lundi, 22 janvier 2018 17:42

« Le PNP n'est pas un parti djihadiste », dixit Gerry Taama

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La question fait débat depuis quelques jours. Le PNP de Tikpi Atchadam serait un parti djihadiste. En tout cas, c’est ce que soutiennent certains ténors de la politique au Togo. Gerry Taama, lui, n’en croit pas un mot. Il a défendu ses pairs du PNP dans une intervention publiée dimanche sur son compte facebook.

 Le PNP n’est en aucun cas un parti défendant le djihad, semble dire lundi le président national du NET. L’homme qui a publié un déclaration sur le sujet pense tous les remous suscités par cette affaire n’est que de la communication politique. « C'est juste de la communication politique. Une sorte de réponse du berger à la bergère. Tu me traites de dictateur, je te traite de djihadiste », indique-t-il après avoir défendu, « Si le PNP n'est pas un parti djihadiste, le Togo n'est pas une dictature et Faure Gnassingbé n'est pas non plus un dictateur sanguinaire. Ce qui s'est passé en 2005 était horrible, mais il faut le mettre à l'actif d'une transition où la chaîne de commandement était complètement rompue. Depuis, nous vivons dans une oligarchie de fait, qui utilise et manipule les institutions démocratiques issues de la conférence nationale de 92 pour se maintenir au pouvoir. Rien de plus. Dans un pays où on peut aller sur n'importe quel média ou manifestation politique pour proprement insulter le président de République et son gouvernement sans être inquiété, où le délit de presse est prohibé, la liberté d'association est une réalité, les libertés d'opinion, politiques et religieuses sont respectées, ce n'est pas une dictature. Ceux qui ont vécu au Togo dans les années 70 et 80 savent bien ce qu'on appelle dictature ».

Pour le président national du NET, rien dans la stratégie de lutte du PNP ne le rapproche du djihadisme, ni les propos tenus par Tikpi Atchadam encore moins les actes posés par les militants lors des marches de protestation. Pour l’affaire des militaires assassinés devant la maison du ministre Ouro-Koura Agadazi, M. Taama n’y trouve pas un justificatif pour taxer le PNP de djihadiste. « On a souvent présenté l'horrible assassinat de deux militaires devant la maison du ministre comme portant la signature du jihadisme. On oublie malheureusement de préciser que cet acte barbare n'est que la résultante de l'arrestation incongrue d'un imam célèbre dans une ville en ébullition après les événements du 19 août. Et que l'effet de foule subséquent, sans être justifiable de l'horreur des meurtres, peut être difficilement imputable à un parti politique, sauf preuves tangibles à l'appui. On nous dit que les gens ont crié allaouh akbar, mais tout bon musulman crie allaouh akbar à chaque nouvelle, bonne ou mauvaise. Si vous allez à un match de Semassi, la moitié du stade scande allaouh akbar chaque fois que leur portier enraille une occasion de but. Ils crient la même chose chaque fois que leur équipe marque un but d'ailleurs. Ça n'en fait pas des djihadistes », lit-on.

Gerry Taama regrette l’absence de condamnations autour dudit acte de la part de Tikpi Atchadam. « Il est resté silencieux après les meurtres des deux militaires, donnant l'impression de cautionner ce genre d'actes », déplore-t-il.

Lu 650 fois Dernière modification le lundi, 22 janvier 2018 18:06

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.