mercredi, 14 novembre 2018 09:41

Agriculture: Quel est l’état d’avancement du projet « MICROSOL-UEMOA » ? Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Au Togo le site choisi pour l’implantation du microsol est à Koumbeloti dans la préfecture de l’oti (Nord-Togo) Au Togo le site choisi pour l’implantation du microsol est à Koumbeloti dans la préfecture de l’oti (Nord-Togo)

Pour constater l’état d’avancement du projet «  MICROSOL-UEMOA », conformément aux termes de la convention, la SABER-ABREC (Société Africaine des Biocarburants et des Energies), organise  les 13 et 14  novembre 2018 à Lomé, une rencontre régionale en collaboration avec ses partenaires de SHNEIDER ELECTRIC, du Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de l’hydraulique, ainsi que des représentants des pays membres de l’UEMOA.

Les plateformes agricoles (irrigation, pisciculture, séchage, transformations, pasteurisation etc.) pourront bien désormais fonctionner à partir de l’énergie solaire.

Le projet régional de développement d'une plateforme agricole intégrée de production, de transformation et de conservation de produits, utilisant l'énergie solaire "MICROSOL-UEMOA" développée par la société SCHNEIDER Electric (SE) est une réponse pragmatique à la crise énergétique dans l'espace de l’union depuis deux décennies.

Sa mise en œuvre a été précédée par l'accord tripartite UEMOA-SABER-SCHNEIDER, ensuite la convention de la maîtrise d'ouvrage UEMOA-SABER puis le contrat SABER-SCHNEIDER.

A cette réunion, il s’agit de faire le point sur la mise en œuvre du programme MICROSOL-UEMOA, rappeler les rôles et responsabilités de chacune des parties, présenter le fonctionnement des mini-centrales et enfin visiter les équipements.

La commission de l’UEMOA qui attache une importance capitale à la sécurité alimentaire s’entretiendra avec ses membres et partenaires, sur la nécessité de passer à la phase expérimentale par l’utilisation de l’énergie solaire thermodynamique et photovoltaïque pour alimenter les applications agricoles notamment de l’irrigation, la pisciculture, la transformation, la conservation, et la pasteurisation, sans émission de gaz carbonique.

Dans cette optique, l’installation de mini-centrales électriques et thermiques est envisagée sur des sites offrant des possibilités de capter de l’énergie. Il est donc attendu du projet la fourniture d'une puissance électrique de 50 Kw pour alimenter les pompes d'irrigation, de pisciculture, des chambres froides des plateformes de transformation, des ventilateurs de séchage. A cela s’ajoute une puissance de 50 kw pour alimenter le séchage des produits, le réchauffage des bassins, l'étuvage de riz et la pasteurisation.

« C'est une réponse adaptée pour les zones isolées sans réseau électrique, un facteur de développement social pour les villages. Ceci est un ensemble de containers maritimes de 20 pieds intégrant des fonctionnalités de conversion et de stockage d'énergie alimentés par des panneaux solaires le jour et les batteries la nuit », explique Jean-Luc Brusorio, représentant de SCHNEIDER.

Les ministères de l’agriculture des pays membres exploiteront ces équipements pour une durée de deux ans pour tester leur fiabilité.

« La SABER s'affirme comme structure stratégiquement positionnée pour la maîtrise d'ouvrage de ce projet qui selon les prévisions apportera de l'Energie Electrique à 100 mille personnes par Etat qui s'en serviront dans la production, la transformation et conservation dans le secteur agricole », a indiqué AYASSOR Adji Oteyi, PDG de SABER.

Le Togo et le Sénégal ont été choisis pour la phase expérimentale.

Au Togo le site choisi pour l’implantation du microsol est à Koumbeloti dans la préfecture de l’oti (Nord-Togo).

Lu 568 fois Dernière modification le mercredi, 14 novembre 2018 10:41

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.