Super User

Super User

Après un second titre de Champion de France, les joueurs tricolores ont connu des fortunes diverses dans leurs championnat pour leurs retours en club.

La Ligue des Champions de l’UEFA est sans doute la compétition la plus populaire après la coupe du monde.

Dans un communiqué rendu public, l’institution dirigée par Mme Awa Nana Daboya informe l’opinion du démarrage de la deuxième étape de la prise en charge psycho-médical avec les victimes vulnérables de la commune de Lomé le mardi 27 novembre 2018 à son siège à Lomé.

Après les recensements électoraux organisés par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) dans le cadre des prochaines élections législatives du 20 décembre prochain, son président Prof. Kodjona KADANGA a procédé le 28 novembre 2018 à la présentation de l’opération de détection des présumés inscriptions multiples.

 

 

A quelques heures d’une série de marches prévues être organisées par la coalition des 14 partis de l’opposition, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dans un communiqué rendu public ce mercredi, désapprouve toute initiative susceptible de créer le désordre et de susciter la violence au Togo.

Les avis sont à la fois nombreux et tout aussi différents selon les personnes interrogées.

Celles et ceux qui se sont déjà rendus au Rwanda, ont forcément entendu parler de l’Umuganda, cette vaste opération de nettoyage qui a lieu le dernier samedi de chaque mois. Le pays a gagné une reconnaissance mondiale avec cette initiative civique transformatrice. Le terme Umuganda signifie « poursuivre ensemble un objectif commun pour engranger des résultats».

« Journalisme, nouveaux médias et liberté d’expression », c’est autour de ce thème que le Conseil National des Patrons de Presse (CONAPP) a regroupé 80 patrons de presse à Sokodé (385 Km de Lomé) du 28 au 30 novembre 2018 à l’occasion de la 5è édition des Journées portes ouvertes de la presse togolaise.

« A ce propos, les Facilitateurs et la Commission de la CEDEAO voudraient rappeler qu’aux paragraphes 39 et 40 de la Feuille de Route du 31 juillet 2018 à laquelle ont souscrit tous les acteurs politiques, la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement a condamné tout recours à la violence et appelé les acteurs politiques et la société civile à s’abstenir, en toute circonstance, d’actes et de propos susceptible d’alimenter de nouvelles tensions et de compromettre les efforts en cours », c’est la position de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à quelques heures du lancement d’une série de marches prévues être organisées par la coalition des 14 partis de l’opposition.

Lire l’intégralité du Communiqué

Depuis quelques temps, alors que la CEDEAO s’investit pleinement dans la mise en œuvre des décisions contenues dans la Feuille de Route adoptée le 31 juillet 2018 par la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’organisation sous régionale, des propos et des écrits sont diffusés pour appeler à des initiatives susceptible de créer le désordre et de susciter la violence au Togo. De tels messages sont de nature à compromettre les efforts qui sont en cours pour mettre fin à la situation difficile que connait le pays ; ils accentuent également l’inquiétude que la persistance de la crise suscite chez les Togolais, les amis et les partenaires du Togo. C’est dire qu’ils font à l’encontre des intérêts fondamentaux du peuple togolais et de la Sous-région.

A ce propos, les Facilitateurs et la Commission de la CEDEAO voudraient rappeler qu’aux paragraphes 39 et 40 de la Feuille de Route du 31 juillet 2018 à laquelle ont souscrit tous les acteurs politiques, la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement a condamné tout recours à la violence et appelé les acteurs politiques et la société civile à s’abstenir, en toute circonstance, d’actes et de propos susceptible d’alimenter de nouvelles tensions et de compromettre les efforts en cours. Cette position s’inscrit en droite ligne dans l’esprit et la lettre du Protocole de la CEDEAO relatif au Mécanisme de prévention, de gestion, de règlement de conflit, de maintien de la paix et de la sécurité, ainsi que de son Protocole additionnelle sur la démocratie et la bonne gouvernance.

Voilà pourquoi les Facilitateurs et la Commission de la CEDEAO expriment leur totale désapprobation des propos et écrits susmentionnés. Au demeurant, ceux-ci vont à l’encontre du souci d’apaisement que la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement a salué chez l’ensemble des acteurs politiques depuis le début de la Facilitation entreprise par la CEDEAO. Aussi, les Facilitateurs et la Commission voudraient-ils, à nouveau, lancer un appel pressant à toutes les parties prenantes à la crise, pour qu’elles s’abstiennent de recourir à la violence et s’inscrivent résolument dans la voie du dialogue et de la concertation pour résoudre leurs différends, de manière à promouvoir la culture de la paix dans leur pays, pour le bien commun. Ils sollicitent, en même temps, la collaboration, dans ce sens, des responsables des organisations de la société civile et des médias.

Enfin, les Facilitateurs et la Commission de la CEDEAO réaffirme leur ferme détermination à tout mettre en œuvre, en vue de l’application de la Feuille de Route du 31 juillet 2018.

Abuja, le 26 novembre 2018

Commission de la CEDEAO

 

Ouverte le 27 novembre à Lomé et pour trois (3) jours, en présence du Secrétaire Exécutif, Patrice KOUAMÉ, la 15è réunion du Comité des Experts du Conseil de l'Entente va être consacrée aux questions de paix, de sécurité et de développement dans l'Espace Entente.

Page 7 sur 159