baniere formation

Sliderpub

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :
Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 1221 / Hier = 1167 / Cette semaine = 5788 / Ce mois = 15150 / Total = 36735

mardi, 18 juillet 2017 20:58

Tournée de Victoire Dogbé dans la région de la Kara : Comment le FNFI change le quotidien des populations de la Binah ? Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Au niveau de son département, Victoire Tomégah Dogbé s’est donné une mission, celle de descendre de temps en temps sur le terrain pour faire le suivi de la mise en œuvre des différents projets et programmes. Alors qu’elle est à Kara (450km au nord de Lomé) pour assister à l’édition 2017 des chaudes empoignades des luttes traditionnelles Evala, a fait d’une pierre deux coups.

Lundi à la tête d’une délégation, la ministre du Développement à la Base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes a bravé la pluie pour aller échangé avec les bénéficiaires de la Binah (35km de la Kara) sur les différents produits du Fonds national de la finance inclusive (FNFI) notamment l’Accès des jeunes au service financier (AJISEF), Accès des agriculteurs au service financier (AGRISEF), et Accès des pauvres au service financier (APSEF).

Il ressort de cette rencontre que dans toutes les préfectures de la région de la Kara, celle de la Binah reste en tête dans le remboursement des crédits octroyés avec un taux moyen de 94,08%.

Un résultat salué par la ministre en charge du développement à la Base Victoire Tomégah Dogbé.

« Dans la région de la Kara, les bénéficiaires des crédits de la Binah ont prouvé qu’ils ont compris que l’argent que le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé a mis à leur disposition n’est pas un cadeau et qu’ils doivent rembourser pour que d’autres qui sont dans le besoin puissent en bénéficier. Je leur tire chapeau. Mais si vous vous organisez bien avec les cadres du milieu, je sais que vous pouvez atteindre les 100% », s’est-elle adressé aux bénéficiaires les exhortant à poursuivre le remboursement.

Pour cette dernière, la finance inclusive reste et demeure la meilleure arme de lutte contre la pauvreté et donne la possibilité aux populations de se prendre en charge elles-mêmes.

Tour à tour, les bénéficiaires ont témoigné avec joie de comment ces différents crédits ont impacté positivement leurs activités pour ne pas dire toute leur vie, voire la communauté entière. « J’ai pris les crédits APSEF et comme j’ai bien payé, la micro-finance m’a aidé à prendre ceux d’AGRISEF parce que je paie bien. Avec ces crédits, j’ai élargi ma superficie avec de bons rendements qui me permettent de subvenir aux besoins de ma famille », a déclaré Boba Rose, l’une des bénéficiaires.

Toutefois, faut-il le rappeler qu’après 3 ans et demi que le FNFI ait lancé, sur 1520 bénéficiaires pour 517 millions de francs CFA dans la Binah seulement 164 ont pris le produit AJISEF. 7170 personnes pour APSEF et 4186 ont bénéficié du crédit AGRISEF. Ce qui prouve à suffisance que les jeunes hésitent encore dans la demande des différents produits du FNFI.

Après trois ans et demi, 1520 bénéficiaires pour 517 millions de francs CFA en raison de 7170 personnes pour APSEF, 4186 personnes pour AGRISEF et « seulement » 164 pour AJISEF. Ceci dénote à suffisance que les jeunes hésitent dans la demande du crédit. « Si tu veux bénéficier des crédits après que vous êtes formés en groupe de personnes, il faut chercher les cautions. Il y a certains qui déposent le papier de leur terrain pour bénéficier de 300.000 F de crédit. Ils disent que c’est pour sécuriser les fonds, ce qui n’est pas dit auparavant. C’est ce qui découragent les gens à en prendre », a confié Ayim Mazanbalo, l’une des bénéficiaires.

Outre cette condition imposée par les micro-finances, les bénéficiaires ont également relevé les problèmes de la peur de rembourser les crédits pour faute de la mévente, et parfois le retard dans l’octroi des crédits.

Conditions que Victoire Tomégah Dogbé prend sur elle de régler dans les prochaines heures avec les responsables des micro-finances concernées.

Etaient également présents à cette rencontre, le Directeur de cabinet de la Primature Pré Simfétchéou, le Ministre d’Etat, chargé des affaires de la présidence, Essoh Solitoki, le Directeur du FNFI, Yves Gnaba et les premiers responsables des différentes départements affiliés au ministère.

Depuis Kara l’envoyé spécial, Joseph Ahodo

Lu 944 fois Dernière modification le mercredi, 09 janvier 2019 12:27

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

© 2018 Tout droit réservé; Conçu par XLENCIA SARL