution au processus.

Reçu le 25 février, le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), le parti s’interroge notamment sur le respect de l’Accord politique global (APG), la mise en application de la feuille de route de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui préconise l’opérationnalisation des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales, avant toute élection.

Dans un communiqué, Me Agboyibor Yaowi, président du CAR rappelle à Faure Gnassingbé (président de la république) de « bien vouloir, en tant que répondant de la qualité de la gouvernance électorale, politique et socio-économique du pays, faire surseoir à l’enclenchement de l’organisation des élections locales jusqu’à ce qu’il soit procédé à la réalisation des réformes en attente et à la mise à jour du fichier électoral ».

« Conformément aux prescriptions de l’APG et au regard des déclarations des acteurs politiques tant du parti au pouvoir et de l’opposition, un consensus national est établi sur la manière de procéder aux réformes. Il faut le faire concrétiser avant l’organisation d’une quelconque élection au Togo », a souligné Me Yawovi Agboyibo dans le communiqué.

 « Aucun des deux bords politiques n’a envie de relancer une polémique sans intérêt sur la responsabilité du retard de la mise en œuvre des réformes en suspens », lit-on dans le communiqué.

Conformément aux dispositions de l'APG, les décisions pour les réformes institutionnelles et constitutionnelles, l’organisation des élections, doivent être prises en privilégiant le consensus.

Pour le moment, c’est le statu quo au niveau des autres formations politiques de l’opposition consultées par le gouvernement.

Lu 177 fois Dernière modification le mardi, 26 février 2019 19:09

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

© 2018 Tout droit réservé; Conçu par XLENCIA SARL