lundi, 25 septembre 2017 14:56

Santé : OOAS peaufine son projet du Budget-Programme 2018 Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dr crespin, DG OOAS (au micro) Dr crespin, DG OOAS (au micro)

L’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) est à Lomé du 25 au 27 septembre pour analyser et valider le programme d’activités 2018.

Il s’agit de passer en revue le contexte et les réalisations à mi-parcours de l'année budgétaire en cours et de débattre des actions prioritaires pour le projet du Budget-Programme 2018 qui constitue la troisième année de la mise en œuvre du Plan Stratégique 2016-2020, élaboré sur la base de la circulaire budgétaire de la CEDEAO.

Les orientations porteront dans les domaines prioritaires que sont la lutte contre les épidémies, les maladies non transmissibles, la vaccination, la réforme hospitalière et le renforcement des capacités des ressources humaines.

« Le contexte est marqué par des épidémies persistantes dans la sous-région ouest africaine. Des défis qui montrent que notre région a besoin d'investir encore plus de ressources dans le secteur de la santé », a rappelé le Directeur Général de l'OOAS, Dr Xavier Crespin.

Le représentant permanent de la commission de la CEDEAO, M. LOMPO a également rappelé l'impérieuse nécessité d'une bonne planification des ressources et actions dans ce contexte de raréfaction des ressources financière. 

Le Togo à l’instar des autres pays de la CEDEAO, est confronté à de nombreuses maladies et problème de santé publique.

« En tenant compte du contexte de raréfaction des ressources, financières, il est important d’identifier, d’évaluer les interventions, afin de ne maintenir que celles qui sont les plus appropriées pour le bien-être des populations des différents pays de notre région », a indiqué le Professeur EKOUEVI, représentant du ministre togolais de la santé et de la protection sociale.

Malgré les efforts louables dans la sous-région, l’année 2017 est marquée par des épidémies persistantes dont la dengue au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire et le Choléra qui fait sa réapparition en Sierra-Léone et au Niger. On note également quelques poches d’augmentation de la prévalence des maladies non transmissibles.

En termes de financement c’est 16% qui est attendu du prélèvement communautaire contre 84% des partenaires extérieurs.

Lu 191 fois Dernière modification le lundi, 25 septembre 2017 15:03

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.