dimanche, 02 septembre 2018 18:37

Economie : Le Togo à la conquête des investisseurs chinois Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le PND nécessite un apport de 65% du secteur privé Le PND nécessite un apport de 65% du secteur privé

En marge du Forum sur la coopération sino-africaine (Focac) qui démarre ce lundi 03 septembre à Beijing, (Chine), le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé commence quelques entretiens avec des investisseurs chinois dans le souci de mobiliser les partenaires privés à accompagner la réalisation du Plan national de développement (PND 2018-2022) estimé à 4622,2 milliards de Fcfa.

Si le PND nécessitera de gros investissements estimés à plus de à 4622,2 milliards FCFA, le rôle du secteur privé sera prépondérant. Figure de proue de cette stratégie de développement, les privés pourraient y participer à hauteur d’un peu plus 2999,1 milliards de FCFA (5,4 milliards $), soit 65% du coût global du PND. Les dépenses d’investissement public, quant à elles, sont attendues à 1623,1 milliards de FCFA (2,9 milliards $), représentant 35% du coût global.

Ce dimanche, successivement, Faure Gnassingbé a reçu en audience, Mingfeng Zhang et Gang Shao.

Le premier, PDG de Jiangxi Zhongmei Engineering Construction, déjà présent au Togo, souhaite se diversifier dans son domaine d’activités de prédilection : les infrastructures. L’occasion pour l’entreprise active au Kenya, au Ghana, en Ethiopie et d’autres pays africains, de confirmer ses ambitions togolaises. Zhongmei veut donner au coup d’accélérateur au PND à travers la création d’un parc industriel agricole à Akodessewa dans la préfecture de VO. Une installation destinée à accompagner la stratégie de transformation agricole du Togo en vue d’atteindre l’autosuffisance alimentaire et faire de l’agriculture, un vrai levier de développement. Axe stratégique 2 du Programme d’actions quinquennal du gouvernement adopté début août.

Le chef de l’État a exprimé quant à lui le souhait que la société Zonghmei puisse nouer des partenariats avec les IFAD (Institut de Formation pour l'Agro-développement), spécialisés aquaculture et élevage, pour contribuer à la formation des paysans et au développement des filières porteuses comme le manioc.

Le deuxième investisseur rencontré est Gang Shao, CEO de Tiesiju Civil Engeneering Group. Cette audience a permis au patron du groupe chinois qui opère dans le secteur de la construction avec une expertise avérée en matière d’infrastructures aéroportuaires, ferroviaires et de routes, de prendre connaissance des projets phares du PND dans le domaine des travaux publics. Précisément, les deux hommes ont discuté de la réalisation du corridor logistique Lomé-Ouagadougou. Un vaste projet qui comprend la mise en place de routes, de chemin de fer, de port sec, de plateforme logistique…

L’autre volet des discussions porte sur les modalités pratiques d’investissement du groupe chinois qui revendiquait en 2017, 23 000 ingénieurs et techniciens avec un chiffre d’affaires de 12 milliards de dollars. L’éventualité d’un PPP a été évoquée. Ainsi, une délégation de Tiesiju est attendue incessamment au Togo pour « rendre concrète la collaboration qui a été entamée à travers cet entretien ».

Selon le communiqué du Conseil des ministres, le président Faure Gnassingbé, aurait « vivement instruit le gouvernement d’accentuer et d’intensifier le dialogue et la concertation avec toutes les composantes de la société togolaise, en particulier le secteur privé, les acteurs politiques, les organisations syndicales ainsi que les organisations de la société civile en vue de favoriser une meilleure appropriation du PND et d’assurer la mobilisation et la contribution de tous à sa mise en œuvre ainsi qu’à l’atteinte des objectifs poursuivis. »

Lu 146 fois Dernière modification le dimanche, 02 septembre 2018 19:09

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.