mercredi, 20 septembre 2017 13:17

Politique:Réponse du MJPG aux évêques : « la conférence épiscopale n’est plus dans son rôle pastoral. Elle a raté une occasion en or d’observer le silence » Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
les responsables du MJPG (Victor Talikpeti) les responsables du MJPG (Victor Talikpeti)

La sortie sans pareille des évêques réunis au sein de la Conférence épiscopale demandant au pouvoir d’« opérer urgemment les réformes demandées par le peuple conformément à la Constitution de 1992 » continue de susciter indignation et crispation. D’aucuns estiment que les évêques ont choisi d’être d’un côté d’une partie du peuple contre un autre. La même réflexion est partagée par le Mouvement des jeunes pour la popularisation de la bonne gouvernance (MJPG).

Face à la presse mardi, ce mouvement proche du parti présidentiel Union pour la République (UNIR) indique que la conférence des évêques n’est plus dans son rôle pastoral et qu’à défaut de faire mieux, elle a raté son occasion en or d’observer le silence.

Pour ce mouvement, l’Eglise représente une Autorité morale qui en fait le dernier rempart contre le désordre social. « Elle devra continuer de le demeurer, nonobstant les égarements de certains de ses bergers qui s’abîment dans la luxure et le stupre ou qui se laissent entraîner dans des rivalités profanes », s’est adressé Victor Talikpeti, Président de la majorité silencieuse aux évêques.

Par ailleurs, le MJPG souligne que la Constitution de 1992 qui, selon lui aurait aujourd’hui 25 ans si elle était toujours en vigueur et sa révision à l’ordre du jour si elle n’était déjà opérée dans son esprit et dans sa lettre, n’est pas d’essence divine est définitivement caduque.

« Vouloir s’y accrocher ne peut donc traduire aucun souci de progrès, c’est un prétexte pour fomenter une insurrection qui n’aboutira jamais au changement de régime envisagé ni même à l’adoption des dispositions antidémocratiques visées. Du reste, les débats se feront immanquablement à l’Assemblée nationale et par ailleurs », a précisé M. Talikpeti.

La sortie de la Conférence épiscopale à travers une prière de supplication en faveur des réformes constitutionnelles et institutionnelles fait suite à la crise sociopolitique dans laquelle se trouve le Togo depuis des semaines déjà. Cette situation, née aux lendemains de la manifestation du 19 août dernier par le Parti national panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam a fait deux morts et plusieurs blessés. Pire, les forces de l’ordre et de sécurité ont exercé des violences sur les populations jusque dans leur domicile après les manifestations des 6 et 7 septembre 2017.

Lu 96 fois Dernière modification le mercredi, 20 septembre 2017 14:08

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.