Composition2 result

Date du jour :

Aujourd'hui = 5178 / Hier = 6273 / Cette semaine = 11451 / Ce mois = 110294 / Total = 1811549

mardi, 22 mai 2018 14:32

Gestion des risques de catastrophes au Togo : Les journalistes outillés sur les missions de l’ANPC

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La thématique de réduction des risques de catastrophes est au cœur des préoccupations mondiales en matière de développement car, une catastrophe naturelle peut anéantir, en quelques instants, des efforts d’années de progrès en termes économiques évaluées à plusieurs centaines milliards de dollars sans oublier les pertes en vies humaines.

Le Togo n’est pas du tout épargné. Les inondations dont les plus graves en 2007, 2008 et 2010 ont occasionné sur tout le territoire national 21 décès, 85 blessés, 82767 personnes affectées et d’importants dégâts matériels. Ce n’est pas tout, il a été enregistré plus de 10.000 hectares de champs dévastés et plus de 2000 têtes d’animaux disparus sur le plan agricole et de l’élevage.

Depuis lors, le gouvernement togolais ne s’est jamais dérobé de son rôle régalien de protection des personnes et des biens sur son territoire ne serait-ce que par la mise en place régulière avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers, des comités multisectoriels chargés de cette mission en l’occurrence le Projet de gestion intégrée des risques du Togo (PGICT).

Cette volonté s’est encore concrétisée ce mardi par la formation des journalistes et professionnels des médias privés et publics venus des Régions maritime et Plateaux sur la thématique de prévention, de gestion des risques de catastrophes au Togo par une meilleure connaissance des objectifs et missions de l’Agence nationale de la protection civile (ANPC) et le Système d’alerte précoce ».

Il s’est agi au cours de cette rencontre de renforcer l’implication sinon, donner de la matière aux journalistes et des hommes de médias dans « le processus de prévention d’alerte et de gestion de catastrophes au Togo », en vue de leur permettre de répondre convenablement aux populations et particulièrement celles vulnérables exposées aux risques des catastrophes.

« Le métier des journalistes leur confère une proximité avec les populations qui fait d’eux des partenaires de choix dans la prévention et la réduction des risques de catastrophes auxquels nous sommes exposés. Pour cela, je sollicite leur concours à atteindre l’objectif qui est de faire connaître aux Togolais l’existence de l’ANPC, ses missions, ses actions et ses mesures adéquates à adopter face aux situations d’urgences pour la mitigation des conséquences de ces situations lorsqu’elles se produisent », a déclaré le Directeur général de l’ANPC, le Lieutenant-colonel Baka Yoma.

Le ministre de la Sécurité et de la protection civile, le Général Yark Damehame, a relevé les efforts consentis par le gouvernement pour développer une culture de résilience face aux risques de catastrophes.

Au nombre de ces acquis, figurent la réalisation d’une cartographie des zones à risques d’inondation dans les régions maritimes et des savanes, l’élaboration d’une stratégie nationale de réduction des risques de catastrophes, d’un plan national de contingence, d’un plan d’organisation de secours et l’installation des plateformes régionales dotées de plans d’action opérationnels.

« Depuis sa création, l’ANPC a su assurer le leadership dans la coordination et la gestion des situations d’urgence au Togo. A ce titre, en 2007, elle a coordonné les opérations de secours et d’assistance humanitaires aux victimes d’inondations dans le bassin du Mono au Sud-est de la région maritime, dans les préfectures des Lacs et du Bas-mono. Au cours cette année 2018, elle a déjà conduit l’élaboration du plan de préparation et de réponse aux éventuelles en 2018, élaboré et diffusé le premier bulletin d’information de prévention et d’alerter pour la période mars-avril et mai et organisé une campagne de sensibilisation des populations dans les localités vulnérables aux inondations. Pour le Système d’alerte précoce, elle assure en permanence le service de veille sur les bassins du Mono, de l’Oti, de Haho, de Zio et du Lac Togo », a indiqué le ministre de la Sécurité.

Le ministre de la Communication, de la culture, des sports et de la formation civique Guy Madjé Lorenzo s’est pour sa part réjoui de cette initiative de l’ANPC d’impulser la dynamique de communication pour la réduction des risques de catastrophes. Il a par la même occasion invité ces derniers à jouer leur rôle dans le strict respect de l’éthique et de déontologie.

Plusieurs communications ont faites notamment « Le cadre d’action de Sendai pour la réduction, des risques de catastrophes et le Togo », « La coordination de la gestion des situations d’urgences au Togo », « Le système national d’alerte précoce aux inondations », « La collaboration des systèmes hydrologiques et météorologiques pour la prévention des inondations au Togo », « Le rappel des rôles et responsabilités des journalistes et médias dans la prévention des risques et menaces, l’alerte précoce et la gestion des urgences et catastrophes ».

L’ANPC a été créée le 31 janvier 2017 avec pour mission principale de coordonner les actions, un souffle nouveau est né, mieux un vrai dynamique est insufflé à l’action gouvernementale pour l’atteinte des objectifs liés à la réduction des risques de catastrophes.

Etaient également présents à cette rencontre, le ministre de l’Environnement et des ressources forestières, André Johnson, le Président de l’Observatoire togolais des médias, Aimé Ekpé, les responsables des confessions religieuses et les chefs traditionnels.

Lu 1009 fois Dernière modification le mercredi, 09 janvier 2019 12:28

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Please publish modules in offcanvas position.