Economie

Economie (288)

En prélude au Business Forum Togo-Chine qui s'ouvre ce vendredi à Hanghzou en Chine, le Chef de l’État Faure Essozimna Gnassingbé a présidé, le06 septembre une table ronde de patrons d’entreprises chinoises et togolaises.

Après l'étape de Lomé, le Secrétariat d'État Chargé de l'Inclusion Financière et du Secteur Informel avec à sa tête le Ministre Mazamesso ASSIH, réunit pour deux jours les 6 et 7 septembre à Tsevié (32 km de la Lomé) avec l'appui du Fonds International pour le Développement Agricole (FIDA), les acteurs impliqués du Projet National de Promotion de l'Entreprenariat Rural (PNPER), en vue leur permettre de posséder les nouvelles orientations et de s'approprier le nouveau dispositif du PNPER.

Le 7 septembre prochain, le Togo organise un Business Forum avec la Chine dans la ville de Hangzhou. « Les échanges entre la Chine et le Togo n'ont pas cessé de progresser et ils continueront. C'est une relation plus vigoureuse. Les montants en jeu sont beaucoup plus importants et sont adaptés aussi à la nature de nos besoins. Au fur et à mesure que la Chine a eu des moyens plus importants, elle a accru également l'aide à la coopération qui existe entre elle et les pays africains en général et le Togo en particulier », a indiqué Faure Gnassingbé récemment dans une interview accordée à une chaine de télévision chinoise.

Faure Gnassingbé, le président de la république togolaise qui participe au 7è forum Sino-Afrique a prononcé ce mardi un discours à la Table Ronde des chefs d'État et de gouvernement FOCAC 2018 à BEIJING.

 

Lire l’intégralité du discours

 

Excellence Monsieur Xi JINPING, Président de la République Populaire de Chine,

Excellence Monsieur Cyril RAMAPHOSA, Président de la République d’Afrique du Sud et co-président de ce sommet,

Excellence Monsieur Paul KAGAME, Président de la République du Rwanda et Président en exercice de l’Union Africaine,

Chers collègues chefs d’Etat,

Monsieur le Secrétaire général des Nations unies,

Monsieur le Président de la Commission de l’Union africaine,

Distingués délégués,

Mesdames, Messieurs,

Je voudrais, à mon tour, saluer la tenue de ce sommet, qui est une véritable célébration de l’amitié et du progrès, et exprimer ma profonde gratitude au Président Xi JINPING pour le soin tout particulier qu’il accorde à la coopération sino-africaine.

Depuis notre arrivée à Beijing, nous sommes l’objet de mille attentions, dans la pure tradition d’hospitalité multiséculaire du peuple chinois ; Et je voudrais également vous en remercier.

Monsieur le Président Xi JINPING, dans le cadre de ce Forum et généralement dans les relations sino-africaines, votre pays met un point d’honneur à promouvoir un modèle exemplaire du partenariat Sud-Sud, mutuellement bénéfique qui se diversifie et se renforce.

 

Au regard du contexte international extrêmement changeant que nous connaissons aujourd’hui, je me réjouis davantage de cette position constante, fondée sur le respect mutuel, la sincérité et la recherche de résultats concrets.

 

Excellences Messieurs les chefs d’Etat et de gouvernement,

Mesdames, Messieurs,

Les liens qui unissent l’Afrique et la Chine sont pérennes, car ils se nourrissent de la sève vivifiante de l’amitié que nous avons choisi de partager, de cultiver et d’assumer au regard de tous.

C’est le propre de l’amitié de n’avoir d’autre justification que le choix assumé des amis de cheminer ensemble.

 

Les amis s’enrichissent de leurs différences. Ils se soutiennent en toutes choses. Jamais ils ne cèdent à la tentation de jugements péremptoires ou de critiques hâtives. Les amis agissent l’un envers l’autre avec fidélité et loyauté. Oui. L’Afrique et la Chine sont des amis et des partenaires, adeptes d’un multilatéralisme éclairé et constructif.

 

Nous entendons poursuivre cette dynamique, dans l’intérêt de nos peuples respectifs, pour « construire ensemble une communauté de destin sino-africaine encore plus solide » ainsi que le rappelle le thème du sommet qui nous rassemble.

 

Car, qu’on le veuille ou non, la Chine et l’Afrique auront des destins liés au 21ème siècle.

En effet, s’il est certain que l’Afrique ne se développera pas sans la Chine et son savoir-faire, il est tout aussi vrai que la Chine, de son côté, a besoin de l’Afrique pour continuer à prospérer.

 

C’est pour cela que nous demeurons attachés à une approche privilégiant complémentarité, solidarité et dialogue.

Le leadership de la Chine et l’engagement du président Xi JINPING doivent en cela être reconnus parce qu’ils convergent avec l’aspiration de nos Etats africains à consolider les bases de notre croissance économique et à nous intégrer harmonieusement dans la diversité mondiale, sur la voie de la prospérité.

 

Excellences Messieurs les chefs d’Etat et de gouvernement,

Mesdames, Messieurs,

Nous avons foi dans la coopération lorsqu’elle produit des résultats tangibles et contribue réellement à favoriser les avancées économiques de nos Etats et à améliorer la vie de nos populations. Depuis dix-huit ans, les nombreuses réalisations obtenues dans différents secteurs ont fait du Forum sur la coopération sino-africaine une importante plate-forme pour le dialogue collectif et une véritable bannière de la coopération internationale.

À titre d’illustration, le volume des échanges commerciaux entre la Chine et l'Afrique a été multiplié par 17 entre 2000 et 2017.

 

Et plusieurs grands projets d'infrastructures sont également là pour attester de l’implication de la Chine dans la stimulation du développement économique et social sur notre continent.

Aussi, est-ce avec confiance que nous pouvons aborder l’avenir en travaillant à mettre en cohésion les cadres dont nous disposons pour le même objectif, notamment

- l’initiative « Ceinture et Route »,

- les Objectifs de Développement Durable des Nations unies,

- l’Agenda 2063 de l’Union africaine

- et nos stratégies nationales de développement.

 

Excellences Messieurs les chefs d’Etat et de gouvernement,

Mesdames, Messieurs,

Je suis heureux de dire que nous sommes sur le point de marquer ce nouveau départ pour le Forum sur la coopération sino-africaine, en ouvrant de grandes perspectives au développement commun, avec des plans de coopération gagnant-gagnant.

 

A cet égard, l’initiative Ceinture et route s’accordera avantageusement à nos efforts pour construire un modèle de développement alternatif, pacifique et plus équitable.

Le Plan d’action du Forum sur la coopération sino-africaine pour la période 2019-2021 constitue donc pour nous un précieux allié dans cette optique.

Je voudrais me réjouir de ce souffle nouveau, en plaidant également pour un volume accru des investissements.

 

Au nombre des outils de suivi destinés à assurer une exécution optimale de ce plan triennal, je voudrais suggérer la mise en place d’un mécanisme dédié à l’élaboration du cadre de résultats et des objectifs, en lien avec les différents domaines concernés.

Ici en Chine, terre de progrès technologiques, je voudrais inviter nos partenaires à étendre le champ d’expérimentation de l’innovation jusqu’en Afrique dans un fructueux brassage, notamment avec la jeunesse, relève de demain.

 

C’est ainsi que nous ferons fleurir cette belle communauté de destin dont nous nous félicitons.

C’est sur cette invitation, que je finis mon propos en vous remerciant de votre aimable attention.

« Les investissements chinois ont aidé le Togo dans sa croissance et dans son développement. Nous savons qu'il existe des dizaines de millions d'emplois en Chine qui sont prêts à être délocalisés. Si vous nous demandez les secteurs dans lesquels nous avons besoin d'investissements, je dirai bien naturellement le secteur agricole, l'agriculture; parce que c'est le plus important et notre agriculture a besoin d'être modernisé, puis l'industrialisation. Aujourd'hui, la première priorité de la jeunesse est l'emploi. Et nous ferons tout pour attirer ces emplois », déclarait Faure Gnassingbé dans une interview accordée à une chaine de télévision chinoise à la veille du 7è forum Chine Afrique, en Chine.

En marge du Forum sur la coopération sino-africaine (Focac) qui démarre ce lundi 03 septembre à Beijing, (Chine), le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé commence quelques entretiens avec des investisseurs chinois dans le souci de mobiliser les partenaires privés à accompagner la réalisation du Plan national de développement (PND 2018-2022) estimé à 4622,2 milliards de Fcfa.

Le trésor public togolais a levé 21.218.000.000 milliards de FCFA, le 31 août, suite à l’émission d’obligations assimilables du Trésor (OAT) d’un montant de 20 milliards de Fcfa, selon l’Agence UMOA-Titres.

"La chaîne de valeur, vecteur du progrès économique", c'est sur ce thème qu'aura lieu cette année du 23 Novembre au 10 Décembre au Centre Togolais des Expositions et Foires de Lomé (CETEF-Lomé), la 15ème Foire Internationale de Lomé (FIL). L'information a été donnée ce jeudi 30 août  en présence de la Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, Bernadette Légzim-Balouki, du Ministre de la communication, de la Culture, Guy Madjé Lorenzo, du président du CETEF-LOMÉ, Johnson Kuekou-Banka, et de plusieurs autres autorités.

<< l'Intermédiaire Financière au Togo >>, c'est sur ce thème que le Centre Autonome d'Etudes et de Renforcement des Capacités pour le Développement au Togo (CADERDT), a organisé le 28 août à Lomé conformément à sa mission d'accompagnement des autorités dans la conception et à la mise en œuvre des politiques de développement, un colloque à l'endroit des acteurs du monde de la recherche, aux professionnels du secteur financier, aux secteurs privés et à l'Etat, afin d'échanger sur les mécanismes visant à optimiser la mobilisation de l'épargne en vue du développement du pays.

Dans le cadre de la célébration le 14 novembre prochain, de son 45e anniversaire, la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) organise un concours des meilleures photographies illustrant les projets qu’elle finance dans l’espace UEMOA, du 27 août  au 5 octobre 2018.

Page 3 sur 21