jeudi, 08 février 2018 18:27

18e Conférence du CILSS à Niamey: "Le bonheur de nos populations n’est pas tributaire seulement que de la productivité agricole"

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Les Etats membres du CILSS doivent mieux partager les renseignements et informations entre eux Les Etats membres du CILSS doivent mieux partager les renseignements et informations entre eux

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement Komi Selom Klassou a participé le 7 février 2018 à Niamey au Niger à la 18e conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement du Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse au Sahel (CILSS), rencontre qui coïncide avec les 45 ans d’existence du CILSS.

Il a délivré à la tribune de cette réunion au sommet le message du Chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé, Président en exercice de la CEDEAO, institution qui travaille en synergie avec le CILSS et d’autres organismes régionaux dans le cadre de l’intégration.


Assurer la sécurité alimentaire, s’adapter au changement climatique, renforcer les résiliences des populations dans une région particulièrement confrontée à la sécheresse et à d’autres catastrophes naturelles, telles que les inondations, réformer l’institution pour lui redonner ses lettres de noblesse, assurer le financement du CILSS, faire face aux arriérés de payement des contributions des Etats membres, tels sont les dossiers présentés aux Chefs d’Etat membres au cours de cette 18
e session ordinaire.


A l’ouverture des travaux, les Chefs d’Etat et de Gouvernement ainsi que les partenaires du CILSS ont partagé les mêmes points de vue concernant les mesures à prendre pour favoriser l’efficacité des actions du CILSS : Mutualiser les efforts, construire une vision commune entre acteurs, se mobiliser autour d’une stratégie globale, créer un cadre fédérateur pour des solutions pérennes au changement climatique et à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, etc.


Les engagements des Chefs d’Etats sont ainsi résumés par le président en exercice du CILSS, le président Ibrahim Boubakar Keita : « je voudrais, au nom de mes pairs, réitérer notre engagement pour un sahel prospère, en paix et en sécurité, où il fait bon vivre. Ils restent convaincus que les actions engagées avec le concours des institutions sous-régionales comme la CEDEAO, l’UEMOA, le CILSS et le G5 Sahel permettront, à très court terme, de concrétiser de manière significative les efforts de lutte contre la sécheresse et la criminalité transnationale ».
Le message du Chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé, président en exercice de la CEDEAO, délivré par le Premier ministre Komi Selom Klassou, se veut aussi un appel à « une approche globale mais cohérente » visant le renforcement de l’intégration et l’harmonisation des décisions et actions en vue d’atteindre les résultats escomptés. « Je salue les efforts de notre institution commune, le CILSS, qui est un cadre où l’on prône le développement d’une approche globale mais cohérente face au changement climatique afin de renforcer la résilience de nos laborieuses populations et garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle vecteur du développement inclusif et durable », a-t-il indiqué.


Pour le Chef de l’Etat, au-delà des efforts déployés pour améliorer la production agricole, les Etats du CILSS doivent aussi travailler à garantir les conditions de paix, de sécurité et de libre circulation des personnes et des biens qui sont des préalables indispensables au progrès et au développement durable de notre sous-région.
« Le bonheur de nos populations n’est pas tributaire seulement que de la productivité agricole Il est question aussi des conditions de paix et de sécurité ainsi que de la circulation des personnes et des biens dans notre espace… Nous encourageons vivement les Etats membres de la CEDEAO et aussi du CILSS à mieux partager les renseignements et informations entre eux afin de mieux lutter contre le terrorisme, ce mal qui ne connait pas de frontière, de religion ni de cible », a souhaité le Chef de l’Etat dans son message.


Au terme du sommet de Niamey, le président Ibrahim Boubacar Keita, dont le passage à la tête du CILSS a été unanimement salué par ses pairs, a passé le témoin au président Rock Marc Christian Kaboré du Burkina Faso.
En sa qualité de nouveau président en exercice du CILSS, le président Rock Marc Christian Kaboré du Burkina Faso a défini les priorités de son mandat de deux ans. Elles visent à poursuivre les réformes à conduire en vue de rendre davantage efficaces les actions du CILSS. Elles feront l’objet d’une feuille de route que le président en exercice promet de soumettre dans bref délai à ses pairs.
Le CILSS a été créé le 12 septembre 1973, à la suite des grandes sécheresses qui ont frappé le sahel dans les années 70. Il regroupe 13 Etats, dont le Togo, et se donne pour mission général l’investissement dans la recherche de la sécurité alimentaire et dans la lutte contre les effets de la sécheresse, de la désertification et du changement climatique pour un nouvel équilibre écologique du sahel. L’admission annoncée du Soudan lors du sommet de Niamey porte à 14 le nombre de pays membres du CILSS. Le CILSS est soutenu par plusieurs partenaires financiers et techniques dont le chef de file est l’USAID.


Outre le président du Niger, président en exercice du G5 Sahel Mahamadou Issoufou, le président en exercice sortant du CILSS, le Malien Ibrahim Boubakar Keita, le président en exercice de la CEMAC et du CEN-SAD, le Tchadien Idriss Deby Itno, le Président du Sénégal, Macky Sall, celui de la Mauritanie Mohamed Ould Abdel Aziz et le président du Burkina Faso Rock Marc Christian Kabore étaient présents à ce rendez-vous sous régional à l’occasion duquel le Premier ministre Komi Selom Kassou représentait le Chef de l’Etat togolais.

Lu 1326 fois Dernière modification le samedi, 10 février 2018 11:46

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.