mercredi, 16 août 2017 21:43

La CEDEAO et Forum AGOA: 03 questions pointues à Marcel De Souza, président de la Commission de la CEDEAO « Nous avons mis au point une unité AGOA au sein de la commission de la Cedeao à laquelle seront arrimée les politiques nationales » Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
De souza Marcel De souza Marcel

 Le Togo a abrité du 08 au 10 Aout 2017, les travaux du 16è forum de l’AGOA (The African Growth and Opportunity Act) d’où environ 1000 délégués venus de 37 pays ont pris part sur le thème : « Les Etats-Unis et l’Afrique : partenariat pour la prospérité à travers le commerce ».

C’est une fois, l’occasion à tous les acteurs du secteur public, du secteur privé ou de la société civile, d’échanger et d’apporter des contributions à l’amélioration des échanges commerciaux entre les Etats-Unis d’Amérique et les pays de l’Afrique subsaharienne.  Depuis 2000, l’Afrique tire faiblement son profit de cette convention commerciale. C’est un défi qui interpelle les africains à penser aux avantages possibles que peuvent tirer les pays africains en privilégiant l’intégration économique africaine. Avec un marché d’environ 350 millions de consommateurs, la sous-région de l’Afrique de l’ouest peut constituer d’ores et déjà un couloir d’intégration. Cet avis est valablement partagé par Marcel de Souza, président de la Commission de la CEDEAO (Communauté Des Etats de l’Afrique de l’Ouest), que la rédaction du journal Economie et Développement a rencontré à la clôture du forum Agoa à Lomé. « Si on peut aller ensemble avec la région comme l’Union Européenne, je pense que l’espace CEDEAO peut atteindre de meilleurs résultats », a-t-il confié.

 

Eco-Dev : Quelle stratégie adoptée à la CEDEAO pour faciliter la certification aux exportateurs ?

 

Marcel de Souza : Le marché américain est un marché attractif mais très exigeant. Les américains ont des normes et veulent des produits de bonne qualité. Donc l’éligibilité est un parcours de combattant mais si vous remplissez les conditions, les choses vont vite. Il faudrait que chaque pays de la CEDEAO puisse avoir une stratégie nationale, ce qu’ils n’arrivent pas à faire compte tenue de la taille de leur marché. Ce que nous proposons, nous avons mis au point une unité AGOA au sein de la commission de la Cedeao. Cette unité aura à élaborer une stratégie et chaque pays aura à arrimer sa politique sur la politique régionale. Dans ce cadre, nous allons chercher à partir des leçons apprises, que faire pour booster un peu l’accès au marché américain.

 

D’où tireriez-vous ces leçons pour booster l’accès au marché américain ?

 

Marcel de Souza : Nous pensons que les pays qui ont réussi jusqu’à présent si nous prenons par exemple l’Ethiopie, le Lesotho et le Kenya, ce sont des pays pour lesquels il y a eu des gains venture c’est-à-dire des investisseurs américains sont allés vers les eux (africains) avec les normes pour renforcer, améliorer les capacités et ensuite participer à l’investissement. L’africain apporte son savoir-faire et crée les emplois pour disposer des produits exportables. Et le marketing est fait par les américains. Ce sont les cas qui ont réussi et c’est très modeste comme résultat parce que l’essentiel des exportations en 2015 fait 18 milliards de dollars mais vous verrez que c’est essentiellement des produits miniers, un peu de textile, un peu de cuivre. A ce rythme, il est difficile à l’économie de décoller valablement. Nous devons saisir cette opportunité pour encourager les exportations qui créent des emplois pour les jeunes. C’est le défi fondamental. Donc, la Cedeao va élaborer cette stratégie, provoquer des rencontres B to B entre les chambres de commerce USA et les chambres de commerce de la fédération de la Cedeao et provoquer des rencontres pour qu’il y ait ces sociétés américano-africaines. Et puis, elles pourront vraiment investir, respecter les normes et renforcer le financement.

 

Cette lumière pourra-t-elle jaillir avant 2025 ?

 

Marcel de Souza : Mais bien sûr ! Pourquoi pas. Depuis fort longtemps, on ne l’a pas intériorisé mais maintenant, nous allons lancer cette stratégie. Pour sa matérialisation, nous la présenterons au sommet des Chefs d’Etat de la Cedeao à nos prochaines réunions. Et ça peut aller très vite. Nous l’avons suggéré aux américains qui nous ont répondu, qu’ils négocient Etat par Etat ; or nous sommes trop faibles. Si on peut aller ensemble avec la région comme l’Union Européenne, je pense que l’espace CEDEAO peut atteindre de meilleurs résultats.

Propos recueillis par GADAH Joseph

Lu 3206 fois Dernière modification le mercredi, 16 août 2017 21:47

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.