mardi, 17 avril 2018 16:28

Economie : ACRAM s’engage à solutionner les problèmes de la culture du caféier en Afrique

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Optimiser les partenariats pour une production de café Robusta de qualité Optimiser les partenariats pour une production de café Robusta de qualité

Comment inciter les jeunes et les femmes à embrasser la filière café afin d’en tirer le maximum de profit ? Si les acteurs de la filière reconnaissent que la tâche de recherche sur le café est ardue, il n’en demeure pas moins que des solutions de sortie aussi existent bel et bien.

A cet effet, Yaoundé la capitale du Cameroun a abrité la 6ème assemblée générale de l’Agence des Cafés Robusta d’Afrique et de Madagascar (ACRAM) et du 4ème colloque des chercheurs sur le café Robusta africain, du 3 au 5 avril 2018 pour relever ces principaux défis.

Pour solutionner les problèmes de la culture du caféier en Afrique, les acteurs venus également de la Côte d’Ivoire, de la France, du Gabon, d’Italie, de la Centrafrique, de la République Démocratique du Congo et du Togo ont échangé autour du thème «Optimiser les partenariats pour une production de café Robusta de qualité en Afrique de l’ouest et du centre», après les discussions sur «l’accroissement de la productivité pour une robusta-culture durable en Afrique de l’ouest et du centre» lors de la conférence scientifique de 2017.

Il s’agit à cette rencontre annuelle d’ACRAM, d’adopter les rapports des comités Administration et Finances, Genre, Recherche scientifique mais aussi décidé de ramener le bilan financier aux normes comptables ; formaliser la décision d’allouer aux caféicultrices des pays membres de l’ACRAM, par rotation, une aide financière de 5,900 millions de francs Cfa pour les accompagner dans leurs activités ; constituer un fonds spécial annuel de 2.000 dollars US auprès de chaque structure étatique membre de l’ACRAM pour la prise en charge des chercheurs sur le caféier Robusta lors des rencontres scientifiques ; mettre en place une commission technique pour l’élaboration, d’ici au 15 mai 2018, des projets de textes juridiques (statuts, règlement intérieur, règles administratives et financières) de l’ACRAM ; envoyer à tous les membres, pour relecture et amendement, les textes juridiques de l’ACRAM ; convoquer une assemblée générale extraordinaire pour la finalisation de l’accord de siège, des statuts, du règlement intérieur et des règles administratives et financières ; élaborer les termes de référence pour le personnel à recruter ; procéder urgemment au recrutement d’un Secrétaire exécutif et d’un Assistant administratif ; adopter le projet de budget 2018-2019 à la suite de la formalisation des textes organiques de l’ACRAM à l’assemblée générale extraordinaire ; fixer le lieu et la date des prochaines assises de l’ACRAM, à l’issue de l’assemblée générale extraordinaire prévue en mai 2018 à Libreville ; et renforcer le Comité de promotion et marketing par une désignation des points focaux dans chaque structure membre de l’ACRAM.

Présidée par le Togolais Enselme Gouthon, président de l’ACRAM, cette grande rencontre annuelle de l’ACRAM a adopté les rapports des comités Administration et Finances, Genre, Recherche scientifique.

Les communications des experts et les contributions qui ont nourri la réflexion et posé la problématique de l’amélioration variétale et de la disponibilité des plants des caféiers Robusta de qualité en Afrique de l’ouest et du centre; la question du contrôle des bio-agresseurs pour accroitre la productivité des caféiers Robusta d’Afrique de l’ouest et du centre (avec le soutien du CIRAD aux institutions de recherche agricole partenaires) ; et le problème des échanges de matériels génétiques dans le cadre des projets de recherche sur le café Robusta en Afrique de l’ouest et du centre (des conventions internationales à respecter).


« Le choix du thème du grand rendez-vous annuel de 2018 concrétise la dynamique de renforcement de partenariat Sud-Sud. Lequel partenariat est déclenché depuis 2016 au Vietnam, avec VICOFA à Hô Chi Minh Ville, à travers l’Organisation internationale de la francophonie. Aux yeux de l’Agence, il s’agit bien d’une progression logique et cohérente dans les réflexions scientifiques qui va de l’accroissement durable de la productivité de la culture du Robusta en Afrique de l’ouest et du centre à l’optimisation des partenariats pour une production de qualité. Ce qui traduit l’expertise de haut niveau des chercheurs aguerris et une vision claire de l’ACRAM qui se veut un outil de promotion des cafés Robusta », a indiqué Enselme Gouthon, président de l’ACRAM.

L’événement Festicoffee, entre l’assemblée générale et le colloque, a tenu aussi sa 6ème édition centrée sur le thème «Les jeunes, avenir de la filière café».

Initié par le gouvernement camerounais, il semble désormais être l’un des plus grands évènements dédiés au café en Afrique de l’ouest et du centre. «Cet engagement du Cameroun contribue à l’avancée des objectifs stratégiques de l’ACRAM. Le programme d’intégration des jeunes dans la caféiculture par le gouvernement camerounais est une initiative réussie qui doit continuer à inspirer les autres pays membres de l’ACRAM», a expliqué Enselme Gouthon.

En savoir plus sur ACRAM

L’ACRAM, lancée officiellement en novembre 2008, regroupe les opérateurs privés et publics. Elle promeut entre ses membres le partage d’expériences en matière de recherche, de production, de transformation et de promotion de la consommation locale. Sur la période 2016-2017, l’ACRAM a été particulièrement active, avec une visibilité accrue à l’édition 2017 de Festicoffee, du 20 au 23 avril à Yaoundé ; au forum mondial des producteurs de café, en juillet 2017 en Colombie ; à la journée du café du Vietnam en décembre 2017. Sans oublier la mission au secrétariat général UE-ACP effectuée en marge de la 2ème réunion de haut niveau sur la baisse du prix du cacao prévue par l’ICCO du 18 au 22 avril à Bruxelles, dans le cadre de sa demande d’appui technique et financier pour soutenir le «Programme de relance et de promotion des cafés Robusta d’Afrique et de Madagascar» ; la réactivation du site web www.acram-robusta.org en septembre 2017 ; l’organisation d’une dégustation des cafés ACRAM en septembre 2017 à Yamoussoukro en marge des travaux de la 120ème session de l’Organisation internationale du café ; la visite à Accra, en octobre 2017, pour présenter l’ACRAM au gouvernement ghanéen et aux institutions compétentes responsables de la réglementation du secteur du café au Ghana, et solliciter l’appui technique et la représentation du Ghana  au sein de l’ACRAM.
Aujourd’hui, l’accroissement des revenus et la création des emplois restent un défi majeur pour accroitre l’impact de la culture du café Robusta.

«Dans cette perspective, nous louons les initiatives en cours dans les pays membres en matière d’intégration des jeunes et du renforcement du rôle des femmes dans la caféiculture. Et comme pour bien faire, le comité de la Promotion du Genre de l’ACRAM a retenu, à Yaoundé, la réflexion spécifique sur «la femme dans le café : voies d’innovation face aux nouvelles perspectives», a laissé entendre Enselme Gouthon.

Lu 134 fois Dernière modification le mardi, 17 avril 2018 16:32

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.