mercredi, 28 décembre 2016 17:52

L'ANC aboie, le gouvernement passe. Spécial

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L'assemblée nationale a voté mardi la loi de finances gestion 2017. Le budget de l'Etat togolais en 2017 sera de 1.227,4 milliards. L'ANC trouve quelque peu incongru cette loi de finances.

L'Etat togolais mettra en jeu pour le développement socio-économique du pays, en 2017, 1.227,4 milliards de francs CFA. Le projet de loi de cette gestion a été adopté par l'Assemblée nationale le 27 décembre.

Ce budget a augmenté de 21,61% par rapport au budget de l’année 2016 et de plus de 5% par rapport à la loi de finances rectificative de l’année en cours. La part réservé dans ce budget aux secteurs sociaux dont le développement à la base, l'agriculture, la santé et l'éducation est chiffrée à 46,8%.

« Le budget 2017 s’équilibre en recettes et en dépenses à 1.227,4 milliards de francs CFA, soit 21% d’augmentation par rapport au budget de 2016. Le gouvernement fera recours aux Partenariats public-privé pour l’investissement dans les infrastructures routières, 46,8% du budget sera confié aux secteurs sociaux, le Programme d’urgence pour le développement communautaire (PUDC) sera l’investissement social rigoureux en 2017 selon les orientations du Président de la République », a déclaré le président de l'Assemblée nationale, Dama DRAMANI.

Ce budget n'est pas du goût de l'Alliance nationale pour le changement (ANC) de Jean-Pierre FABRE.

«C'est avec consternation que nous constatons que le projet de budget de l'Etat gestion 2017 soumis à l’examen des députés n'est pas différent des budgets qui l’ont précédé depuis 2013. Il révèle lui aussi l’opacité dans la gestion des ressources de l’Etat par les institutions, les sociétés d’Etat et les départements ministériels et n'échappe pas lui non plus aux mêmes incohérences à savoir l’insincérité des prévisions, la mauvaise allocation des ressources et l'insoutenabilité de la dette publique», a déclaré devant Me Manavi Isabelle AMEGANVI, présidente du groupe parlementaire ANC à l'assemblée nationale lors du vote.

L'ANC dénonce, entre autres, la faible contribution des sociétés d'Etat au budget, des coupes au niveau de certains secteurs tels que l'éducation nationale, de la santé, de l’agriculture et de la justice, la non allocation de part à la décentralisation, la hausse de la dette

«Le mandat social promis par le Chef de l’Etat reste et demeure, ni plus ni moins, qu’un leurre !Le groupe Parlementaire ANC constate avec regret que le gouvernement fait fi des mesures qu’appelle la situation sociopolitique et économique tourmentée que vit notre pays. En outre, il n’apporte à travers le budget 2017, aucune réponse aux attentes légitimes des populations à la base qui depuis plus d’une vingtaine d’années sont contraintes de vivre, faute d’élections locales, sous la coupole de délégations spéciales qui n’ont d’autorités locales que leur titre usurpé.
», martèle Me AMEGANVI

Pour le ministre de l'Economie et des finances, Sani YAYA, la joie est grande puisque le vote de ce budget donne au gouvernement les moyens juridiques de son action.

«Au nom du Président de la République et du gouvernement, je voudrais présenter mes vives félicitations à l’Assemblée nationale pour la diligence avec laquelle elle a travaillé sur le projet de loi de finances déposé le 15 novembre et surtout pour son sens élevé de l’intérêt national. Je voudrais particulièrement exprimer ma sincère gratitude à la Commission des Finances et du Développement Économique dont la richesse des débats en commission, la pertinence de ses contributions et aussi la qualité du travail qu’elle a abattu a permis d’éclairer la plénière sur la quintessence de cette loi de finances. L’adoption de la présente loi de finances 2017 permet au gouvernement de poursuivre la mise en œuvre de sa politique de développement», s'est-il réjoui.

Outre l'ANC, d'autres partis politiques de l'opposition à l'instar de la Convergence démocratique des peuples africains (CDPA) dénonce cette loi des finances.

Lu 201 fois Dernière modification le dimanche, 01 janvier 2017 08:54

Laissez un commentaire

Make sure you enter the (*) required information where indicated. HTML code is not allowed.