vendredi, 08 juin 2018 00:06

BCEAO : Difficile de modifier les indicateurs monétaires

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Maintien du taux d’intérêt minimum de soumission aux opérations d’appels d’offres Maintien du taux d’intérêt minimum de soumission aux opérations d’appels d’offres

La deuxième réunion ordinaire du Comité de politique monétaire de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) s’est tenue le 6 juin au siège de la BCEAO à Dakar.

Ainsi, d’une profonde analyse de l’économie mondiale et celle régionale, le gouvernement de la Banque Centrale Tiémoko Meyliet Koné, par le Comité de politique monétaire a décidé de maintenir inchangés le taux d’intérêt minimum de soumission aux opérations d’appels d’offres d’injection de liquidité à 2,50% et le taux d’intérêt du guichet de prêt marginal à 4,50%.


Un exercice qui, à l’en croire, fait rejaillir une croissance qui reste dynamique dans l’économie mondiale avec une progression de 3,9% attendue sur toute l’année.
Cette même dynamique est notée dans les économies de l’UMOAau premier trimestre de l’année. La progression du produit intérieur brut réel, soutenue principalement par la demande intérieure, est ressortie à 6,5%, en glissement annuel, après 6,4% le trimestre précédent ; c’est la croissance amorcée depuis 2012 qui continue sur un niveau jugé satisfaisant puisse qu’il est supérieur à 6% et l’une des croissances les plus fortes en Afrique à l’heure actuelle.


Devant cet état les fondamentaux des économies des pays de la zone UMOA ne permettent pas à la BCEAO de modifier, pour l’instant, les indicateurs monétaires, notamment le taux d’intérêt ainsi que le taux de réserve obligatoire des banques.


Le Comité de politique monétaire de la Banque Centrale considère ainsi que les choses se passent assez bien et qu’il faut maintenir cette dynamique et a révélé que l’inflation est toujours modérée en glissement annuel de 0,9%.

L’Union ne craint pas de hausse intempestive de prix pouvant gêner la croissance et les activités économiques.
En outre, le déficit budgétaire, base engagement, dons compris, prévu par les États pour l’ensemble de l’année 2018 est attendu à 3,8% du PIB contre 4,2% en 2017, pour un objectif communautaire de 3,0% à l’horizon 2019.

Lu 226 fois Dernière modification le vendredi, 08 juin 2018 22:55

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.