jeudi, 07 décembre 2017 20:56

Entrepreneuriat : La jeunesse africaine doit s’auto-développer Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Edem Kokou Tengue, Directeur général « Emergence Afrique », Edem Kokou Tengue, Directeur général « Emergence Afrique »,

Le continent africain fait face à un enjeu important qui est la démographie. D’un (1) milliard aujourd’hui, la population africaine sera de deux (2) milliards en 2050 alors que la moitié à moins de 25 ans.

Comment faire justement pour que cette opportunité démographique ne constitue pas en même temps un frein à la jeunesse africaine en ce qui concerne l’emploi dans les années à venir ? Comment créer la croissance inclusive et l’emploi pour les jeunes d’ici à l’horizon 2030 ?....

Ces différentes questions sont soumises à réflexion pendant deux (2) jours à compter de ce jeudi dans la capitale togolaise (Lomé), ceci à la faveur d’une Conférence de l’Union économique et monétaire ouest africain (UEMOA) Entrepreneuriat et Croissance à laquelle prennent part plus de 200 acteurs, chefs d’entreprises européens et dirigeants d’Organisations internationales.

Organisée par le « Club 2030 Afrique », « Emergence capitale » et les « Hung Leaders » de la Fondation Africa France, cette rencontre a pour objectif principal d’échanger sur l’attractivité du Togo et de la zone UEMOA pour les investisseurs et inciter surtout cette jeunesse africaine à innover.

Les organisateurs sont conscients d’une chose que si en 2030, l’on n’imagine pas comment définir les politiques d’éducation, de santé, d’agriculture, d’énergie, alors l’on aurait accusé un grand retard.

« Les africains n’entreprennent pas par choix parce que les gouvernants ont atteint des limites en termes d’embauche. Alors les africains créent des entreprises pour une question de suivi et gagner leur vie. Et pour que ces entreprises deviennent plus efficaces demain et créer d’autres pour d’autres jeunes, il faut qu’il est un écosystème qui se mette en place et doit comporter l’accompagnement, la formation, et enfin le financement », a lancé Khaled Igué, le Président de « Club 2030 Afrique et d’ajouter que « les entreprises en qui l’on croit aujourd’hui sont celles de demain ».

Pour Edem Kokou Tengue, Directeur général « Emergence Afrique », les Etats, la Commission de l’UEMOA font déjà des efforts mais les avis ont convergé de fait que ces efforts doivent être accrus et que la croissance qui n’est pas suffisante soit accélérée, surtout l’approprier parce qu’il ne servirait pas à grande chose que la croissance profite à des groupes internationaux. D’où la nécessité de l’existence des nationaux, des champions locaux autour de cette croissance, afin qu’ils puissent offrir des biens et services pour le bonheur de toutes les populations.

Ouvrant les travaux de ces deux (2) de rencontre, le Directeur du secteur privé au ministère du Commerce a salué l’organisation de cette rencontre qui selon vient à point nommé pour la simple raison qu’elle se situe dans la droite ligne des objectifs assignés par le gouvernement.

Joseph A.

Lu 126 fois Dernière modification le jeudi, 07 décembre 2017 21:12

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.