Culture

Mgr Dominique Banlène Guigbile, a pris fonction à Dapaong

Mgr Dominique Banlène Guigbile, a pris fonction à Dapaong

5 février 2017
Le père Dominique Banlène Guigbile nommé par le pape François comme nouvel évêque de Dapaong, en novembre 2016 a pris officiellement fonction ce 05 février 2017. Il était avant sa nomination…
L'édition 2017 du FESPACO aura lieu du 25 février au 04 mars.

L'édition 2017 du FESPACO aura lieu du 25 février au 04 mars.

6 janvier 2017
Ce 05 janvier 2017, a été lancée à Abidjan (Côte d'Ivoire) la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). L'événement se déroulera à…
La fête des grands « HEROES » 2016 au Togo

La fête des grands « HEROES » 2016 au Togo

4 janvier 2017
« Nous voulons tout simplement égayer les fans des 12 meilleurs tubes de l’année 2016 au Togo pour qu’ils soient des modèles d’artistes pour les générations futures », a annoncé ce mercredi,…
Un américano-togolais apporte son expertise musicale aux jeunes

Un américano-togolais apporte son expertise musicale aux jeunes

13 décembre 2016
Dans le cadre de ses activités de promotion de la culture et de l’entrepreneuriat des jeunes, l’Ambassade des Etats-Unis le rappeur et réalisateur américano-togolais Tabi Bonney, fils du chanteur togolais…
Le slam théâtralisé en perspective au Togo

Le slam théâtralisé en perspective au Togo

5 décembre 2016
Le 03 décembre dernier plusieurs slameurs togolais et de la sous-région ont tenu en haleine le public de Lomé autour du concept Calebasse Challenge. L'événement est à sa quatrième édition.
Stop à l'hépatite B!

Stop à l'hépatite B!

28 novembre 2016
La lutte contre l'hépatite B, une maladie méconnue de la population, a été au cœur du message que l'AHVP a lancé à travers son concert et défilé de mode sur…
Le live par les enfants

Le live par les enfants

23 novembre 2016
La Maison Arts des Sons du professeur de musique Kwassivi Eli Anthony a offert au public de Lomé un spectacle de piano ce 22 novembre.
De Mama Africa, à la samaritaire, c’es Afia Mala !

De Mama Africa, à la samaritaire, c’es Afia Mala !

21 octobre 2016
Horizon news (21/10/2016, Lomé) : Il y a quelques jours, la diva de la chanson togolaise, Afia Mala (42 ans de carrière), avec un répertoire qui trouve son inspiration dans la…

La Fondation Friedrich Ebert (FES) a présenté, hier jeudi à la Maison de la presse de Bamako, son document d’analyse sur le paysage médiatique. Ce document de diagnostic sur la presse nationale de 4 dernières années traite les questions de la régulation, les libertés d’expression, de presse ; l’organisation des entreprises de presses, les conditions de travail et de vie du personnel des médias au Mali, etc.

journaux

 

 

 

Le rapport note des avancées notables dans le domaine de la liberté de presse, par contre, le rapport signale des efforts à fournir pour la régulation de la radiodiffusion et la télévision de même que dans la formation des journalistes.

Le rapport s’est également intéressé à chaque segment de la presse nationale (l’audiovisuel, la presse écrite, la radio, les portails d’information).

Pour la radio diffusion, plus de 500 radios FM ayant obtenu une autorisation, seulement 375 émettent régulièrement, avec de faibles rayons de couverture ne dépassant pas 50 kilomètres.

Quant à la presse écrite, sur près de 120 journaux, seulement une trentaine de journaux, éditée principalement en français, parait régulièrement.

En plus de tout cela, la presse écrite souffre d’absence d’imprimeries modernes, du prix très élevé des journaux.


S’agissant des portails d’information, en pleine croissance dans le pays, depuis quelques années, cet autre segment du paysage médiatique n’arrive pas également à respecter son format. En manque de personnel et de rédaction, les rares journaux en ligne ne font que des reprises des articles de presse déjà publiés, constate la commission dans son rapport.

En plus de ces problèmes spécifiques, on note également le faible moyen financier que les autorités accordent à la presse pour ses missions de service public d’information. Cette aide directe à la presse au Mali était, l’année dernière de 200 millions de FCFA seulement.

Pire, ce baromètre confirme les conditions de vie et de travail difficiles des journalistes tout en indiquant que leur salaire moyen est de 50 000 francs CFA alors que le salaire minimum garanti (SMIG) de notre pays est de 40 000 francs CFA.

Le rapport se réjouit de la création de la Haute autorité de communication qui aura la responsabilité et la mission de réguler le secteur de la communication et de l’information ; de l’ouverture prochaine de l’école de journalisme dans le pays.

Source:info-matin