mardi, 10 avril 2018 15:29

La crise sociopolitique fait chuter l’économie selon une mission du FMI

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Du 27 mars au 10 avril, une mission du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par Ivohasina Razafimahefa a procédé à la revue du programme FEC. Lors d’une conférence de presse organisée ce mardi à Lomé, la mission a rendu les conclusions de ses travaux.

Une mission du Fonds Monétaire international a séjourné au Togo, du 27 mars au 10 avril, dans le cadre du programme appuyé par la Facilité Elargie de Crédit (FEC). Au cœur des travaux qui ont été menées par la mission, la seconde revue du programme FEC. Elle a, à cet effet, au cours de son séjour, échanger avec les hautes autorités togolaises dont le Chef de l’Etat, le ministre de l’Economie et des finances et celui de la planification du développement ainsi que le directeur national de la BCEAO au Togo, la secrétaire générale de la commission bancaire de l’UMOA, des fonctionnaires, des représentants du secteur privé et des partenaires au développement.

La mission note une baisse de l’activité économique au second semestre de l’exercice 2017 due selon elle aux tensions socioéconomiques qui font peser un risque sur les perspectives de croissance économique avec un impact négatif sur l’économie réelle et les recettes fiscales.

« L’activité économique a connu un ralentissement au deuxième semestre de 2017 suite aux troubles sociopolitiques. En conséquence, le taux de croissance de l’économie est estimé à 4,4% en 2017 contre 5,1% en 2016. L’inflation est restée modérée, se situant à -0,4% en glissement annuel à fin février 2018. Le ratio de la dette publique par rapport au PIB a continué à diminuer grâce au vigoureux assainissement budgétaire amorcé par le gouvernement dans le cadre du programme », a indiqué M. Razafimahefa, avant d’ajouter « Malgré un niveau de recouvrement des recettes en deçà des prévisions en raison de la faiblesse de l’activité économique, la gestion budgétaire de l’année 2017 s’est traduite par une nette amélioration par rapport à 2016 grâce à une bonne maîtrise de dépenses. Le solde primaire intérieur, qui mesure l’effort budgétaire des autorités, s’est amélioré, passant d’un déficit d’environ 4% du PIB en 2016 à un excédent d’environ 1% du PIB en 2017 ».

Selon la mission du FMI, les tensions sociopolitiques constituent un risque sur les perspectives de croissance. Pour 2018, celle-ci devrait être légèrement inférieure à 5%. Mais la mission rassure. « A long terme, les investissement réalisés au cours des dernières années pour la modernisation des infrastructures publiques devraient stimuler la productivité et susciter un attrait marqué de l’investissement privé », déclare le chef de la mission.

La mission semble, somme toute, satisfaite. Pour le chef de la mission du FMI, M. Razafimahefa, « les performances dans le cadre du programme ont été bonnes. Tous les critères de performance quantitatifs à fin décembre 2017 ont été respectés. Tous les repères structurels à fin décembre 2017 ont également été réalisés ».

Le ministre de l’économie et des finances, Sani Yaya, a salué la coopération entre le Togo et le FMI dans le cadre du FEC et réaffirmé l’engagement du gouvernement à poursuivre les réformes enclenchées.

L’examen par le Conseil d’administration du FMI de cette deuxième revue est prévu pour juin prochain.

Lu 356 fois Dernière modification le mardi, 10 avril 2018 16:25

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.