Société

Société (415)

Du 23 au 27 octobre 2017, les jeunes leaders panafricains de onze pays africains, soucieux de l’avenir et du devenir radieux de l’Afrique, se sont réunis à Kindia (Guinée) pour réfléchir sur le dividende démographique en Afrique, enjeux et défis pour un développement durable du continent.

La Chambre Correctionnelle du tribunal de première instance de Lomé a rendu son verdict le 17 octobre 2017, en condamnant le couple ASSIGBE Kokouvi et AFANOU Afi à une peine d’emprisonnent de six (6) mois ferme et à payer une amende de 200 000 FCFA chacun pour capture, circulation et commercialisation illégale de soixante et six (66) bébés tortues et de cinq (05) carapaces de tortue marine.

Désormais, les abonnés des bouquets Canal + auront de quoi meubler leur bonheur ! Une nouvelle chaîne « Nollywood TV EPIC » 100% tradition africaine vient de voir le jour avec pour spécialité des films qui font vivre et revivre la pure tradition africaine à travers de belles histoires féériques et fascinantes.

Le tourisme constitue le moteur de la croissance économique en Afrique. Le Togo avec ses myriades d’atouts naturels touristiques se positionne comme un pays touristique.

Il y a donc nécessité que le pays respecte les normes de qualité internationales qui régissent le secteur.

« Cette réunion avait pour but d’informer, et de sensibiliser sur les normes de qualité qui régissent le secteur et les dispositions pratiques à prendre par tous pour corriger, à brève échéance, les insuffisances constatées de part et d’autre », a indiqué le ministre de l’Industrie et du Tourisme, Gabriel Ihou, a l’ouverture ce mardi de la réunion de mise en place du comité technique de normalisation du secteur du tourisme.

Lire l’intégralité du DISCOURS D’OUVERTURE DU
LE MINISTRE DE L’INDUSTRIE ET DU
TOURISME

Honorables invités ;
Mesdames, messieurs.
Permettez-moi avant toute chose de vous souhaiter une chaleureuse et cordiale bienvenue à cette rencontre de mise en place du comité technique de normalisation du secteur du tourisme.
Je voudrais également, vous remercier d’avoir répondu massivement à cette invitation, malgré vos multiples occupations.
Votre présence ce matin dans cette splendide salle témoigne de votre attachement à de bonnes pratiques idéales dans le domaine du tourisme et de l’hôtellerie dont la matérialisation dans notre pays nécessite la mise en place des structures de normalisation requises dans le secteur.
En effet, le tourisme est un secteur de services par excellence, générateur de richesses et créateur d’emplois. Il contribue à la réduction sensible de la pauvreté notamment par sa vocation inclusive. Pour ce faire, l’activité touristique a des répercussions sur l’ensemble de l’économie, sur l’environnement, sur la population locale de la destination et sur les touristes eux-mêmes.
Au regard de ces impacts multiples de la gamme et de la variété des facteurs de production requis pour produire les biens et services achetés par les visiteurs, et de l’éventail d’agents intéressés ou touchés par le tourisme, il convient de sensibiliser les opérateurs touristiques à adopter une attitude responsable, en offrant des prestations de qualité pour garantir la durabilité du tourisme.
A cet effet, l’Organisation Mondiale du Tourisme appuie la promotion de l’économie verte et invite les Etats membres à une meilleure exploitation du secteur touristique en faveur de l’intégrité des destinations à la satisfaction des visiteurs et des populations d’accueil.
Ce faisant, des initiatives d’organisation, d’exploitation et de promotion commune de l’économie touristique sont engagées au plan africain et sous-régional. Elles s’opèrent notamment au sein de l’Union Africaine (UA), de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) et du Conseil de l’Entente dans la perspective de l’intégration de ces différents espaces. C’est dans cette dynamique de l’évolution du secteur au plan mondial, continental et sous-régional que le gouvernement, sous l’impulsion du Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République, s’est résolument engagé dans la relance du secteur touristique national, à travers une série d’actions décisives visant à sa promotion, son développement et son intégration. Entre autres actions, l’adoption du document de politique nationale du tourisme (PNT) en conseil des ministres, le 5 janvier 2011, la validation d’un plan directeur de développement et d’aménagement touristique (PDDAT) en 2014, le début de mise en œuvre de la rénovation d’hôtels emblématiques de la capitale à l’instar du 2 Février , la tenue d’une conférence sur l’investissement hôtelier à Lomé en juin 2016

Mesdames, messieurs
La mondialisation de l’économie touristique crée une concurrence
accrue entre les pays récepteurs sur les marchés émetteurs de touristes due, non seulement à la quête des mesures de facilitation d’entrée dans les pays d’accueil, mais aussi et surtout aux exigences de qualité des produits et services offerts par ces pays, conformément aux normes et règlements internationalement admis.
Pour faire face à ces exigences relatives à la qualité dans notre pays, le gouvernement a adhéré à divers programmes qualité dont ceux de l’UEMOA et de la CEDEAO notamment et a adopté un ensemble de textes juridiques dont la mise en œuvre favorisera la disponibilité de l’infrastructure qualité nationale et permettra, à coup sûr, d’améliorer la qualité de nos produits et services, pour fidéliser les anciens marchés de touristes et en conquérir de nouveaux.
C’est ainsi que le 12 août 2009, notre pays a adopté la loi cadre n°
2009-016 portant organisation du schéma national d’harmonisation des activités de normalisation, d’agrément, de certification, d’accréditation, de métrologie, de l’environnement et de promotion de la qualité au Togo. Les décrets d’application de cette loi ont été adoptés en conseil des ministres, respectivement le 24 décembre 2015 et le 24 novembre 2016. Afin de favoriser l’encrage de la culture qualité dans notre pays pour hâter son développement durable, le Premier Ministre a par lettre circulaire en date du 16 décembre 2016, instruit chaque département ministériel et institution de la République de s’atteler à l’application scrupuleuse des textes et règlements relatifs à la qualité avec obligation de résultats.
C’est dans cette optique que nous avons organisé le 12 mai dernier la rencontre à l’intention des professionnels que vous êtes dans le cadre de la relance des secteurs de l’Industrie et du Tourisme.
Cette réunion avait pour but d’informer, et de sensibiliser sur les normes de qualité qui régissent le secteur et les dispositions pratiques à prendre par tous pour corriger, à brève échéance, les insuffisances constatées de part et d’autre. Toutes ces actions démontrent le ferme engagement des plus hautes autorités à placer notre pays dans la voie de la modernité et du changement par la qualité, pour un développement durable.


Mesdames, messieurs,
Au regard de l’importance que prennent aujourd’hui les considérations environnementales, éthiques, sociales et économiques dans les activités humaines, de nombreux touristes sont sensibles à l’impact de leur voyage sur les régions qui les attirent. Ils cherchent en même temps à améliorer la qualité de leurs vacances pour faire d’un voyage une expérience inoubliable.
Pour combler les attentes des touristes, le gouvernement dans sa vision de faire de la qualité un facteur de promotion d’un tourisme durable, lance par ma voix, un appel à tous les opérateurs touristiques publics et privés à ouvrer pour le développement d’un tourisme diversifié, respectueux de l’environnement, de la qualité de la vie et des cultures, garant de la croissance économique pour une émergence réussie.
En conséquence cela exige, à tous les niveaux, des prestations de grande qualité. Qu’il s’agisse des hôtels, des restaurants, des agences de voyages ou d’autres, l’accueil, les services offerts tels que l’hébergement avec toutes les commodités, la restauration avec toute l’hygiène requise ou le guidage avec une interprétation à la hauteur des attentes des touristes, doivent viser les normes de qualité.


La rencontre de ce jour vient consacrer cette vision à travers le comité technique de normalisation du secteur du tourisme que vous êtes invités à mettre en place. Les attentes des autorités vis-à-vis de ce comité sont énormes. C’est pour cela qu’il sera doté d’une feuille de route qui lui permettra d’œuvrer pour rattraper, dans un bref délai, le retard en matière des normes de qualité dans le secteur.
Je voudrais saisir cette opportunité pour témoigner ma gratitude au chef de l’Etat pour ses actions en faveur du tourisme. Je remercie les partenaires et tous les acteurs que j’invite à s’impliquer fortement pour la réussite de cette entreprise. Je n’oublie pas les médias pour leur accompagnement et je compte sur eux pour une large diffusion.
Sur ce, je déclare ouverts les travaux de mise en place du comité technique de normalisation du secteur du tourisme.


Je vous remercie.

Comme le sommet Israël-Afrique qui devait se tenir du 24 au 26 octobre 2017 a été reporté, le gouvernement dans un communiqué rendu public ce lundi vient de notifier son indisponibilité à accueillir la Conférence ministérielle de la Francophonie prévue à Lomé du 24 au 26 novembre prochain.

« Le gouvernement togolais exprime ses reconnaissances à l’Organisation Internationale de la Francophonie et à tous les Etats membres. », peut-on lire dans le communiqué des autorités togolaises.

Lire le Communiqué du gouvernement togolais relatif à l’organisation de la Conférence des Ministres de la Francophonie (CMF)

  

Le 27 novembre 2016, le Togo a été choisi, à l’issue du XVIème Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Francophonie qui s’est tenu à Antananarivo à Madagascar, pour occuper l’un des postes de vice-présidence et abriter également la Conférence des Ministres de la Francophonie (CMF) du 24 au 26 novembre 2017.

Le Gouvernement togolais, après consultation avec les instances de l’Organisation Internationale de la Francophone (OIF), principalement la Secrétaire Générale Son Excellence Madame Michaëlle JEAN, et en vue de s’offrir tous les moyens nécessaires de mieux préparer cette rencontre internationale de haut niveau, informe que cette Conférence ministérielle de la Francophonie ne pourra plus se tenir à Lomé du 24 au 26 novembre prochains comme initialement prévu. 

Le gouvernement togolais en a tenu informée l’Organisation Internationale de la Francophone (OIF) et l’a invitée à prendre les dispositions qu’elle jugera utiles pour en informer les Etats membres.

Le gouvernement togolais exprime ses reconnaissances à l’Organisation Internationale de la Francophonie et à tous les Etats membres.

Le Togo et la Francophonie ont une histoire datant de plus 50 ans. Dix ans après la naissance de l’Organisation sur les rives du fleuve Niger, Lomé a eu le privilège d’accueillir sa toute première unité décentralisée : le Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest. Le pays demeure le foyer de rayonnement de la Francophonie en Afrique de l’Ouest. 

Fait à Lomé, le 23 octobre 2017

Le Gouvernement

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 20 OCTOBRE 2017


Le Conseil des Ministres s’est tenu ce vendredi 20 octobre 2017 au Palais de la Présidence de la République sous la présidence du Président de la République,
Son Excellence, Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE.
Le Conseil a :
- examiné et adopté un (01) projet de loi et un (01) décret ;
- examiné en première lecture deux décrets ;
- procédé à la reconnaissance de la désignation par voie coutumière des chefs de canton ;
- et suivi un séminaire gouvernemental.


Au titre du projet de loi :


Le projet de loi adopté par le Conseil des ministres autorise la ratification de l’Accord cadre portant création de l’alliance solaire internationale (ASI), adopté le 15 novembre 2016 à Marrakech au Maroc.
L’Alliance solaire internationale est une initiative franco-indienne lancée le 3O novembre 2015 à Paris. Elle vise à faciliter et augmenter de manière significative la production d’électricité solaire dans les cent vingt-et-un pays (121) situés entièrement ou partiellement entre les tropiques du cancer et du capricorne.
L’Alliance constitue une plateforme de coopération entre les pays en voie de développement à fort potentiel solaire et les pays développés disposant de
technologies solaires avancées. Elle se fixe pour ambition de réduire les coûts de ces technologies et de développer l’innovation et les financements en faveur des pays du Sud.
La ratification de cet Accord cadre permettra à notre pays de mobiliser des ressources financières pour la réalisation des programmes et projets d’énergie
solaire. Elle favorisera également l’atteinte des objectifs poursuivis par l’Agence togolaise d’électrification rurale et des énergies renouvelables.


Au titre des décrets


Le décret examiné et adopté par le Conseil des ministres porte approbation de la déclaration de politique du secteur de l’économie numérique pour la période 2018-2022. Les technologies de l’information et de la communication sont aujourd’hui omniprésentes dans tous les secteurs de l’économie. Les opportunités qu’elles offrent sont de plus en plus grandes, et les enjeux pour le Togo sont considérables. Les effets bénéfiques du développement des communications électroniques sur la croissance sont bien connus, et aucune politique de développement ne saurait se concevoir aujourd’hui en dehors de l’économie numérique. Or, la précédente déclaration de politique sectorielle qui couvrait la période 2011-2015 est arrivée à échéance. Elle tendait à faciliter l’accès des TIC aux citoyens et à faire du Togo une vitrine dans la sous-région en matière de TIC. L’objectif visé en 2011 était d’atteindre en 2015, un taux de pénétration téléphonique fixe et mobile de 60% et un taux de pénétration haut débit de 15%.
Le présent décret vise donc à permettre au ministère des postes et de l’économie numérique de renforcer et accroître son action.
La nouvelle déclaration de politique du secteur de l’économie numérique pour la période 2018-2022 repose sur quatre axes fondamentaux à savoir :
- développer les infrastructures locales nationales et internationales ;
- favoriser la diffusion des TIC dans l’économie et l’accroissement des usagespour les couches les plus vulnérables ;
- renforcer la concurrence sur l’ensemble des segments du marché ;
- et garantir la souveraineté numérique nationale, notamment la cybersécurité et la protection des citoyens.
Pour assurer une meilleure coordination dans la mise en œuvre de la stratégie, il est prévu un dispositif institutionnel de pilotage et de suivi constitué d’un comité national du numérique placé sous l’autorité du Premier Ministre et d’un comité technique en charge du pilotage opérationnel dirigé par le ministre en charge de l’économie numérique.


Le second décret examiné en première lecture par le conseil des ministres fixe les modalités de délivrance d’autorisation spéciale de sortie d’un enfant du territoire de la République togolaise.


Le troisième décret examiné également en première lecture par le conseil porte délégation de pouvoir en matière d’adoption et amendement des règlements
relatifs aux annexes de la convention de Chicago dans le domaine de l’aviation civile.


Au titre des reconnaissances

Le conseil des ministres a adopté trois décrets portant reconnaissance de la désignation par voie coutumière des chefs de canton de Badja dans la préfecture de l’Avé, de Katomé dans la préfecture du Moyen-Mono et de Affem-Boussoudans la préfecture de Tchamba.


Au titre du séminaire gouvernemental
Le conseil des ministres a suivi le séminaire gouvernemental relatif au programme de développement des agropoles au Togo.
Ce programme de développement des agropoles vient renforcer et compléter les multiples réformes et actions entreprises dans le secteur agricole, notamment la stratégie de relance de la production agricole (SRPA 2008-2010) suivi du programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire (PNIASA 2011-2016) qui ont permis d’impacter positivement les indicateurs de base du bien-être au Togo (sécurité alimentaire et nutritionnelle, profil de la pauvreté) qui ont été mise en œuvre sous l’impulsion du Chef de l’Etat. Fort des acquis et du potentiel de croissance et de création d’emplois du secteur, le gouvernement a élaboré et adopté pour la période 2016-2030, la nouvelle note de politique agricole orientée vers l’accélération de la croissance, la compétitivité, la transformation des produits et plus d’ouverture vers les marchés. La stratégie de mise en œuvre de ce document de politique dont l’objectif vise à contribuer à l’accélération de la croissance économique, à la réduction de la pauvreté, à la création d’emplois et à l’amélioration des conditions de vie tout en assurant l’inclusion sociale et le respect de l’environnement est basée sur le développement des agropoles.
Ce vaste programme qui va générer près de 25.000 emplois dans sa première phase, couvrira la période 2016-2030 et concernera trois sites à fort potentiel
autour des bassins hydrographiques de la Kara, de l’Oti et du Moyen-Mono. A l’issue des discussions, le conseil a adressé ses remerciements à la Banque Africaine de Développement (BAD) qui accompagne notre pays dans cette remière phase du programme ainsi qu’à tous les autres partenaires techniques et financiers qui sont partie-prenante dans ce programme pour leurs appuis multiformes.


Fait à Lomé, le 20 octobre 2017
Le Conseil des ministres

Les agents de l’Office Central de Répression du Trafic illicite de Drogue et du Blanchiment (OCTRIDB) et du Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières (MERF) en collaboration avec EAGLE-Togo, ont interpellé le lundi 02 octobre dernier à Lomé, un ex-agent de la Marine togolaise en possession de 3 pointes d’ivoire brutes et une pointe sculptée. Il a été déféré vendredi à la prison civile de Lomé.

Le chef de l'Etat togolais Faure Gnassingbé a reçu les présidents des Assemblées nationales de Madagascar, de la Guinée Bissau et du Mali.

Le Grand marché de Lomé a été à nouveau aux alentours de 13 heures, le théâtre d’un braquage à mains armées. Alors que l’on croyait à un braquage d’Ecobank-Togo comme il est de leur habitude, ces malfaiteurs se sont pris plutôt aux commerçants de Dubaï qui détenaient une importante somme d’argent. Dans les échanges, les forces de l’ordre et de sécurité ont réussi à abattre deux (2) braqueurs.

Selon les informations, ils seraient six (6) braqueurs sur trois (3) motos à mains armées de kalachnikovs à tirer en l’air dans la ruelle menant Ecobank à la pharmacie Populaire pour créer dans un premier temps la panique au sein de la population avant leur opération faisant plusieurs blessés dans les rangs des passants.

Aussitôt alertés, les forces de l’ordre et de sécurité ont neutralisé deux (2) sur les six (6) braqueurs.

Le reste de ce gang dans leur fuite ont encore tiré des coups de feu à la frontière Togo-Ghana faisant des blessés.

« Ce fut chaud parce qu’en une fraction de secondes, j’ai cru ma dernière heure arrivée. Nous étions exposés en plaine messe de midi sur l’esplanade de la cathédrale. Le Curé a dû interrompre la messe suite aux coups de feu et nous sommes précipités vers le presbytère car la cathédrale est en réfection actuellement », rapporte un Agent d’Ecobank.

Ce n’est pas la première fois que le Grand marché est pris d’assaut par des braqueurs. Mais les cibles sont différentes, soit c’est une banque qui est attaquée, une personne ou une voiture avec à bord une somme colossale.

C’est le lieu pour les forces de sécurité et de l’ordre d’être vigilantes et parer à ces actes de banditisme !

La rentrée scolaire est effective sur l’étendue du territoire togolais ce lundi 02 Octobre comme l’avait annoncé le gouvernement de Klassou Sélom.

Page 25 sur 30