baniere formation

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :
Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 379 / Hier = 0 / Cette semaine = 1520 / Ce mois = 5776 / Total = 5796

mardi, 12 décembre 2017 18:59

Santé :Le Togo, le Mali e le Niger bénéficient d’un projet «IMP-ACTE» pour réadapter les handicapées

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Plus de 30 millions de personnes dans les pays à faible revenu ont besoin d’un artificiel ou d’un appareil orthopédique mais selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), seulement 5% à 15% d’entre elles peuvent accéder à ce service alors que 80% des personnes handicapées vivent dans les pays en développement et que les principaux fabricants de prothèses se trouvent en occident et produisent pour les pays riches. Au Togo, elles sont plus de 900.000, ces personnes handicapées.

Pour atteindre les patients vivants dans les régions éloignées ou dans les zones de conflits, une nouvelle technologie numérique qui consiste à reproduire un objet à partir d’un ordinateur et d’une imprimante a vu le jour. Il s’agit de l’Impression 3D et accès à la télé-réadaptation (IMP-ACTE) introduisant la technologie d’impression 3D pour la fabrication d’orthèses en Afrique de l’Ouest lancé ce mardi à Lomé et concerne particulièrement le Mali, le Niger et le Togo.

Financé à hauteur de 460.000 millions de francs CFA par la Direction générale de la Coopération du développement du gouvernement du royaume de la Belgique, ce projet veut renforcer les capacités de l’Organisation africaine pour le développement des centres pour personnes handicapées (OADCPH), un réseau basé à Lomé qui rassemble 80 centres de réadaptation dans 30 pays africains.

Pour le Chef projet régional IMP-ACTE, Simon Miriel, en introduisant la technologie d’impression 3D dans le domaine de la réadaptation physique en Afrique de l’Ouest, cette recherche opérationnelle cherche à relever le défi de l’accroissement de la productivité des prothèses actuelles pour toucher plus d’enfants et d’adultes handicapés.

Il sera mise en place un laboratoire 3D à l’OADCPH pour produire et approvisionner en « orthèses 3D » les centres de réadaptation ciblés par le projet au Togo (CNAO de Lomé, CRAO de Dapaong), au Mali (CNAOM de Bamako) et au Niger (service de réadaptation de l’hôpital universitaire de Niamey).

Mais au Togo abrite déjà l’Ecole nationale des auxiliaires médicaux (ENAM) qui forme les experts de la réadaptation de tous les pays de l’Afrique francophone et comme les autres pays de la région, il présente de défis en matière de soins de réadaptation parallèlement aux importantes opportunités.

« Je souhaite que le projet aboutisse à résultats concluants pour espérer améliorer dans les années à venir l’accessibilité géographique des soins de nombreux patients en situation de handicap dans les régions enclavées et dans les zones de conflit », a déclaré le Chef division réadaptation et secteur privé au ministère de la Santé et de la protection sociale, Olivier Kadanga.

Béatrice Kockelmann, Consul honoraire de la Belgique au Togo, a indiqué que la stratégie de son pays en matière d’aide humanitaire souligne l’importance de l’innovation dans les actions humanitaires à mener et la nécessité de travailler à l’amélioration de l’aide et du système humanitaire.

Le projet, initié par Handicap international avec le concours de l’OADCPH, l’ENAM et le collège Universitaire Thomas More, s’appuie sur la formation des orthoprothésistes et des kinésithérapeutes des trois (3) pays en question pour profiter d’une réalité actuelle, celle de la croissance de l’utilisation des nouvelles technologies de la communication dans la vie de tous les jours.

J.A

Lu 766 fois Dernière modification le mercredi, 09 janvier 2019 12:28

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

© 2018 Tout droit réservé; Conçu par XLENCIA SARL