samedi, 23 juin 2018 15:38

Economie : Le Togo a adopté la loi de finances rectificative gestion 2018

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
La politique budgétaire se concentrera sur la réduction de la dette publique La politique budgétaire se concentrera sur la réduction de la dette publique

Le Togo a adopté le 22 juin, la loi de finances rectificative gestion 2018.

L’adoption de la loi de finances rectificative pour la gestion 2018 permet au Gouvernement de prendre en compte les évolutions intervenues au cours de l’exécution de la loi de finances initiale.

 

Au titre de ces évolutions se présente comme les recettes, des défis demeurent et le Gouvernement a pris en compte la réalité de la conjoncture mais aussi les impératifs des nouveaux défis et nouveaux besoins sociaux.

Il s’agit de la satisfaction de nouveaux besoins sociaux liés notamment aux revendications des agents des secteurs de l’éducation (enseignement primaire et secondaire ainsi que les enseignants du Supérieur), à l’augmentation des subventions aux universités de Lomé et de Kara ainsi qu’aux enseignements confessionnels, à la révision de la grille indiciaire des magistrats et enfin à la prise en compte de nouveaux besoins d’investissements financés sur ressources propres.

La présente loi prend en compte l'exonération des équipements en énergies renouvelables pour les fournisseurs agréés par le ministère chargé de l'énergie.

Les dépenses budgétaires enregistrent une diminution de 30,3 milliards de FCFA, tandis que la programmation de nouvelles dépenses et/ou de mesures nouvelles se chiffre à 25,4 milliards de FCFA.

Au total les dépenses budgétaires diminuent de 5 milliards de francs CFA pour se situer à 920,5 milliards contre 925,5 milliards initialement prévus.

Selon le ministre de l’Economie et des Finances, il en découle un solde budgétaire déficitaire de 88,6 milliards de francs CFA entièrement financé par le solde excédentaire des opérations de trésorerie.

Les ressources de trésorerie enregistrent une hausse de 10 milliards de francs CFA en passant de 465,5 milliards à 475,5 milliards, alors que les emplois de trésorerie sont en recul de 6,0 milliards de francs CFA au niveau de l’amortissement de la dette intérieure, pour ressortir à 387,0 milliards de francs CFA contre 393,0 milliards de francs CFA dans le budget initial. La hausse des ressources de trésorerie s’explique, pour l’essentiel, par l’accroissement des emprunts obligataires de 18,6 milliards de francs CFA, partiellement atténué par la baisse des emprunts-projets de 8,6 milliards.

Il en résulte un solde excédentaire de trésorerie de 88,6 milliards de francs CFA qui finance le déficit du solde budgétaire mentionné plus haut.

Au total, le projet de loi de finances rectificative, gestion 2018, s’équilibre en recettes et en dépenses à 1.307,6 milliards de francs CFA contre 1.318,5 milliards dans la loi de finances initiale, soit une baisse de 11,0 milliards (-0,8%) concernant le budget général tandis que le budget de l’Etat intégrant les comptes spéciaux du Trésor s'équilibre en recettes et en dépenses à 1310,9.

                                                                   

« La politique budgétaire continuera de se concentrer sur la réduction de la dette publique et la préservation de la viabilité budgétaire. Les réformes seront poursuivies pour améliorer la collecte des recettes, éviter des arriérés, améliorer la rentabilité des projets d'investissement public et limiter les dépenses publiques », a indiqué, a indiqué Sani Yaya, le ministre de l’Economie et des Finances.

Lu 242 fois Dernière modification le samedi, 23 juin 2018 15:45

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.