vendredi, 02 novembre 2018 13:04

Investissement : L’Economie togolaise aux anges ! Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
En Afrique, le Togo est le deuxième pays réformateur derrière le Rwanda En Afrique, le Togo est le deuxième pays réformateur derrière le Rwanda

Le rapport de Doing Business 2019 révèle un boom majeur, du Togo qui gagne 19 places. Il est classé 137è sur 190, ce qui fait du pays, le deuxième pays réformateur dans l’espace UEMOA.

En Afrique, le Togo est le deuxième pays réformateur derrière le Rwanda, mais devant la Côte d’Ivoire et Djibouti. Au classement 2017, le pays se classait à la 156è place.

Chargée de coordonner la Cellule Climat des Affaires (CCA), Sandra Ablamba Johnson, Conseillère du Président de la République togolaise, ravie, a commenté le score réalisé par le Togo dans le nouveau rapport Doing business en s’exclamant : « Le Togo a fait près de six fois mieux que l’Ile Maurice ».

En effet, en totalisant un score de 55,20 points, le Togo a enregistré une progression de 6,32 points, en variation annuelle, contre 1,29 point pour l’Île Maurice, major africain du Doing Business 2019.

Après avoir souligné les performances du Togo en matière de facilitation des affaires au plan africain, où il est classé 2è meilleur réformateur, et dans l’UEMOA où il décroche la place de 1er réformateur, la Coordonnatrice de la CCA a rappelé les grands indicateurs sur lesquels le pays a maximisé les réformes. A ce propos, précise-t-elle, « quand nous prenons la création d’entreprises, vous avez la suppression des droits d’enregistrement et de timbres. Il faut rappeler que ces droits d’enregistrement, c’est 2% si c’est un apport en numéraire et 4% si c’est un apport en  nature. Aujourd’hui, si vous voulez créer une entreprise dont le capital est de 1 milliard FCFA, …vous n’avez rien à payer ». En outre, « vous avez la libération du capital minimum qui était fixé à 1 million FCFA il y a deux à trois ans, qui était passé à 100 000 FCFA, et maintenant rendu libre », rappelle-t-elle.

Abordant l’indicateur « transfert du droit de propriété », elle fait observer : « vous avez par exemple la mise en place du guichet unique du transfert de propriété ; Il y a aussi l’automatisation en ce qui concerne le permis de construire. J’ai l’habitude de dire qu’avant, il fallait venir au niveau de la mairie pour faire le dépôt. Mais aujourd’hui, l’architecte, depuis là où il est, que ce soit en France ou au Burkina, peut facilement faire sa demande et avoir son permis, une fois de retour à Lomé ».

Evoquant les pots-de-vin qui devaient être payés à des intermédiaires dans le circuit de délivrance des documents fonciers et que déplorait le président sortant de l’Ordre National des Architectes du Togo (ONAT), la conseillère de Faure Gnassingbé se réjouit  de la réforme notée : « aujourd’hui, on ne paie plus ces pots-de-vin : mais non seulement ils ne paient plus ces pots-de-vin, ils ne prennent plus en charge  non plus les frais d’impression de documents qui coûtaient pratiquement 400 000 à 500 000 FCFA. Désormais, ils font directement la demande en ligne ; ce qui pour eux constitue effectivement un gain énorme ».

En dernier ressort, indique-t-elle, « vous avez la télé-déclaration. Avant, il fallait faire la queue au niveau des impôts pour payer ses impôts. Aujourd’hui, depuis votre bureau, vous pouvez faire la déclaration en ligne ».

Par ailleurs, le Premier ministre togolais Komi Sélom Klassou a indiqué, « le gouvernement s’est engagé depuis des années dans un processus de réformes vigoureuses pour la transformation structurelle de l’économie ». En créant, cette année, la Cellule climat des affaires, les autorités ont mis les bouchées doubles pour améliorer l’environnement des affaires avec pour objectif d’attirer  au Togo des investisseurs internationaux.

En octobre, le cabinet néerlandais Dynamar dans sa publication de la 5e édition de son étude sur l’activité conteneurs en Afrique de l’Ouest, révèle qu’aujourd’hui, le Port de Lomé (PAL) est la principale plateforme à conteneurs d’Afrique de l’Ouest, devant Lagos au Nigeria et loin devant Abidjan. En d’autre terme, le Port de Lomé est devenu le principal port de l’Afrique de l’Ouest, surpassant celui de Lagos. 

Au Port, le terminal à conteneurs traite près de 890 000 EVP par an, soit près de 75% du débit total de Lomé, qui s’élève à 1,2 million d’EVP. En 2017, le PAL a traité 1.193.800 conteneurs. Le port de Cotonou 333.000, celui de Tema (Ghana) 956.000, celui d’Abidjan 663.000. Au PAL, la progression a été fulgurante puisque le trafic est passé de 311.500 conteneurs en 2013 à près de 1.200.000 l’année dernière.

Le Togo qui a adopté en Aout dernier, son Plan National de Développement 2018-2022, sollicite la contribution du secteur privé à hauteur de 65% dans le financement du budget global qui s’élève à 4622 milliards FCFA.

Faure Gnassingbé, le Président de la République, en Allemagne dans le cadre de l’Initiative allemande pour mobiliser le G20 en faveur de l'Afrique, le programme Compact with Africa , a exhorté les investisseurs allemands, français, expagnols, la diapora, à croire aux potentialités du continent et à y investir  en particulier dans son pays qui présente un climat d’affaires de « lumière ». « Osez, osez venir, osez investir en Afrique », a –t-il déclaré.

Quelques jours plutôt, les présidents togolais, Faure Essozimna Gnassingbé, et ghanéen, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, ont procédé, à l’inauguration du poste de contrôle juxtaposé (PCJ) de Noèpé-Akanu, à la frontière entre leurs deux pays. Le PCJ vise l’amélioration des services de transports régionaux, la réduction des coûts de transport et de transaction, la promotion du commerce interrégional et intra-régional, la facilitation du mouvement des personnes, des biens et des services ainsi que la promotion de l’intégration ouest-africaine.

Tant de paramètres qui montrent que, le Togo renoue avec la croissance économique dans la sous-région et s’implante comme le hub commercial.

Par ailleurs, les données de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) en septembre dernier, révèlent que l’entreprise du tourismes a le vent en poupe. « Le Togo est le deuxième pays de destination touristique d’affaires au monde en 2017 », selon le dernier classement mondial. Le pays affiche un chiffre de 46% de visiteurs en 2017.

Le tableau d’investissement est au vert dans ce pays de l’Afrique de l’ouest.

Lu 156 fois Dernière modification le samedi, 03 novembre 2018 10:16

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.