jeudi, 10 mai 2018 14:58

Economie : Une croissance de 4,9% et 2,5% respectivement prévue pour le niveau d’investissement global et de la production Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Un ralentissement du rythme de croissance Un ralentissement du rythme de croissance

Le ministère de l’économie et des finances a rendu public les résultats de la cinquième édition de l’enquête de prévision macroéconomique réalisée par à l’Institut national de la statistique et des études économiques et démographiques (INSEED).

Il vise à actualiser les données relatives aux principaux indicateurs relatifs à la situation économique des entreprises notamment le niveau de production et d’investissement, les échanges de biens et services avec le reste du monde pour les années 2016 et 2017 ainsi que les prévisions pour l’année 2018.

L’enquête a été réalisée sur un échantillon de deux cents (200) entreprises tirées dans une base de sondage constituée à partir des données de l’Office togolais des recettes (OTR) mises à jour jusqu’en 2015. Cette base de sondage est constituée de 21.968 entreprises des secteurs secondaire et tertiaire, excluant le secteur primaire et le secteur informel. A la fin de la phase de collecte, 149 entreprises ont effectivement contribué à l’enquête, soit un taux de réponse de 74,5%.

« Les résultats portent sur les aspects conjoncturel et structurel de l’activité économique des entreprises. Ces résultats indiquent globalement un ralentissement du rythme de croissance », explique le secrétaire général du ministère, Badanam Patoki.

Comme resultat, le taux de croissance de production attendu en 2017 est de 2,6% contre 6,6% en 2016. Le chiffre d’affaires croîtrait de 2,0% contre 3,3% en 2016. La valeur ajoutée connaitrait une décélération, passant de 3,6% en 2016 à 3,2% en 2017. Le niveau d’investissement enregistrerait une baisse de 18,6% en 2017 par rapport à son niveau de 2016.

En ce qui concerne les prévisions pour l’année 2018, une croissance de 4,9% et 2,5% est respectivement prévue pour le niveau d’investissement global et celui de la production.

S’agissant du financement de l’économie, il est observé une contribution plus élevée des banques dans le financement des investissements en 2017. En effet, la part du financement bancaire des investissements passerait de 24,5% en 2016 à 44,7% en 2017, soit un bond de 20,2 points. Selon les prévisions des Chefs d’entreprises, le financement de l’investissement sur fonds propres passerait de 72,9% en 2016 à 51,6% en 2017.

La prochaine édition sera lancée bientôt et portera sur l’année 2018 avec pour objectif une amélioration du taux de réponse, au-delà de celui de 74,5% enregistré en 2017.

Lu 190 fois Dernière modification le jeudi, 10 mai 2018 15:14

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.