jeudi, 27 juillet 2017 21:35

Gerry TAAMA: « J’assure mon dernier mandat à la tête du parti NET ! »

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Gerry TAAMA Gerry TAAMA

Les militants du parti de l’opposition Nouvel engagement togolais (NET) ont fait une fois encore confiance à leur président Gerry Taama.

Le parti a déjà participé aux élections législatives et présidentielles mais sans succès.

Mais le jeune entrepreneur qui a mené le NET à la maturité a surpris les togolais à travers ses propos lucides à la fin du congrès du parti ce jeudi ; « J’assure mon dernier mandat à la tête du parti NET avant de passer à autre chose. », a-t-il martelé.

Gerry Taama n’a pas passé par mille chemins pour prodiguer de sages conseils à ses amis de l’opposition dont la division est un chemin d’or ; « Il faut aller à un regroupement de l’opposition, non pas sous la forme d’union, mais de stratégies communes susceptibles de générer des résultats », a-t-il laissé entendre avant d’inviter les uns et les autres « a refusé le principe d’une allégeance au chef de file de l’opposition », a-t-il ajouté.

Pour le NET, la question de la relecture du code électoral n cours au pays se résume en trois points :

1. L’amélioration de notre code électoral va au-delà de la simple composition de la CENI. Le fichier électoral, la traçabilité du scrutin et surtout la transparence dans la transmission des résultats, qui doivent être consultables bureau de vote par bureau de vote, la rallonge des délais de recours, pour permettre aux candidats, surtout lors des élections présidentielles de rassembler les PV…. sont autant de sujets qui doivent être débattus avant toute élection future.

2. Sur la composition de la CENI : une CENI technique dans le contexte togolais ne peut être une solution viable que si d’une part, l’extrême méfiance entre les acteurs politiques venait à être levée, et d’autre part, si cette composition technique ne faisait pas perdre aux CELI et bureaux de vote, la relative crédibilité que ces démembrements, avec la composition actuelle, ont acquis au fil des années. Le contentieux électoral se joue majoritairement à la CENI. Le NET propose ainsi donc qu’on puisse aller à une CENI technique uniquement que si on l’adjoint d’un comité de supervision politique fonctionnant à l’image du groupe d’accompagnement composé par le Général Sangaré et les représentants des 5 candidats lors des élections présidentielles dernières. A défaut, conserver la composition actuelle, tout en s’assurant du niveau technique des différents membres. Un test pourrait par conséquent, dans cette perspective, être soumis aux futurs membres de la CENI avant prestation de serment à l’assemblée nationale.

3. Le NET a tenu à rappeler qu’au bout de ses multiples expériences électorales, ce n’est pas tant l’amélioration du code électorale, ni la meilleure composition de la CEN qui modifiera de façon déterminante l’issue des élections dans notre pays. Tant que les ressources financières continueront à être inégalement réparties au Togo, les dépenses de campagne échappant à tout contrôle, ces réformes cosmétiques ne modifieront pas les rapports de force.

Lu 709 fois Dernière modification le lundi, 31 juillet 2017 22:29

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.