lundi, 04 juin 2018 01:13

Politique : La loi relative aux libertés de réunion et de manifestation publiques pacifiques est de rigueur

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
L’autorité administrative compétente peut faire connaître ses observations et ses recommandations L’autorité administrative compétente peut faire connaître ses observations et ses recommandations

La loi votée en 2011 relative aux libertés de réunion et de manifestation publiques pacifiquesprévoit en son article 9 « toute réunion ou manifestation pacifique sur la voie publique et dans les lieux publics est soumise à une déclaration préalable écrite au ministre chargé de l’administration territoriale pour les réunions ou manifestations à caractère national ou de portée internationale, au gouvernement ou au préfet territorialement compétent dans les autres cas, au maire de la commune concernée, le cas échéant » et à son article Article 12 « L’autorité administrative compétente qui reçoit la déclaration peut faire connaître ses observations et ses recommandations notamment en ce qui concerne le lieu, l’itinéraire, la sécurité et les secours d’urgence raisonnables, dans un délai de soixante-douze(72) heures avant la date prévue pour la réunion ou la manifestation ».

Fort de ces articles, les prochaines manifestations prévues par la coalition des quatorze partis de l’opposition togolaise risquent d’avoir du plomb dans l’aile, et pour cause, le ministre en charge de l’Administration territoriale vient de saisir la C14 d’une note qui interdit les marches dans certaines localités et en redéfinit les itinéraires dans d’autres.

Dans un courrier adressé à la coalition des14, Payadowa Boukpessi assure avoir tenu une réunion vendredi 1er juin,  à son ministre,  avec son collègue de la Sécurité et de la Protection civile,  et Robert Olympio,  représentant la C14. Cette rencontre tripartite fait suite à un courrier envoyé au ministre par la coalition de Kafui Adjamagbo-Johnson, l’informant de l’organisation les 6, 7 et 8 juin, d’une série de manifestations à Lomé ainsi que dans d’autres villes du Togo.

« Le gouvernement déplore une fois encore la persistance de cette volonté de la coalition de violer les mesures prises par le facilitateur, en prévoyant de manifester à nouveau,  pour les questions qui sont en cours de discussion au sein du dialogue inter-togolais », s’indigne le ministre dans sa note.

Ainsi donc,  Payadowa Boukpessi informe la coalition que “pour des raisons de trouble à l’ordre public,  les itinéraires anciennement utilisés par la coalition pour ses  marches depuis le 19 août 2017 ne sont pas acceptés”.

Selon la note,  le ministre prend d’autres mesures plus contraignantes allant jusqu’à l’interdiction des marches dans certaines localités du pays.  “Les manifestations à Sokode,  Bafilo,  Mango sont interdites”, précise le courrier qui rappelle par ailleurs que les “manifestations sur les routes nationales sont interdites” avant de demander aux organisateurs des marches de “se mettre en rapport avec les préfets des autres villes” pour définir de nouveaux itinéraires.

                   

Rappelons que samedi, les représentants des deux facilitateurs désignés et le Président de la commission de la CEDEAO ont échangé avec les différents acteurs du dialogue inter togolais en vue de définir une nouvelle feuille de route.

Lu 192 fois Dernière modification le lundi, 04 juin 2018 01:41

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.