mardi, 24 janvier 2017 18:24

24 janvier 1974-24 janvier 2017 : 43è anniversaire de l’attentat de Sarakawa Spécial

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Les épaves de l'avion (image archive) Les épaves de l'avion (image archive)

Faure Gnassingbé a assisté dans le grand Nord (Kara) ce 24 janvier à la commémoration du 43è anniversaire de l’attentat de Sarakawa.

A Lomé, les Forces Armées Togolaises (FAT) se souviennent encore dans le recueillement du 24 janvier 1974. A cet effet, des offices religieux ont été célébrés ce matin au Camp Général Gnassingbé Eyadema à Lomé.

 

Les catholiques ont donné le ton de cette manifestation qui marque le rappel de l’attentat du 24 janvier 1974 ; un accident à l’issue duquel feu président Général Gnassingbé Eyadèma est sorti indemne.

A la lumière des textes bibliques, l’Aumônier militaire catholique par intérim des FAT, le Révérend Germain Antoine SACHY a rendu grâce à Dieu pour ses bienfaits dans la vie du peuple togolais, de ses dirigeants et des Forces Armées Togolaises.

Les pasteurs du culte protestant ont quant à eux adressée leur prière à Dieu pour être le garant de la sécurité de tous les togolais. Occasion pour l’Aumônier militaire national des FAT le Révérend Pasteur Sébastien ADJOGAH d’implorer la miséricorde et la bonté divine sur les militaires togolais déployés dans plusieurs missions de maintien de paix notamment en Côte-d’Ivoire, au Mali, au Darfour, en Centrafrique.

Dans leur prière musulmane, dirigée par l’aumônier militaire musulman des FAT, l’imam Idrissou Aboudramane, les fidèles d’Allah ont intercédé en faveur des compatriotes militaires qui ont perdu la vie dans l’exécution de leurs missions respectives ; celui-ci a exhorté les uns et les autres à l’union.

Tous ces cultes se sont déroulés en présence du Chef d’Etat Major des FAT le Général de Brigade Félix Abalo KATANGA, des officiers et sous-officiers des FAT.

Le 24 janvier 1974, le DC-3 transportant le président Gnassingbé Eyadema, quelques proches collaborateurs et sa garde rapprochée, s’écrase en pleine brousse, près de Sarakawa dans la Kozah. Le Président Eyadema et plusieurs autres passagers survivent au crash, tandis que d’autres meurent sur le coup, surtout les pilotes. Eyadema Gnassingbé s’en serait sorti avec quelques égratignures.

Lu 172 fois Dernière modification le jeudi, 26 janvier 2017 20:02

Laissez un commentaire

Make sure you enter the (*) required information where indicated. HTML code is not allowed.