mardi, 29 mai 2018 15:35

Politique : L’APED lève le voile sur ses propositions

Écrit par Ghislain A-K
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Me Djovi Gally Me Djovi Gally Republicoftogo

Les éminents avocats réunis au sein de l’Association pour la Promotion de l’Etat de droit (APED) ont dévoilé mardi leurs propositions pour une sortie de crise au Togo.

Le collectif d’avocats dénommé APED que dirige Me Djovi Gally a rendu publiques ses propositions pour une sortie de crise au Togo. L’Association partage en partie les points de vue de l’opposition particulièrement la Coalition des 14 en ce qui concerne ses revendications.

Pour une sortie de crise, l’APED réclame « la libération totale, immédiate et sans condition de tous les prisonniers politiques ; la levée immédiate de l'état de siège dans les villes de Sokodé, Bafilo, Kara et Mango... ; et la mise en place d'un Gouvernement de transition avec un premier ministre désigné au sein de l'opposition démocratique ».

L’APED demande au pouvoir de rendre opérationnelles les réformes constitutionnelles et institutionnelles de manière consensuelle, et « de préférence par voie parlementaire ». Ces réformes consistent en la limitation du mandat présidentiel à deux fois cinq ans, avec la formule « en aucun cas nul ne peut faire plus de deux mandats » ; l’adoption d’ un scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour les élections présidentielles ; le réaménagement des prérogatives entre le Président de la République et le Premier ministre, notamment en matière de nomination aux emplois civils et militaires ; la rénovation en profondeur du cadre électoral, y compris la Cour constitutionnelle ; la restauration d'un véritable ministère de la Défense Nationale dirigé par une personnalité civile ; et des états généraux de la Défense nationale.

Concernant les prochaines élections (locales, législatives et présidentiel), l’APED demande la mise sur pied d’une instance internationale neutre et indépendante en lieu et place de la CENI pour leurs organisations et leurs supervisions et une Force armée de la CEDEAO avant, pendant et après ces élections. Quant à la candidature de Faure Gnassingbé, l'APED estime que le concerné devra de lui-même prendre la décision, en toute âme et conscience, de ne pas se porter candidat à l'élection présidentielle de 2020 pour répondre à l'esprit de la Constitution du 14 octobre 1992, dans sa version originelle.

L’APED ne manque pas de souligner dans sa déclaration liminaire que « tous les accords politiques signés au Togo n'ont-ils été appliqués comme il se doit, à cause de la mauvaise foi évidente du pouvoir en place d'une part, et d'un manque de stratégie cohérente de l'opposition démocratique, d'autre part... ».

L'APED demande à la CEDEAO, par l'entremise des présidents Nana Akufo-Addo et Alpha Condé, de « prendre en considération les aspirations profondes du Peuple togolais, notamment sa soif d'alternance, afin que les recommandations qui seront faites, contribuent réellement à l'avancement du pays ».

Lu 323 fois Dernière modification le vendredi, 01 juin 2018 17:36

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.