mercredi, 31 janvier 2018 16:28

Santé : Le Fonds Mondial lance les subventions 2018-2020 pour le Togo

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le VIH-Sida, le paludisme et la tuberculose, représentent de véritables fléaux de santé publique Le VIH-Sida, le paludisme et la tuberculose, représentent de véritables fléaux de santé publique

Le Plan National de Développement Sanitaire 2017-202 au Togo consacre une bonne partie des actions au paludisme, au VIH/Sida et à la tuberculose. L’objectif est de réduire la prévalence du VIH chez les 15 à 49 ans de 2,5% à 1,8%, l’incidence du paludisme de 161 à 40 pour mille, et celle de la tuberculose de 58 à 23 pour mille.

Pour atteindre ces objectifs primordiaux, le Fonds mondial a mis à la disposition du gouvernement 37 milliards FCFA dans le cadre des subventions 2018-2020.

Ce mercredi, le Fonds mondial et l’Etat togolais se retrouvent pour porter un regard sur les actions passées afin d’en tirer les leçons possibles. « Nous voulons partir sur les succès déjà enregistrés pour aller vers l’avant », a souligné Youssef Sawadogo, le gestionnaire du portefeuille du Fonds Mondial au Togo.

« Le VIH-Sida, le paludisme et la tuberculose, représentent de véritables fléaux de santé publique, et suscitent des mesures et interventions érigées en priorité. C’est une parfaite illustration parfaite de la vision politique du chef de l’Etat, constamment préoccupé par le souci de débarrasser chaque togolais des contingences immédiates, afin de lui permettre de s’élever et de se comporter en être pensant », a indiqué le ministre en charge de la santé, Prof. Moustafa Mijiyawa.

Les actions menées par les autorités et appuyées par les partenaires ont permis au Togo d’enregistrer des avancées considérables dans la lutte contre ces trois maladies préoccupantes.

« La couverture des ménages en moustiquaire est de 93%, la prévalence des parasites chez les enfants de moins de cinq ans a été réduite de moitié et la mortalité hospitalière est passée de 0.23 à 0.16 pour mille en 10 ans. Le taux de patients atteints de tuberculose a été réduit également de moitié, l’incidence est passée de 73 à 52 pour 100 000 habitants et sa prévalence de 104 à 81. Pour le sida le taux de nouvelle affection a été réduit de plus de moitié en 10 ans : 46 000 personnes sont traitées, 62 000 sont prises en charge dans les centres, 95% des femmes enceintes séropositives sont traitées et la prévalence est passée de 3,4 à 2,5% », rappelle Prof. Moustafa Mijiyawa.

Les autorités togolaises conscientes que le risque zéro n’existe pas, s’engagent à éliminer ces maladies sur les cinq prochaines années.

Lu 562 fois Dernière modification le mercredi, 31 janvier 2018 16:31

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.