INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :
Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 387 / Hier = 834 / Cette semaine = 4117 / Ce mois = 22772 / Total = 252751

mercredi, 06 février 2019 00:00

ZLECA : Les journalistes de l’Afrique de l’Ouest à Monrovia pour soutenir les actions de plaidoyer pour la ratification

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Impliquer activement ces journalistes dans les actions de plaidoyer Impliquer activement ces journalistes dans les actions de plaidoyer

Monrovia (Libéria), 05 février 2019 : 33 journalistes du réseau des journalistes économiques pour l’Afrique de l’Ouest renforcent leur capacité sur la Zone de Libre-échange Continentale Africaine (ZLECAf) à Monrovia, au Libéria, à l’initiative du Bureau sous régional pour l’Afrique de l’Ouest de la Commission Économique des Nations Unies pour l’Afrique (BSR-AO/CEA).

 

Cette rencontre qui se tiendra du 05 au 07 février 2018 est organisée en collaboration avec le Gouvernement du Libéria et les Commissions de la Communauté économique des pays de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).

Quarante-quatre pays africains ont signé en 21 mars 2018 à Kigali (Rwanda) un accord créant une zone de libre-échange continentale (ZLEC) qui crée un marché unique. Si cet accord est pleinement appliqué, il révolutionnera les échanges commerciaux en Afrique.

L’objectif général visé par le BSR-AO/CEA à travers l’organisation de la rencontre est de favoriser une meilleure compréhension de la ZLECAf de la part des médias de la sous-région ouest africaine en vue d’un meilleur plaidoyer pour sa ratification et sa mise en œuvre.

A travers cette stratégie qui consiste à s’appuyer sur des médias de la sous-région Afrique de l’Ouest, le BSR-AO/CEA cherche à impliquer activement ces journalistes dans les actions de plaidoyer en vue de la ratification et de la mise en œuvre de la ZLECAf.

Durant trois jours, des présentations seront faites par des experts de la CEA, de la CEDEAO et des communicateurs indépendants sur la ZLECAf, ainsi que d’échanges d’informations et de vues entre les participants.

Pour le Vice-Ministre du Commerce et de l’industrie du Liberia, M. Wilfrid N. Bangura « L’organisation de cette de cet atelier pour les médias constitue une bonne nouvelle pour le continent africain ».

Pour sa part, le Commissaire en charge du Commerce et de la Libre Circulation, M. KONZI Tei a indiqué qu’une étude de la ZLECAf sur les Etats membres de la CEDEAO sous la supervision de la Commission est en cours et que les conclusions aideront à de prises de décisions substantielles aux restes des discussions. « La création d’un environnement sous régional sans frontières, ou les ressources sont disponibles et accessibles aux entreprises et aux personnes, reste un élément central de la stratégie de la CEDEAO en matière de prospérité partagée et de la vision d’une « CEDEAO des personnes » plutôt qu’une CEDEAO des Etats », a affirmé M. KONZI Tei.

Quant au Directeur par intérim du BSR-AO/CEA, Monsieur Bakary Dosso, il a affirmé que « le partenariat responsable et dynamique avec des médias de la sous-région devrait permettre un meilleur plaidoyer pour la ratification et la mise en œuvre de la ZLECAf, et d’assurer une meilleure visibilité et une meilleure diffusion de la mise en œuvre du plan communautaire de développement (PCD) de la CEDEAO, des objectifs de développement durables (ODD) et de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine. »

Pour rappel, à ce jour, 49 pays sur 55 ont signé l’accord dont 18 ratifiés. Dans l’espace CEDEAO, seulement 8 pays sur 15 ont ratifié l’accord dont le Togo en décembre 2018. La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) s’étendra sur un marché de 1,2 milliard de personnes, représentant un produit intérieur brut (PIB) de 2 500 milliards de dollars dans l’ensemble des 55 États membres de l’Union africaine.

La mise en œuvre de la ZLECAf devait permettre d’accroitre le volume d’exportation de 35 milliards US par an soit 52% d’ici 2022, de réduire l’importation de 10 milliards US. Les exportations agricoles et industrielles devaient augmenter de 4 milliards US, ce qui créerait de l’emploi et de la richesse sur le continent africain.

Avec des tarifs moyens de 6,1%, les entreprises sont actuellement confrontées à des droits de douane plus élevés lorsqu’elles exportent en Afrique plutôt qu’en dehors du continent. Selon la CEA, la ZLECA éliminera progressivement les droits de douane sur le commerce intra-africain, ce qui permettra aux entreprises africaines de négocier plus facilement sur le continent, de répondre aux demandes du marché africain en pleine croissance et de profiter des avantages offerts par ce dernier.

Les échanges commerciaux interafricains sont estimés à 16% très faible par rapport à l’Asie et à l’Europe.

Lu 269 fois Dernière modification le mercredi, 06 février 2019 00:36

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.