baniere formation

INFO BRUTE, APPELEZ le 98 99 15 17   // Info >>

Actualité :
Date du jour :

Nombre de visiteurs : Aujourd'hui = 377 / Hier = 0 / Cette semaine = 1518 / Ce mois = 5774 / Total = 5794

mercredi, 06 juin 2018 17:33

Finances : Le Togo à la quête de 20 milliards FCFA sur le marché financier régional

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Selon l’agence UMOA-Titres, le Trésor public va de nouveau solliciter par Obligations Assimilables du Trésor (OAT), 20 milliards FCFA sur le marché financier régional UMOA-Titres après le report pour le 18 mai dernier d’une opération d’adjudication de même nature.

 

La valeur nominale unitaire des nouveaux titres émis est fixée à 10 000 FCFA pour une maturité de trente-six (36) mois. Les obligations sont remboursables au 1er jour suivant leur date d’échéance fixée au 11 juin 2021. Le taux d’intérêt est unique et fixé à 6,25 %. Les résultats de cette émission devront être publiés le 8 juin 2018, indique la note d’information de l’agence UMOA-Titres.

Le gouvernement devait mobiliser l’épargne en vue de répondre aux besoins de financement du budget exercice 2018. « Par ailleurs, la satisfaction de nouveaux besoins sociaux liés notamment aux revendications des agents des secteurs de l’éducation, à l’augmentation des subventions aux universités de Lomé et de Kara ainsi qu’aux enseignements confessionnels et surtout la prise en compte de nouvelles demandes d’investissements financés sur ressources propres, ont augmenté le niveau des dépenses », a indiqué le conseil des Ministres du 25 mai dernier.

En outre, face aux nombreux besoins à satisfaire, conjugués aux défis de mobilisation des ressources internes, le gouvernement a jugé utile de s’orienter vers l’optimisation des dépenses publiques. La nécessité de prendre en compte ces évolutions, amène à modifier le budget 2018 en cours d’exécution.

Ainsi, le budget rectifié s’équilibre en recettes et en dépenses à 1 308 134 862 000 FCFA contre 1 318 500 000 000 FCFA dans la loi de finances initiale soit une baisse de 1%. Par ailleurs, le secteur privé national et international est sollicité dans le souci d’augmenter significativement la part des investissements privés dans l’économie nationale.

Lu 282 fois Dernière modification le mercredi, 09 janvier 2019 12:26

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

© 2018 Tout droit réservé; Conçu par XLENCIA SARL