mercredi, 24 octobre 2018 17:23

Politique : Le gouvernement ne veut pas être confondu à des « Idiots » Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Que les gens ne nous prennent pas pour des idiots Que les gens ne nous prennent pas pour des idiots

Face aux brouilles entretenues par la coalition des 14 partis de l’opposition après l’élection lundi dernier à l’assemblé nationale de ses représentants à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), le gouvernement sort de son silence afin d’éclairer la lanterne des populations.

Gilbert Bawara, ministre de la Fonction publique, Payadowa Boukpessi, chargé de l’Administration territoriale, Prof. Charles Kondi Agba et Christophe Tchao, membres du parti au pouvoir ont échangé avec la presse ce mercredi.

Gilbert Bawara, est revenu sur la conclusion de l’accord du 23 septembre entre le gouvernement et la coalition en ce qui concerne la présence du parti Union des Forces de Changement (UFC) à la CENI ; « Que les gens ne nous prennent pas pour des idiots. Nulle part, le relevé de conclusion du comité de suivi ne parle de représentants de la C14 à la Ceni, mais des parties prenantes au regard du code électoral. Le parti de Gilchrist Olympio a toujours siégé à la CENI en tant que membre de l’opposition. C’est la loi sur le statut de l’opposition qui confère le statut de chef de file de l’opposition à Jean-Pierre Fabre, qui donne à l’UFC le droit d’être considérée comme parti d’opposition. Y a-t-il eu déluge pour interdire à l'UFC d'être un parti de l'opposition? », s’interroge t-il. Et d’ajouter « Au fait, ce débat sur la présence ou non de l’UFC à la CENI ne concerne pas le gouvernement. Mais si le Comité de suivi de la feuille de route de la CEDEAO pense autrement, nous ne ferons que prendre acte ».

Le 20 décembre prochain, conformément à la feuille de route de la CEDEAO, les togolais devaient se rendre aux urnes pour les élections législatives. Le processus a démarré avec le recensement électoral depuis le début du mois d’octobre mais qui a été boycotté par la coalition.

A la coalition, les leaders souhaitent « qu’il faut reprendre complètement le processus de recensement électoral dans les deux zones jugé frauduleux», a indiqué Mme Brigitte Adjamagbo Johnson, coordinatrice de la coalition mardi dernier au cours d’une rencontre avec la presse.

Malheureusement, cette préoccupation de l’opposition trouve un refus catégorique auprès du représentant du gouvernement ; « Qu'ils rejoignent la Céni ou pas, nous ne reprendrons rien, cela n'arrivera pas. Le processus est jusqu'à présent conforme. Aucun pays sérieux ne peut se soumettre aux désidératas d'un groupe d'individus », a martelé Gilbert Bawara.

Au moment où la CENI vient de proroger de 24 heures, le processus de recensement dans la deuxième zone, Payadowa Boukpessi, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales vient enfoncer le clou dans la plaie; « Ça ne sera pas recommencé, en tout cas pas au Togo », a-t-il affirmé.

Lu 246 fois Dernière modification le jeudi, 25 octobre 2018 09:49

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.