jeudi, 17 mai 2018 18:14

Société : Un dispositif de protection sociale des artisans Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Les artisans restent très vulnérables vis-à-vis de la protection sociale Les artisans restent très vulnérables vis-à-vis de la protection sociale

Le niveau de vulnérabilité des artisans et des membres de leurs familles révèle que cette couche est quotidiennement confrontée à divers risques.

Les acteurs restent très vulnérables vis-à-vis de la protection sociale alors qu’ils contribuent à la formation du Produit intérieur brut national de 18% en moyenne à la réduction des déséquilibres de la balance des paiements et du chômage. Désormais, ils seront couverts comme les fonctionnaires Togolais par l’Institut national d’assurance maladie (INAM) avec la mise en place d’un dispositif de protection sociale en leur faveur.

La validation de l’étude de faisabilité pour la mise en place d’un dispositif de protection sociale des artisans a été lancée à Lomé par la ministre en charge de l’Artisanat, Victoire Tomégah-Dogbé.

Les artisans et les experts de l’INAM ont passé aux peignes fins les résultats du diagnostic du niveau de vulnérabilité des artisans et des membres de leur famille et valider leurs capacités contributives au fonctionnement d’un système de protection sociale. Il s’est agi de définir les modalités de cotisation des artisans, de leur prise en charge et passer à leur enroulement, immatriculation et à la délivrance de leurs cartes d’assuré.

« Il est temps de penser très rapidement à la prise en charge des artisans. Nous sommes aussi en train de travailler sur le système de formation de l’INAM pour également réduire la lourdeur des instruments de prise en charge que sont les carnets et je crois d’ici là, les artisans vont entrer dans un système qui sera nouveau », a déclaré Myriam Dossou-d’Almeida, Directeur général de l’INAM.

Les prochaines étapes a-t-elle poursuivi, sont l’enroulement, l’immatriculation et le début des prestations. « L’ensemble des artisans sont concernés. Dès lors qu’à la fin de cette séance, les conditions de cotisations par semaine ou mensuel par Tmoney, Flooz seront définies avec leur accord pour la mise en place d’un mécanisme très léger », a-t-elle rassuré.

Cette étude réaffirme la volonté du gouvernement de lutter pour le plein épanouissement des artisans au Togo. Le mécanisme de protection sociale prend aussi en compte leurs besoins sanitaires à travers des assurances maladies.

« Le secteur de l’artisanat reste confronté à des défis de tailles portant sur le mécanisme de protection sociale dont nous avons pour mission de mettre en place un mécanisme approprié de protection sociale des artisans. C’est une orientation stratégique qui permet d’améliorer véritablement le quotidien des artisans et rendre ce secteur plus attractif », a indiqué Victoire Tomégah-Dogbé.

Le Président de l’Union des chambres des métiers du Togo, Kodjo Eklou s’est réjoui de cette « belle initiative » qui selon lui vient à point nommé répondre à ces multiples difficultés dont son secteur fait face notamment les accidents de travail, de circulation, de chantiers, dans les bureaux, de santé, de vieillesse. Celui-ci met en avant les moyens financiers qui constituent le socle des difficultés.

L’ensemble des acteurs ont apprécié les propositions contenues dans le projet de document qui prend en compte toutes les réalités de ce secteur en vue d’asseoir un mécanisme de protection sociale qui répond véritablement aux besoins des artisans.

Lu 125 fois Dernière modification le jeudi, 17 mai 2018 18:21

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.