jeudi, 13 septembre 2018 07:48

M. ABBE Talime, le point focal du Cadre Intégré Renforcé (CIR) "Nous voulons rendre l'anacarde et le karité compétitifs" Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)
M. ABBE Talime, Point focal du Cadre Intégré Renforcé (CIR) M. ABBE Talime, Point focal du Cadre Intégré Renforcé (CIR)

Pourquoi un Projet de Durabilité et de renforcement des capacités commerciales de l’Anacarde et du Karité au Togo (PRODAK) ? Pour le point focal du Cadre Intégré Renforcé (CIR) M. ABBE Talime; « L’anacarde et le karité sont des produits qui deviennent de plus en plus cher au niveau international, et donc, au niveau national, nous voulons rendre ces produits compétitifs pour les exporter et dégager des revenus substantiels pour nos producteurs », a-t-il expliqué à la rédaction du journal Economie et Développement.

Quelle est la pertinence de ce projet ?

Merci pour la question. Je voudrais souligner d’entrée que le projet est très pertinent dans ce sens que, d’abord, tous les acteurs ont participé à son identification, à son élaboration, et seront mis à contribution pour l’exécution. Ensuite, c’est un projet qui tient compte des filières à fort potentiel actuellement au niveau régional et international. L’anacarde et le karité sont des produits qui deviennent de plus en plus cher au niveau international, et donc, au niveau national, nous voulons rendre ces produits compétitifs pour les exporter et dégager des revenus substantiels pour nos producteurs.

Du financement du soja, à l’anacarde et au karité, quel lien établir entre ces nouveaux produits

Entre temps, les différents produits de rente comme le café, le cacao et le coton, sont à la base des recettes d’exportations du pays mais depuis un certain temps, on constate de plus en plus, que d’autres produits entrent sur le marché international comme le soja, l’anacarde et le karité. Donc, le ministère du commerce et de la promotion du secteur privé a voulu par-là, appuyer les producteurs, les transformateurs et les commerçants à mieux faire à travers la promotion de la qualité de leurs produits, faire en sorte qu’ils soient compétitifs sur les différents marchés et avoir assez de recettes d’exportation et accroitre les revenus des acteurs. Il faut reconnaitre que cette filière, comme plusieurs filières, en réalité, souffrait d’accompagnement particulier à l’exportation, c’est pourquoi le ministère en relation avec ses partenaires a jugé utile d’apporter son soutien à ces produits vu leur fort potentiel au niveau national et international.

Ce projet a également un lien intrinsèque avec le Programme National de développement (PND). Vous allez voir dans le PND notamment l’Axe 2 qui vise à développer les pôles de transformation agricoles, manufacturiers et d’industries extractives, c’est à travers ce volet, que nous avons tiré toutes ces opportunités. Nous voulons l’implémenter pour que les acteurs puissent contribuer significativement à la réduction de la pauvreté et à la croissance économique de notre pays.

Quels sont les grands axes du projet durant les 03 années d’exécution

Il faut souligner d’abord que, le projet a deux composantes. La première, c’est d’améliorer la compétitivité de l’anacarde et du karité. Dans ce volet, nous voulons améliorer la qualité de la production, de la transformation surtout de la commercialisation de ces produits c’est à dire comment accompagner les acteurs à l’exportation de leurs produits.

Le second volet, c’est la durabilité des actions du programme Cadre Intégré Renforcé (CIR) au Togo. Comme vous savez, le Togo a accédé à ce programme depuis 2008. Nous avons réalisé un certains nombres d’activités que nous voulons rendre visibles et continuer les actions qui ont été engagées depuis fort longtemps. C’est le lieu donc, de renforcer le partenariat public-privé à travers ces différentes filières pour qu’ensemble, nous réussissions à mettre ces nouveaux produits devant la scène internationale pour que notre pays aussi devienne plus compétitif dans les différentes chaines de valeurs.

Quelles sont les opportunités à tirer par les acteurs de ces nouveaux produits

Tous les acteurs ciblés seront touchés par ce projet et lors de nos prochaines formations, nous ferons en sorte que tous y participent et voir comment à partir de ces filières on peut devenir riche et contribuer au développement de son pays. A partir de cet instant, nous voulons montrer aux acteurs, toutes les activités qui sont consignées dans ce projet et demander une participation active des uns et des autres pour que les objectifs assignés au projet soient atteints à la fin.

Comment les produits à base de l’anacarde et du karité pourront bénéficier des normes de l’AGOA c’est-à-dire pénétrer le marché américain?

Au lancement du projet, nous avons déjà à travers une projection montré aux acteurs les potentialités et les opportunités à tirer de l’AGOA pour pouvoir accéder à ce marché si exigeant en ce qui concerne les normes. C’est pourquoi, nous allons nous appesantir sur le volet qui consiste à l’amélioration de la qualité de ces produits.

L’étude de la qualité de ces produits sera effectuée par des experts togolais ?

Elle sera prise en charge par l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI) qui est compétente, qui va s’occuper de la promotion et de la qualité de l’anacarde et du karité ainsi qu’aux normes exigées pour l’accès aux marchés internationaux et notamment américain.

Qu’est-ce que l’agriculteur togolais peut espérer de ce nouveau projet ?

De ce projet, nous voulons que la production augmente sensiblement et avec une promotion accrue à l’exportation, ceci engendra à coup sûr la croissance des revenus aux producteurs en premier. Le message particulier est d’encourager tous les producteurs à ne pas baisser les bras car c’est possible qu’ils tirent assez de revenus à partir de ces filières dont les produits sont très valorisés sur le marché international.

J’invite alors tous les acteurs des différentes chaînes de valeurs de production, de transformation et d’exportation à accompagner toutes les actions du Gouvernement pour qu’ensemble qu’on fasse de notre pays un modèle de développement dans la sous-région.

Propos recueillis par Joseph

Lu 473 fois Dernière modification le jeudi, 13 septembre 2018 08:41

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.