Politique

Politique (96)

Les choses vont vite au sein du parti au pouvoir Union pour la République (UNIR) depuis le congrès statutaire d’octobre dernier.

vendredi, 08 décembre 2017 20:58

Faure Gnassingbé pour une politique de la main tendue

Écrit par

Le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, a appelé, dans un weet vendredi, les acteurs politiques au dialogue.

vendredi, 08 décembre 2017 19:10

Après la SALT, Malik Natchaba prend la tête de la MJU

Écrit par

Malik Natchaba est devenu ce 08 décembre président du Mouvement des jeunes du parti Union pour la République (UNIR).

La 18ème session du dialogue politique entre le gouvernement togolais et l’Union européenne (UE) s’est tenue lundi à Lomé.

Désormais, la Convergence des Femmes pour Unir (CFU) se change en Mouvements des Femmes Unir (MFU) suite au congrès constitutif du 2 décembre 2017 à  Kpalimé.

Après le 1er Congrès statutaire du parti Union pour la République (UNIR) tenu les 28 et 29 octobre 2017 à Tsévié, c’est au tour des femmes UNIR de tenir leur 1er Congrès Constitutif ce 2 décembre 2017 à Kpalimé, a-t-on appris ce samedi sur le site du parti UNIR.

C’est le militant Dama Dramani, représentant de Faure Gnassingbé, Président Fondateur du parti Union pour la République (UNIR), qui a lancé officiellement les travaux.

Plus de 1000 militantes et sympathisantes, venues de toutes les préfectures du Togo participent à ce Congrès, placé sous le thème : « Femmes Unir, engagées pour bâtir la nation dans la paix et la solidarité ».

En ouvrant les travaux, le militant Dama Dramani a rappelé aux militantes et sympathisantes de UNIR, que le Congrès Constitutif est dédié exclusivement à la gente féminine et traduit la volonté du président Faure Gnassingbé de faire de la femme, un levier du développement et ainsi prôner la parité homme-femme dans tous les secteurs d’activités.

« Votre mission est d’une importance capitale car les défis qui se présentent à vous et à notre pays sont nombreux et requièrent un total  engagement, des réflexions profondes et des stratégies innovantes »,  a-t-il précisé.

Cette rencontre devra permettre aux militantes de mettre en place les instances et les organes du Mouvement des Femmes au terme des travaux.

S’achemine-t-on comme par le passé à l’Union nationale des femmes du Togo (UNFT), la plus grande organisation qui n'est autre que la branche féminine du Rassemblement du peuple togolais (RPT, parti au pouvoir) ?

Le parti UNIR pour sa réorganisation méthodique et fonctionnelle sur le point de faire recours aux systèmes du RPT ?

Attendons de voir l’organisation des jeunes dans les jours à venir !

Faure Gnassingbé, président en exercice de la Cedeao a participé du 29 au 30 novembre au 5è sommet Afrique- Europe à Abidjan.

La crise togolaise au-delà des frontières fait réagir les « amis » du Togo. Le dernier est Emmanuel Macron, président de la république française en visite en Afrique.

Avant la tenue effective du dialogue tant annoncé par le gouvernement, les leaders des 14 partis politiques de l’opposition posent un certain nombre de préalables parmi lesquels, «  la libération des détenus dans l’affaire des incendies des deux (2) grands marchés du Togo ».

L’Union des Forces de Changement (UFC), ce parti historique est devenu orphelin depuis ce mardi après la présentation du « testament politique » de son leader charismatique Gilchrist Olympio, pendant une vingtaine d’années passées sur la scène politique togolaise ; « Mais l’avenir, de l’UFC, de la contestation politique, et du Togo, devront demain être imaginés et poursuivis par des jeunes hommes et femmes de moins de 80 ans. Des jeunes qui pourront amener à la poursuite de leurs idéaux, avec la même énergie qui a été la nôtre, afin que le Togo puisse redevenir dans un futur proche une terre de fierté et d’excellence en Afrique », a-t-il dit.

Une annonce suivie des conseils pratiques d’un politicien sage à toute la classe politique y compris le chef de l’Etat togolais à cette période de crise politique. « Le président Faure Gnassingbé doit ensuite accepter le principe de ne pas se représenter à la présidentielle de 2020 afin de laisser le champ libre à une consultation démocratique libre », suggère fo Gil.

Ce fils du président de l’indépendance du Togo avait soulevé le peuple togolais dans son ensemble à l’ère démocratique avec sa détermination cruelle de faire tomber le pouvoir du feu Eyadema Gnassingbé, malheureusement il a connu une fin politique tragique, mal compris par la population et abandonné par ses propres lieutenants de bataille dont l’actuellement chef de fil de l’opposition jean pierre Fabre.

Mais avant de rendre le tablier politique, l’homme n’a pas manqué de rappeler à l’opposition le sens d’or de l’unité, la recherche de compromis et l’abandon de la politique politicienne en faveur d’un « peuple » en quête de liberté : « l’opposition togolaise doit être unie, et doit développer un projet clair et responsable pour préparer la compétition d’idées à laquelle tous les partis devront prendre part », a indiqué Gilchrist Olympio.

« « À nos compagnons de lutte, et à la classe politique dans son ensemble, je voudrais dire que le temps des postures et des déclarations fracassantes est révolu. A ce temps doit succéder celui de la vérité et du courage. Celle de reconnaitre les limites de certaines stratégies et celui de travailler fermement pour un compromis acceptable par tous », a-t-il ajouté.

Que va devenir le parti UFC sans son « leader » au moment où des divisions d’intérêts secouent les principaux membres depuis quelques mois ? Deux camps s’opposent actuellement. Ceux qui pensent que l’UFC doit se retirer du gouvernement et redéfinir une nouvelle stratégie de lutte démocratique et l’autre camp qui soutient bec et ongle le maintien de l’accord UFC/RPT-UNIR pour aboutir à une alternance pacifique dans le pays.

Un accord que regrette Gilchrist Olympio de n’avoir pas abouti aux résultats escomptés dans l’intérêt du peuple ; « C’est la raison pour laquelle nous avons fait la démarche de nous engager dans un accord de gouvernement avec le régime en place en 2010, mais, nous ne sommes pas aveugles. Force est de constater que les termes de cet accord ne sont pas entièrement réalisées. Malgré ces insuffisances, nous avons fait le difficile choix de rester fidèle à notre engagement, conscients du fait que les espérances de changement et notre vision d’un Togo nouveau sont toujours à réaliser », a-t-il laissé entendre.

Selon les indiscrétions, un comité est mis en place en vue de préparer un congrès dans les jours à venir. Ceci doit permettre de réviser les statuts du parti et renouveler les instances dirigeantes.

 

 

ALLOCUTION DE MR. GILCHRIST OLYMPIO, PRESIDENT DE L’UNION DES FORCES DE CHANGEMENT 28 NOVEMBRE 2017

Mes très chers Compatriotes, 

En ces temps difficiles pour notre pays, il nous tient à cœur de faire entendre à nouveau une voix d’expérience qui peut faire avancer la cause de l’espérance.

Nous renouvelons notre engagement infaillible à œuvrer pour une alternance pacifique dans notre pays et qui ne soit pas comprise comme une revanche des uns sur les autres.

C’est avec tristesse et consternation que nous avons observé la profonde détérioration de la situation politique de notre pays depuis le début des manifestations d’Aout 2017. Les confrontations qui ont eu lieu dans les rues de plusieurs villes du Togo, entre notre jeunesse désillusionnée et les forces de l’ordre essayant de maintenir l’ordre public, ont été suivies des conséquences déplorables que nous connaissons malheureusement si bien : pertes de vie humaines, destructions matérielles, et dommages économiques à long terme. 

Je voudrais tout d’abord, en mon nom personnel et au nom de l’Union des Forces de Changement, adresser nos condoléances les plus sincères aux familles des victimes. Nous demandons à Dieu d’entourer leurs proches de l’affection et du courage dont ils ont besoin. Nous souhaitons également de tout cœur un prompt rétablissement aux personnes blessées et notre compassion à ceux qui ont subi des destructions de biens ou des pertes dans leurs activités économiques.

C’est l’occasion pour nous de dire une fois encore haut et fort, que nous déplorons la violence, quelles qu’en soient les justifications a posteriori. Nous sommes opposés à toutes les formes de compétition politique ancrée dans une culture de la violence.

L’UFC et ses leaders ont poursuivi toute leur vie l’idéal de résistance contre l’arbitraire. Cette lutte a souvent été très dure et nous avons connu de façon très personnelle, les conséquences de sa violence physique.

Malgré cela nous restons aujourd’hui, comme toujours, fermement attachés à un idéal de changement et de renouvellement démocratique au Togo. C’est la raison pour laquelle nous avons fait la démarche de nous engager dans un accord de gouvernement avec le régime en place en 2010, accord qui, je le rappelle, demandait au RPT les mêmes concessions qui sont aujourd’hui encore réclamées par les manifestants.

C’est également la raison pour laquelle, nous avons continué à travailler avec abnégation, sans les outils que nous aurions souhaités, à faire avancer petit à petit la cause du bien-être économique des Togolaises et des Togolais. 

Mais, nous ne sommes pas aveugles. Force est de constater que les termes de cet accord ne sont pas entièrement réalisées.

Malgré ces insuffisances, nous avons fait le difficile choix de rester fidèle à notre engagement, conscients du fait que les espérances de changement et notre vision d’un Togo nouveau sont toujours à réaliser.

Cependant nous devons aussi reconnaitre que la situation et le contexte politique de notre pays ont changé, et que rien ne justifierait aujourd’hui un recours irresponsable à la violence. Nous avons déjà erré sur ce chemin sans issue. Il ne mène à rien de bon. Les fondations de la démocratie que nous cherchons à bâtir ensemble ne peuvent se construire que dans un processus consensuel et évolutif. 

Bien sûr, celui-ci n’exclut pas les mouvements de revendication populaires et pacifiques qui ont leur place dans la vie d’une nation en mouvement. Le droit des manifestations publiques et la liberté d’expression des individus doivent être protégés, et nous appelons, comme nous l’avons toujours fait, le Gouvernement à la retenue et au strict respect des libertés fondamentales. 

Mais les forces d’opposition doivent avoir le courage de faire avancer la cause du peuple Togolais sans se laisser prendre en otage par le cycle de la violence. Nous devons avoir le courage de dénoncer fermement les incitations à la haine véhiculées à travers les réseaux sociaux, de même que les actes de violence qui ont été commis au cours des manifestations. 

Nous souhaitons tous qu’une alternance politique voit enfin le jour au Togo.

Nous sommes tout aussi responsables de l’avenir de nos enfants que le sont nos adversaires politiques. Il nous revient à tous de prévenir le pire. Gardons-nous d’instrumentaliser la détresse et les aspirations de notre jeunesse aux simples fins d’aboutir à des desseins politiques à court terme. Evitons au Togo de devoir réapprendre l’histoire dans le sang, en hypothéquant une génération entière sur l’autel d’ambitions impatientes ou de pulsions révolutionnaires. 

Depuis le début de cette nouvelle crise politique au Togo, plusieurs pays amis se sont investis à travers de discrètes tentatives de médiation en vue d’aider les Togolais à s’asseoir autour d’une même table pour régler les problèmes auxquels notre pays se trouve une énième fois confronté. Je leur adresse au nom de tous nos compatriotes mes vifs remerciements pour leurs efforts de médiation et d’apaisement, et je remercie tout particulièrement les Présidents Nana AKUFFO-ADO du Ghana, Alassane OUATTARA de Côte d’Ivoire et Alpha CONDE de Guinée, pour leur leadership et leur affection pour le Togo. Ma gratitude est également dirigée vers tous ceux qui, de près ou de loin, continuent à œuvrer sans relâche à la recherche d’une solution stable et durable au Togo. 
Dans l’immédiat, nous voyons quatre conditions fondamentales à ce que nous aboutissions ensemble à une solution politique stable et durable :
i) Premièrement, le régime doit accepter le retour aux fondamentaux de la Constitution de 1992.

ii) Le président Faure Gnassingbé doit ensuite accepter le principe de ne pas se représenter à la présidentielle de 2020 afin de laisser le champ libre à une consultation démocratique libre. Il en ressortira grandi évitant ainsi de vivre le sort personnel et collectif dont plusieurs pays africains ont déjà vécu l’exemple tragique.

iii) Troisièmement, l’opposition togolaise doit être unie, et doit développer un projet clair et responsable pour préparer la compétition d’idées à laquelle tous les partis devront prendre part.

iv) Enfin, les partenaires étrangers du Togo devront accompagner ses institutions et sa classe politique afin de préparer à des élections libres, transparentes et acceptées de tous.

L’Union des Forces du Changement :

Permettez-moi enfin de terminer mon propos en évoquant l’avenir de l’UFC et le rôle que notre parti entend jouer dans les consultations politiques de demain. L’UFC a toujours été en première ligne de la lutte pour l’alternance politique au Togo. Mon humble contribution a été de mener cette force d’union, et l’opposition togolaise, pendant un temps vers son objectif ultime. 

Mais l’avenir, de l’UFC, de la contestation politique, et du Togo, devront demain être imaginés et poursuivis par des jeunes hommes et femmes de moins de 80 ans. Des jeunes qui pourront amener à la poursuite de leurs idéaux, avec la même énergie qui a été la nôtre, afin que le Togo puisse redevenir dans un futur proche une terre de fierté et d’excellence en Afrique. 

Le combat politique que j’ai mené tout au long de ma vie et pour lequel j’ai sacrifié tant de choses a toujours eu pour objectif de libérer mes concitoyens du joug de l’oppression et d’améliorer leurs conditions de vie. Je n’ai jamais dévié de cet objectif sacré et je laisse à l’histoire, le soin de porter un jugement sur les choix que j’ai été amené à faire pour le bien de mon pays.

À nos compagnons de lutte, et à la classe politique dans son ensemble, je voudrais dire que le temps des postures et des déclarations fracassantes est révolu. A ce temps doit succéder celui de la vérité et du courage. Celle de reconnaitre les limites de certaines stratégies et celui de travailler fermement pour un compromis acceptable par tous. 

Au Chef de l’Etat actuel, je voudrais également demander le courage d’entendre la voix de son peuple, même lorsque celle-ci est dissonante, et d’y répondre. L’occasion lui est offerte de rentrer dans l’histoire ; je l’exhorte à engager les réformes conformément aux recommandations de la Commission Vérité Justice Réconciliation comme il s’y était engagé.

Le dialogue politique annoncé doit se dérouler dans un climat apaisé. Il importe que les personnes interpelées dans le cadre des manifestations soient relaxées. Une attention particulière doit être apportée aux villes de Sokodé, Bafilo et Mango afin que le calme puisse y revenir pour que la vie reprenne son cours normal. 

Mes biens aimés concitoyens, chers compatriotes, ne nous méprenons pas. Le véritable combat pour l’émancipation de notre peuple est encore devant nous. C’est celui de la lutte contre la pauvreté et d’un partage équitable des richesses de notre pays.

A cet instant de notre histoire, nous formons le vœu que tous les acteurs politiques dans un dépassement de soi et un esprit de sagesse fassent le pari du meilleur et du bien pour le peuple Togolais

Je garde une confiance sans faille dans la générosité et le génie créateur de notre peuple et des acteurs politiques pour la réussite du dialogue annoncé.

Vive la démocratie,

Que Dieu bénisse le Togo. 

Ablodé ! Ablodé ! Ablodé !

Page 1 sur 7