dimanche, 20 août 2017 17:35

Culture : La 1ère édition de la fête traditionnelle de « Dunenyo Za » a tenu toutes ses promesses ! Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dunenyo zan Dunenyo zan

L’apothéose des manifestations de la première édition de la fête traditionnelle « Dunenyo za » regroupant trois (3) cantons à savoir Bè, Aflao et Agoènyivé du Grand Lomé a lieu le 20 Aout sur l’aire de jeu de bas-fond du Collège Saint-Joseph en grand pompe. Plusieurs personnes ont rehaussé de leur présence à cette cérémonie qui a « tenu toutes ses promesses », selon les organisateurs.

L’idée de regrouper ces trois communautés est née à l’issue d’une Assemblée générale constitutive de l’association Renaissance Action pour le Développement du Golfe (Rad-Golfe) tenue le 7 avril 2012 à Lomé. Mais cette idée n’a pris corps qu’en 2017 après plusieurs réunions de concertation.

L’objectif est de rassembler les descendants de ces fondateurs de Lomé autour de leur histoire commune, de se la réapproprier en la réhabilitant, de pouvoir la communiquer à la génération présente qui semble l’ignorer complètement et la transmettre aux générations futures.

 

Une première édition qui a tenu toutes ses promesses

Tout a commencé le 10 août dernier avec la libation dans les chefferies traditionnelles du Grand Lomé, la cérémonie de mise en terre de plants à Bè Klikamé, le sport de masse, conférence-débats, dégustation de mets traditionnels à travers la foire alimentaire traditionnelle, des concerts et sous l’arbre à palabre. Le thème de cette première édition est : « Culture et traditions face aux enjeux du développement durable ».

Le samedi 19 août, la fête a connu son apothéose après plus de cinq (5) heures de réjouissance agrémentée par des chants et danses traditionnelles et des démonstrations mystérieuses. La célébration a connu la présence des chefs traditionnels venus du Bénin, du Ghana, des membres du gouvernement et ambassadeurs accrédités au Togo.

Plusieurs interventions ont marqué la manifestation. Tour à tour, les intervenants se sont réjouis de cette initiative qui permettra, a en croire les organisateurs de renouer avec les valeurs d’antan.

A travers la célébration de la fête « Dunenyo Za », les trois communautés selon le Président du Conseil fédéral Emile Elom Dadzie, témoignent leur attachement à leurs cultures, traditions qui véhiculent des valeurs de paix, de solidarité, de justice et de progrès pour tous dans un environnement de quiétude et de pureté.

« A chaque fois que nous fils et filles de l’espace Grand Lomé célébrons Dunenyo Za, nous exprimons par là que notre capitale Lomé porte les empreintes de nos aïeux et pour cela, nous voulons nous engager aux côtés des autres peuples à construire un pays radieux et vivable pour tous », a déclaré pour sa part le chef canton de Bè Togbui Mawuko Adéla-Aklassou IV.

Pour Togbui Agokoli IV, Président d’honneur de l’Union de Eweto, célébrer « Dunenyo Za », c’est de participer aux activités de l’éducation de la population, encourager les activités culturelles de tous, développer l’harmonie entre tous les citoyens, lutter contre la pauvreté par le travail bien fait. Celui-ci a par la même occasion lancé un appel aux trois communautés composées des populations Bè, d’Agoè, Togblé, Vakpossito, Légbassito, Sagbado, Amoutivé, Aflao Gakli, Baguida à apporter leur pierre à l’édification de la cité.

Conscient des défis auxquels sont confrontés le monde et le Togo en particulier en matière de développement durable, le ministre en charge de la Culture, Guy Madjé Lorenzo dans son discours de circonstance a interpellé les trois communautés à baser leur réflexion dans le sens de la sauvegarde, de la promotion, de la préservation, de la diffusion et de la valorisation de leur culture.

« Nous avons la ferme conviction que comme partout ailleurs les richesses culturelles incommensurables dont regorge le Togo sont aussi capables de régénérer les ressources et procurer un mieux être au peuple togolais. Tout ceci ne sera possible que dans un pays en paix et sécurisé. Ne nous laissons pas séduire par les mirages de la division et l’ethnocentrisme. C’est ensemble dans le dialogue et le respect des uns et aux autres que nous édifieront notre nation », a-t-il conclue.

 

L’essence de ces trois communautés

Les populations originelles du Grand Lomé à savoir les Bè, Aflao et Agoenyivé faisaient partie historiquement du peuple Adja Ewé dont les migrations ont conduit aux 17èmes siècles à la création des trois communautés. Le royaume de Tado, peuplé des Adja Ewé fut une terre d’immigration pour les peuple qui fuyaient les guerres de la confédération Ashanti et du royaume d’Abomey. Les querelles intestines ont poussé certaines populations à fuir Tado pour Notsè sous le règne Agokoli.

Les populations originelles du Grand Lomé vont faire quitter aussi la grande muraille de Notsè du roi Agokoli vers la fin du 16ème siècle pour venir fonder les hameaux d’Aflao, de Lomé, de Bè et d’Agoenyivé. Selon la tradition la plus répandue, les Bè font partie des groupes des Ewé qui après avoir quitté Notsè suite aux distensions intervenues entre les peuples du royaume d’Agbogbo et leur chef Agokoli avaient progressé lentement vers le sud. Ils se sont installés après plusieurs années d’exodes à l’endroit où se dresse aujourd’hui le centre-ville de Lomé (précisément à l’endroit dit Zongo où se trouvent actuellement les sièges de la BTCI, Ecowas et la BOAD). Le nom de Lomé viendrait de la présence en ce lieu des arbustes appelé en Ewé « alo ».

Le fondateur de Lomé serait Djitri, l’un des ancêtres des Bè dont les cousins ou compagnons de route durant l’exode sont les fondateurs des villages d’Aflao et d’Agoenyivé. Aujourd’hui, sur les 7 millions d’habitants que compte le Togo, près de tiers viennent du Grand Lomé. Parmi ces populations de diverses origines et de cultures ainsi que de traditions, habitant l’espace du grand Lomé, figurent en bonne place les descendants des fondateurs de Lomé et de leurs cousins fondateurs d’Aflao et Agoenyivé.

 

Signification de Dunenyo Za

Dunenyo Za tira sa signification dans l’expression de ces valeurs qui traduisent le désir des communautés Bè, Aflao et Agoenyivé de vivre dans la quiétude pour contribuer au développement du Togo. Elle sera célébrée chaque année par les trois communautés le troisième samedi du mois d’août en prélude à la fête Agbogboza qui regroupe chaque année tous les peuples Ewé réunis au sein de EWETO. Les manifestations seront organisées de façon tournante dans les communautés.

Joseph Ahodo

Lu 331 fois Dernière modification le dimanche, 20 août 2017 17:40

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.