mercredi, 18 janvier 2017 19:05

FMI : Le Togo bénéficie d’un montant de 238 millions de dollars pour la gestion de sa dette publique Spécial

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)
La délégation FMI (Mme Cemile Sancak) au milieu La délégation FMI (Mme Cemile Sancak) au milieu

Dans les 5 ans à venir, le gouvernement est tenu à des dépenses judicieuses et au financement strict des grands travaux compte tenu de la dette élevée du Togo.

Selon le rapport économique, financier et social 2016 du Ministère de l’Economie et des Finances les dettes publiques extérieure et intérieure à fin Septembre 2016 sont évaluées respectivement à 690,8 milliards et 1191,1 milliards soit un total de 1881,9 milliards de francs. Le stock de la dette publique est passé de 1036 milliards en 2014 à 1183,3 milliards à fin juin 2015. Quant à l’amortissement de la dette publique, il est passé de 194 milliards à 378,92 milliards de fin 2015 à 2017. Soit une augmentation exponentielle de 92,22%. Selon la mission en novembre 2016 du Fonds Mondial International (FMI), le ratio d’endettement représente 75,4% du PIB dépassant largement le plafond de 70% dans l’espace UEMOA.

Afin de réduire le déficit budgétaire global pour garantir la viabilité de la dette à long terme, le Togo, suite à une mission du FMI du 05 au 18 janvier 2017, bénéficiera au titre de la Facilité Elargie de Crédit d’un montant environ 238 millions de dollars soit 135 milliards de FCFA à 120% du quota du Togo au FMI. Il s’agira pour le gouvernement d’arriver à un exédent du solde primaire de 2% du PIB d’ici 2019.

« Ce financement consistera à accélérer la mise en œuvre de réformes clés de l’administration des recettes et la gestion des finances publiques, le renforcement de la gestion de la dette, la résolution des faiblesses des banques publiques et l’accompagnement du développement du secteur privé », a expliqué Mme Cemile Sancak, la chef de la délégation du FMI.

Pour le ministre de l’Economie et des finances, Sani Yaya, il appartient au gouvernement de poursuivre ses politiques axées sur la croissance durable inclusive à travers des dépenses sociales ciblées et des investissements financés de manière judicieuse à travers des programmes tels que le Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) et le Programme d’Appui aux Populations Vulnérables (PAPV).

"Le Togo pourra compter sur ces partenaires tels que la BAD et la Banque Mondiale pour d'autres ressources financières pour garantir la viabilité de la dette à long terme", a indiqué le ministre de l’Economie et des finances.

A cet égard, il importe de rappeler l’effort consenti pour limiter le solde budgétaire à -1,17% contre une norme communautaire de -3% ; ce qui permet de contenir l’évolution du taux d’endettement de notre pays projeté à 52,8% en 2021.

Pour jouer la carte de la prudence dans la gestion des financements, plusieurs projets ont vu leurs financements suspendus ainsi que d’autres arrivés à terme qui ne se verront pas reconduire par l’Etat Togolais. Il en est ainsi du projet BID3 pour la construction des infrastructures scolaires, du projet de construction du barrage d’Adjarala , du projet d’aménagement de 1000 ha de périmètres agro-sylvo pastoraux et halieutiques au Togo, le Projet PURISE destiné à la réhabilitation des infrastructures et des services électriques financé par la Banque Mondiale…

Lu 311 fois Dernière modification le jeudi, 26 janvier 2017 20:09

Laissez un commentaire

Make sure you enter the (*) required information where indicated. HTML code is not allowed.