vendredi, 25 mai 2018 22:00

MUTAA: La 4ème réunion du groupe de travail ministériel se déroule à Lomé

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Les compagnies aériennes non africaines assurent actuellement 80% du trafic Les compagnies aériennes non africaines assurent actuellement 80% du trafic

La 4ème réunion du groupe de travail ministériel sur le Marché Unique du Transport Aérien Africain (MUTAA) a débuté ce vendredi à Lomé.

Faure Gnassingbé, Président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) que ses pairs ont donné le pouvoir de conduire le processus à l’issu du 30ième Sommet de l’Union africaine (UA) le 29 janvier 2018 à Addis-Abeba. Il aura la responsabilité de convaincre les autres pays hésitants à adhérer au processus.

Ce projet phare de l'Agenda 2063 de l’Union africaine (UA) vise à créer un marché unifié du transport aérien en Afrique, à libéraliser l’aviation civile sur ce continent et à y impulser l’intégration économique.

Selon la Commission de l’UA, le MUTAA améliorera les niveaux de service aérien, renforcera la concurrence entre les itinéraires ce qui entraînera des tarifs plus compétitifs, stimulera le volume des trafics supplémentaires, favorisera le commerce, les investissements et d’autres secteurs de l’économie et entraînera un accroissement de la productivité et une augmentation de la croissance économique et de l’emploi.

En janvier dernier, 23 pays sont membres du MUTAA (Bénin, Botswana, Burkina Faso, Cabo Verde, Congo, Côte d'Ivoire, Égypte, Éthiopie, Gabon, Ghana , Guinée, Kenya, Libéria, Mali, Mozambique, Niger, Nigéria, Rwanda, Sierra Leone, Afrique du Sud, Swaziland, Togo et Zimbabwe). Ces 23 pays ont une population combinée d’environ 670 millions d’habitants, soit plus de la moitié de la population du continent, et ont également capté plus de la moitié des visiteurs internationaux sur le continent et près de 80 % du trafic intra-africain, selon l’Union africaine.

Pour rappel, le MUTAA est le résultat de l’application "immédiate" des principes de la Décision de Yamoussoukro adoptée en 1999 et approuvée par l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement de l’UA à Lomé (Togo) en juillet 2000.

La Décision de Yamoussoukro prévoyait également la création de l'Agence d'exécution du transport aérien africain, chargée de superviser et de gérer la libéralisation du secteur aérien en Afrique. L'Agence d'exécution a finalement été créée en 2007, lors de la troisième Conférence des ministres responsables du transport aérien de l'UA tenue à Addis-Abeba en mai 2007. Elle a confié ses fonctions à la Commission de l'aviation civile africaine.

La commission de l’UA espère déboucher sur la création de 300 000 emplois directs et de deux millions d'emplois indirects. L'industrie aéronautique offre actuellement 8 millions d'emplois en Afrique. Les compagnies aériennes non africaines assurent actuellement 80% du trafic.

 Les compagnies aériennes africaines ont moins de 3% du trafic aérien mondial bien que le continent représente plus de 17% de la population mondiale.
Lu 171 fois Dernière modification le samedi, 26 mai 2018 16:58

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.