samedi, 27 octobre 2018 16:50

Agriculture: SIALO, c'est de la terre à la table: zoom sur l'anacardier Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
L'agroentreprenariat des jeunes et l'agro-industrie, leviers d'une agriculture forte L'agroentreprenariat des jeunes et l'agro-industrie, leviers d'une agriculture forte
Ouverte depuis le 23 octobre au CETEF Togo 2000 et ce, jusqu'au 29 Octobre prochain, la 7ème édition du Salon International de l'agriculture et de l'agro-alimentaire à Lomé (SIALO) bat son plein sous le thème "L'agroentreprenariat des jeunes et l'agro-industrie, leviers d'une agriculture forte".
Pour la journée de vendredi consacrée à l'agro-entreprenariat des jeunes, plusieurs communications ont été faites par plusieurs structures sur l'agro-entreprenariat des jeunes et la session filière avicole.
En ce qui concerne l'agro-entreprenariat des jeunes, divers thèmes ont fait l'objet de communication dont, la place des jeunes dans l'entrepreneuriat; la meilleure connaissance des sols pour une meilleure productivité agricole ; la présentation des résultats de l'interprofession, itinéraire technique de l'anacardier pour l'amélioration de la qualité de la noix de cajou.
Les producteurs de l'anacarde réunis en Fédération Nationale des Coopératives Productrices d'Anacarde au Togo (FNCPA) couvre la région des plateaux, centrale, Kara et la Savane.
Le maillon de la production a été reconsidérée à partir de 2015 comme une filière porteuse et a bénéficié de l'accompagnement technique du ministère de l'agriculture et de la Coopération allemande à travers la GIZ. Ce qui a amené les producteurs à se mettre ensemble d'où la FNCPA.
De 390 kg à l'hectare en 2015, les productions sont passées à deux (2) tonnes de nos jours et emploie à l'hectare 69 personnes dont 39 femmes. Avec l'engouement et le prix intéressant qu'offre l'anacarde, aujourd'hui, 30 000 hectares de parcelles sont occupées contre 18 000 en 2015 car chaque ménage veut s'offrir une parcelle d'anacardier vue sa retombée.
Le producteur est sûr de pouvoir gagner dans sa production de son vivant et aussi faire des héritiers car il existe des variétés de 5 à 7 ans et d'autres qui vont jusqu'à 50 ans d'âge . Alors la FNCPA avec à sa tête Koriko ADJEMINI, président du FNCPA, lance un appel aux jeunes entrepreneurs à faire carrière dans le domaine.
Cette année 21 tonnes ont été exportées avec un prix moyen de 700FCFA le kg.
L'anacardier sert à beaucoup de choses. Sur le plan écologique c'est un consommateur de gaz carbonique. Sa production donne la pomme d'anacarde et la noix de cajou. La pomme fait 80% du fruit et on y extrait du jus ordinaire qu'on transforme en vinaigre, sirop et même en vin de table. La noix de cajou donne une sorte d'harachide sans cholestérol. Plus on le consomme ça rajeunit. Bref, l'anacardier sert à beaucoup de choses et on ne perd rien de la transformation de son fruit. Même les résidus servent de foin aux animaux.
Avec les facteurs de risques on peut tirer 2 tonnes à l'hectare. Un pied d'anacardier donne entre 60 et 100 kg. 
L'Inde et le Vietnam sont les principaux marchés auxquels sont orientés l'exportation et aussi, les USA, la Chine et l'Allemagne.
L'anacardier est un arbre tropical

C'est un arbre à la cime évasée mesurant de 6 à 12  m de haut, parfois davantage (jusqu'à 15 m). La racine principale est pivotante et s'enfonce à grande profondeur ; les racines latérales, très développées, s'étendent souvent loin autour de l'arbre.

Les feuilles simples de couleur vert foncé sont persistantes, alternes, ovales et coriaces. Elles mesurent de 10 à 20  cm  de long et peuvent atteindre 10  cm  de largeur. Elles présentent une nervure centrale bien visible et de 6 à 10 paires de nervures latérales.

Les fleurs blanches teintées de rose apparaissent au cours de la saison sèche ; elles sont de petite taille, parfumées et réunies en inflorescences terminales.

Les fruits se forment à la fin de la saison sèche. Ils ont une coque âcre et toxique qui abrite une amande blanche, comestible, la noix de cajou. Ils se forment sous un pédoncule gonflé, charnu et juteux nommé « pomme de cajou », qui ressemble à un poivron de couleur jaune, orange ou rouge, de taille variable.

Autres communications, "la session filière avicole". On note, entre autres, l'opportunité d'emploi des jeunes dans la filière avicole (CERSAS), l'utilité d'une dotation d'un matériel avicole approprié pour une meilleure réussite d'un projet avicole et aussi les prérequis du développement agropastoral pour l'Afrique.

KPOWOADAN Yao
Lu 101 fois Dernière modification le samedi, 27 octobre 2018 17:36

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.